Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

12 décembre 2007 – Égalité hommes – femmes – Le gouvernement torpille la commission Bouchard – Taylor

Du 31 juillet au 23 septembre 2022, les syndicats du secteur public de la CSN tiennent leurs assemblées générales sur les demandes de table centrale et de table sectorielle. Les 170 000 membres CSN de ce secteur sont invités à voter dans ces assemblées. Voir les détails.

Du même SUJET

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…
En action pour une transition juste et écologique

En action pour une transition juste et écologique

Des mobilisations climatiques s’organisent à travers le monde ce vendredi 23 septembre et plusieurs de nos fédérations, conseils…
Première entente de principe pour les centres d’hébergement privés

Première entente de principe pour les centres d’hébergement privés

Les membres du Syndicat régional des travailleuses et travailleurs des centres d’hébergement du Centre-du-Québec–CSN ont accepté…
Le syndicat de la Fonderie Horne lance un appel au calme

Le syndicat de la Fonderie Horne lance un appel au calme

Après des mois à se focaliser sur le débat public à Rouyn-Noranda concernant l’arsenic et la…
Le plus important syndicat du milieu de la santé annonce ses revendications

Le plus important syndicat du milieu de la santé annonce ses revendications

En vue des élections du 3 octobre prochain, la FSSS–CSN dévoile ses revendications afin de permettre…
Grève de 30 jours au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Grève de 30 jours au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Excédés par la lenteur de leur négociation ainsi que par la nonchalance de leur employeur, ce…

12 décembre 2007 – Égalité hommes – femmes – Le gouvernement torpille la commission Bouchard – Taylor

Refonte du système correctionnel canadien

Les agents correctionnels veulent y participer

Le remaniement en profondeur du système carcéral fédéral, tel qu’il est recommandé dans le rapport du Comité d’examen indépendant sur l’avenir du Service correctionnel du Canada (SCC) rendu public aujourd’hui, nécessitera une étroite collaboration avec les agentes et les agents correctionnels.

Dans une feuille de route pour une sécurité publique accrue, l’ancien ministre des Services correctionnels de l’Ontario, Rob Sampson, et ses collègues du comité d’examen ont formulé une série de recommandations que le Syndicat des agents correctionnels du Canada (UCCO-SACC-CSN) appuie largement, mais avec d’importantes réserves.

« Il faut féliciter le comité d’examen pour l’énorme travail qu’il a accompli en seulement six mois, a dit le président national d’UCCO-SACC-CSN, Pierre Mallette. Ses membres ont mis le doigt sur de nombreuses faiblesses de notre système pénitentiaire et, au lieu de politiques mineures, ils ont recommandé un exercice beaucoup plus ardu pour garantir la sécurité permanente de la population, du personnel et des détenus. »

Le comité exécutif d’UCCO-SACC-CSN constate que le rapport final a tenu compte de plusieurs de ses préoccupations et de ses propositions (exposées dans le mémoire du syndicat, « Conséquences et récompenses », disponible sur le site www.uccosacc.csn.qc.ca). Il faudra cependant étoffer les propositions du comité et UCCO-SACC-CSN croit que l’expertise du personnel de première ligne sera indispensable pour en développer la portée et les contours.

Un des axes centraux du rapport est un plan pour faire face à la force croissante dans les prisons des gangs violents, fondés sur l’appartenance raciale et au commerce de la drogue.

« Les agentes et les agents correctionnels vont faire tout leur possible pour aider le gouvernement à mettre en œuvre des stratégies efficaces pour enrayer le commerce de la drogue dans les prisons, a dit M. Mallette. Nous partageons également le point de vue du comité d’examen selon lequel la législation régissant le Service correctionnel devrait être modifiée pour faire en sorte que les détenus soient responsables de leurs actes et, en même temps, pour mieux appuyer et mieux défendre les efforts que fait une ou un détenu pour suivre son plan correctionnel. »

Application de deux recommandations dès maintenant

Parmi les 109 recommandations du comité d’examen, il y en a deux qui rendraient immédiatement plus sécuritaire le travail de l’agent correctionnel, dont celle « d’obliger le délinquant à fournir un échantillon de sang après un incident pouvant avoir mis la santé d’un membre du personnel en danger parce que ce dernier a été en contact avec des liquides organiques ». En outre, le comité a suggéré « que les tests facultatifs de dépistage des maladies infectieuses auxquels les délinquants peuvent se soumettre à leur arrivée dans le système deviennent obligatoires ».

« Nous applaudissons le comité pour ces recommandations qui nous aideront à faire face à l’utilisation croissante de liquides organiques pour agresser ou intimider le personnel carcéral, a dit M. Mallette. Enfin ! Quelqu’un reconnaît la réalité du taux élevé de maladies infectieuses et contagieuses dans nos établissements ».

Cependant, UCCO-SACC-CSN est moins enthousiaste devant l’opinion du comité concernant le secteur des délinquantes du SCC. Comme l’ont illustré de manière frappante certains événements dans divers établissements pour femmes, le manque d’application rigoureuse de certains règlements s’est traduit par un système mal administré qui met inutilement en danger le personnel et les détenues. Le syndicat s’oppose fermement au maintien de la séparation entre le secteur des délinquantes et la responsabilité d’ensemble du commissaire. Les agents correctionnels croient que le personnel et les détenues dans les pénitenciers pour femmes méritent la même protection contre la violence, les blessures et la mort que ceux du secteur pour hommes du SCC. À cet égard, le syndicat s’oppose fermement à la suggestion du comité de retirer de la responsabilité des cinq sous-commissaires régionaux du SCC l’autorité en matière de sécurité dans les établissements pour femmes.

En général, le syndicat trouve que l’application uniforme des directives du commissaire est une étape nécessaire vers l’amélioration de la gestion de tous les établissements fédéraux, particulièrement depuis que les établissements correctionnels du Canada sont entrés dans une époque plus violente et plus difficile.

« Les maladies, les groupes criminels organisés disposant de technologies avancées et la diminution du recours à des méthodes dissuasives dans un milieu fondé sur les droits humains font en sorte que les agents correctionnels doivent aussi être mieux formés, mieux équipés et qu’ils doivent être recrutés sur la base d’exigences plus élevées. L’augmentation de la population carcérale à la suite des nouvelles restrictions en matière de libération conditionnelle et de protocole de détermination de la sentence est un autre défi. Si le SCC veut relever ces défis, il doit d’abord et avant tout s’assurer qu’il a le personnel nécessaire pour s’occuper de cette population, » a dit M. Mallette « Enfin, il faut que les agentes et les agents correctionnels travaillent dans des établissements bien conçus, mieux en mesure de contenir et de séparer les détenus violents, conclut M. Mallette. Il faut suspendre les projets de construction actuels et les examiner de près afin de s’assurer qu’ils respectent les critères énoncés dans le rapport. »

UCCO-SACC-CSN va solliciter une rencontre avec le ministre de la Sécurité publique, Stockwell Day, afin de discuter du rapport du comité d’examen et des projets du gouvernement concernant la mise en œuvre de ses recommandations.


Source : UCCO SACC – 13 décembre 2007

Pour renseignements : Lyle Stewart, Service des communications de la CSN, (514) 796-2066.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket