8 MARS 2024

ÇA GRONDE

Ce slogan, il se veut fort et puissant pour la Journée internationale des droits des femmes de cette année. Devant les crises qui se multiplient, les inégalités qui s’amplifient et les violences envers les femmes qui s’accentuent, la colère gronde. Transformons cette indignation en une force mobilisatrice et construisons une société féministe et solidaire!

Ça gronde en dedans, ça gronde en dehors, ça gronde partout. Partout, les inégalités. Partout, les violences. Partout, les crises. Crise climatique, crise du logement, crise de nos services publics, crise de confiance envers nos systèmes. Nos systèmes défaillants, dépassés, à bout de souffle. Nous aussi, on est « à boutte ». En colère. Et on a peur, parfois. C’est vrai, notre feu pourrait s’éteindre, anéanti par nos peines et par nos pleurs. Mais non. Il s’attise, il grandit. Il se nourrit des luttes des unes, s’alimente de l’indignation des autres. Ça gronde, ça bouillonne et ça fulmine. Ça explosera. Ça explose déjà de ce feu qui peut soigner, qui peut solidariser. De ce feu qui peut tout changer. — Collectif 8 mars

L’épinglette : symbole des luttes féministes

Porter l’épinglette du 8 mars, c’est afficher notre détermination à lutter pour le plein respect de nos droits fondamentaux. Cela ne pourra se faire qu’avec l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes et entre les femmes elles-mêmes.

  LES OUTILS À TÉLÉCHARGER

Télécharger les outils numériques de la campagne du 8 mars.

Arrière-plan zoom / TEAMS

Image couverture Facebook

Signature courriel

Le matériel du 8 mars 2024 (affiche, autocollants et signets CSN) sera envoyé dans les syndicats affiliés à la CSN au début de février. Les syndicats affiliés peuvent commander des épinglettes en communiquant avec leur conseil central.

Une création de Belvédère coop et des artistes visuelles Marianne Chevalier et Natalie-Ann Roy

Lorsque vous utilisez le visuel, merci d’indiquer les droits d’autrice de la manière suivante :
Collectif 8 mars/Belvédère coop. Illustration : Marianne Chevalier et Natalie-Ann Roy

Le matériel produit est la propriété du Collectif 8 mars. Toute reproduction est réservée aux organisations membres du Collectif et à ses affiliés, dont la CSN et ses syndicats. Si vous n’êtes pas membre du Collectif ou d’une organisation affiliée, vous devez demander la permission pour reproduire intégralement le matériel. Toute utilisation ou reproduction par des partis politiques est strictement interdite. Toute correction, transformation ou adaptation de l’illustration est interdite en l’absence du consentement préalable et écrit du Collectif 8 mars.

À PROPOS DU 8 MARS

Cette journée prend racine dans le mouvement de grèves et de mobilisations de femmes visant à dénoncer les bas salaires, à révéler les mauvaises conditions de travail, à faire cesser le travail des enfants et à obtenir le droit de vote en Amérique du Nord et en Europe au début du 20e siècle. Leurs actions inspirent d’autres femmes du monde entier qui se mobilisent, elles aussi, autour des mêmes revendications. En 1910, la deuxième Conférence internationale des femmes socialistes, à Copenhague, recommande la création d’une journée des femmes, notamment pour promouvoir le suffrage universel. Plusieurs pays d’Europe commenceront dès lors à la célébrer. En 1921, le président russe Lénine déclare le 8 mars Journée des femmes et, à compter de 1922, on commence officiellement à célébrer la Journée internationale des femmes le 8 mars.

En savoir plus sur les origines du 8 mars

Le vocable « Journée internationale des droits des femmes », dorénavant utilisé pour souligner le 8 mars, donne à cette journée une perspective militante et féministe. Des activités s’organisent partout pour mettre en lumière les luttes, les espoirs et les revendications des femmes. La CSN s’implique et soutient l’organisation par de nombreuses activités militantes.

Le 8 mars, nous devons réaffirmer l’importance des luttes pour les droits des femmes, saluer les combats menés en faveur de leur reconnaissance sociale et politique et poursuivre les batailles pour que leurs droits cessent d’être bafoués partout sur la planète. Cet événement nous rappelle qu’encore aujourd’hui, les droits des femmes ne sont pas respectés, que l’égalité n’est pas atteinte et qu’il faut continuer à lutter pour que cela change, enfin.

COLLECTIF 8 MARS

La Journée internationale des droits des femmes s’est déroulée cette année sous le thème Résistances féministes. Il s’agit d’une réponse à la montée de la droite et à des extrémismes qui n’augurent rien de positif pour les femmes. Ici comme ailleurs, il est nécessaire de se solidariser et de faire converger nos luttes pour un changement de cap primordial afin de construire une société juste, féministe, inclusive et durable.