Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Le syndicat déplore la gestion passée et appelle à un redressement

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Les travailleuses et les travailleurs de la Commission des droits de la personne et des droits…
Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Alors qu’une nouvelle ronde de négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public s’amorce,…
Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada…
Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

En vue des élections du 3 octobre prochain, la FSSS–CSN dévoile ses revendications afin de permettre…
Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…
En action pour une transition juste et écologique

En action pour une transition juste et écologique

Des mobilisations climatiques s’organisent à travers le monde ce vendredi 23 septembre et plusieurs de nos fédérations, conseils…

Les difficultés de la Davie

Le syndicat déplore la gestion passée et appelle à un redressement

Le syndicat représentant les travailleurs de la Davie déplore que les travailleurs fassent encore les frais des difficultés que rencontre à nouveau l’entreprise. Les raisons invoquées par la compagnie pour expliquer sa décision de se placer sous la protection de la loi sur les arrangements financiers ne doivent pas cacher que sa gestion déficiente du chantier en est aussi responsable.

Selon le syndicat, l’attribution incontrôlée de contrats à des sous-traitants qui étaient peu ou pas du tout préparés à œuvrer dans un chantier naval, a non seulement été coûteuse, elle a aussi été improductive. « Nous espérons que la nouvelle direction de la Davie qui a été mise en place récemment prendra des décisions qui permettront le retour au travail des 1590 travailleurs qui seront temporairement mis à pied lundi. La barre doit être redressée et le travail reprendre pour assurer l’avenir de la construction navale dans la région. Le parachèvement des trois bateaux actuellement en construction ne pourra être retardé indéfiniment », fait valoir Paul-André Brulotte, président du syndicat.

Le syndicat entend suivre de près les décisions qui seront prises par la direction de la Davie. « Nous souhaitons obtenir de la compagnie des rencontres régulières pour assurer le suivi et être en mesure d’informer les travailleurs », indique Paul-André Brulotte.

Lors des dernières négociations, les syndiqués avaient tout mis en œuvre pour assurer la relance de l’entreprise en renégociant les conditions de travail pour permettre, entre autres, plus de flexibilité dans l’exécution du travail.

 

-30-

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket