Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

18 avril 2004 – Le Syndicat des communications de Radio – Canada – CSN rejette l’offre globale patronale

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…
Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

La CSN et ses fédérations estiment que le réseau de l’éducation va continuer à accumuler les…
La ministre Pascale Déry ne doit pas marchandiser l’enseignement supérieur

La ministre Pascale Déry ne doit pas marchandiser l’enseignement supérieur

La CSN et ses fédérations ont rencontré aujourd’hui la ministre de l’Enseignement supérieur Pascale Déry pour…
Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Réunis en assemblée générale ce jeudi 1er décembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Le climat de travail ne cesse de se détériorer à la municipalité de Lac-du-Cerf. L’arrivée d’un…

18 avril 2004 – Le Syndicat des communications de Radio – Canada – CSN rejette l’offre globale patronale

Le Syndicat des communications de Radio-Canada-CSN rejette l’offre globale patronale

Quelque 500 membres du Syndicat des communications de Radio-Canada ont unis leurs voix hier en assemblée générale pour rejeter à 89 % les offres globales présentées par la Société jeudi dernier. Le vote de grève a été écarté en début d’assemblée à la demande de l’exécutif syndical. Ce rejet traduit une volonté des membres de voir leur comité de négociation retourner aux pourparlers le plus rapidement possible pour régler le problème ailleurs que sur le trottoir. Les grands enjeux de la négociation, soit l’équité en matière de sécurité d’emploi pour les employés du Québec et de Moncton avec leurs collègues du reste du Canada, l’égalité salariale entre les hommes et les femmes et la fin des horaires différenciés pour le paiement des heures supplémentaires ont donné lieu à des témoignages poignants. Les membres ont réitéré leur volonté d’en arriver à une entente qui inclue obligatoirement un règlement sur ces questions fondamentales.

Dès la semaine prochaine les employés du SCRC comptent exercer des moyens de pression afin de publiciser leur mécontentement face à des offres qualifiées par plusieurs d’inacceptables et d’insultantes. Parmi ces offres notons le refus d’octroyer le statut de permanent à une centaine d’employés qui jouiraient toutefois de ce statut s’ils travaillaient dans une des neuf provinces anglophones du pays, l’absence du droit de grief pour les femmes victimes de discrimination salariale basée sur le sexe ainsi qu’un contrat d’une durée de seulement douze mois.

Les membres du SCRC s’inquiètent tout particulièrement du développement d’une tendance nettement anti-syndicale dans les agissements de la Société Radio-Canada. L’offre patronale rejetée samedi soir contenait une clause interdisant toute discussion de nature syndicale, formelle ou informelle, sur les lieux de travail sans l’autorisation préalable de la direction, une première dans les annales des relations du travail. Cette proposition est à rapprocher d’une décision de la Société d’interdire au syndicat, pendant toute la durée des négociations, la location des salles de réunion de l’entreprise, en violation d’un article de la convention collective qui garantit un tel accès et de la Charte canadienne des droits et libertés qui protège les droits d’association et d’expression ainsi que la liberté de réunion pacifique. Le SCRC trouve particulièrement déplorable qu’une Société de la couronne fédérale bafoue ainsi les valeurs fondamentales du pays.

Il y a deux ans, l’employeur avait mis en lock-out pendant neuf semaines les 1500 membres du SCRC, avant tout des journalistes et assistants à la production et à la réalisation. Le 7 mai prochain, la Société Radio-Canada aura le droit légal d’expédier à nouveau ses employés sur le trottoir. Le SCRC souhaite que la Société abandonne d’ici là son attitude agressive et en arrive à une entente négociée avec le syndicat de façon sérieuse et respectueuse. Reste maintenant à Radio-Canada de démontrer sa bonne foi en revenant à la table de négociation pour discuter des grands enjeux qui préoccupent nos membres.


Source : SCRC– CSN – 18-04-2004

Pour renseignements : Daniel Raunet, président du SCRC, (514) 246-4114

   

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket