Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

2 juin 2005 – Pour l’équité salariale – Débrayage et manifestations des travailleuses des centres de la petite enfance

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Où sont les mesures structurantes ?

Où sont les mesures structurantes ?

Alors que le ministre de l’Économie Éric Girard livrait aujourd’hui à Québec sa mise à jour…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…
Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

La CSN et ses fédérations estiment que le réseau de l’éducation va continuer à accumuler les…

2 juin 2005 – Pour l’équité salariale – Débrayage et manifestations des travailleuses des centres de la petite enfance

Pour l’équité salariale

Débrayage et manifestations des travailleuses des centres de la petite enfance

Les négociations sur l’équité salariale pour les travailleuses des centres de la petite enfance, en cours depuis plusieurs mois entre la CSN et les représentants du gouvernement et des associations patronales, sont rompues depuis tôt ce matin. En conséquence, les travailleuses s’apprêtent à débrayer demain et, à défaut d’un déblocage d’ici là, les lundi et mardi 6 et 7 juin. Selon la CSN, le positionnement du gouvernement dans le dossier des CPE laisse croire, non seulement qu’il n’a pas l’intention de régler correctement l’équité pour ces travailleuses, mais également qu’il veut s’en prendre à l’intégrité du fonctionnement des CPE.

Depuis plusieurs jours, les échanges entre les parties se sont intensifiés et les rapprochements semblaient possibles. Selon Ginette Lavoie, représentante du secteur des CPE à la Fédération de la santé et des services sociaux (CSN), les positions des porte-parole du ministère se sont subitement figées. « Après nous avoir donné des signaux positifs, on vient de nous annoncer que le règlement sur l’équité salariale que l’on était prêt à nous concéder en serait un à rabais », s’indigne-t-elle. Jeff Begley, vice-président de la FSSS-CSN, renchérit : « Le gouvernement met de côté les principes qui sous-tendent la démarche devant mener à l’équité salariale pour nous déposer une offre purement comptable sans lien avec les réalités observées. Il fait en sorte que les comparateurs masculins qu’il a lui-même reconnus par voie législative ne deviennent que de vagues repères permettant de faire osciller la valeur des titres d’emploi féminins dans les CPE selon l’humeur et les objectifs du Conseil du trésor », s’insurge-t-il.

Selon Claudette Carbonneau, présidente de la CSN, le gouvernement libéral est à semer les graines d’une dilution de la mission des CPE. « Le contexte de crise que la ministre Théberge est à monter de toute pièce nous amène tout droit à une tentative de retour en arrière. Possible relégation des garderies en milieu familial hors du réseau des CPE, remise en cause de la gestion des centres de la petite enfance autour de cas isolés et atypiques, blocage d’un règlement sur l’équité qu’elle voudra présenter comme étant une demande exagérée : autant de gestes et de déclarations de la ministre qui nous indiquent comment son gouvernement entend agir pour, d’une part, affaiblir la nature communautaire du réseau et, d’autre part, s’en prendre aux droits des travailleuses », analyse la présidente de la CSN.

Les 7800 travailleuses qui seront en grève à compter de demain représentent près de 95 % de toutes celles qui sont syndiquées et environ 30 % des travailleuses des CPE. Mardi, lors de la troisième journée de débrayage, elles participeront à de grands rassemblements à Montréal et à Québec auxquels toutes les travailleuses de CPE, qu’elles soient syndiquées ou non, sont conviées.

Source : CSN – 2 juin 2005

Pour renseignements : Roger Deslauriers, Service des communications de la CSN, tél. : 514 598-2378, cel. : 514 916-8041

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket