Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

23 juillet 2004 – RETAQ – FSSS – CSN – Les pompiers ne sont pas les équivalents des techniciens ambulanciers – paramédics

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

23 juillet 2004 – RETAQ – FSSS – CSN – Les pompiers ne sont pas les équivalents des techniciens ambulanciers – paramédics

RETAQ-FSSS-CSN

Les pompiers ne sont pas les équivalents des techniciens ambulanciers-paramédics

Un porte-parole du Service de sécurité incendie de la Ville de Montréal (SSIM), M. Jean-Pierre Laporte, a fait connaître récemment que l’objectif de son organisme était d’implanter un service de premiers répondants d’urgence préhospitalière sur le territoire de l’île de Montréal. Le Service de sécurité incendie entend réclamer 8 millions au gouvernement du Québec pour la mise en place de ce service et un budget récurrent supplémentaire 5 à 6 millions par an pour son fonctionnement.

L’impression qui s’est dégagée des propos tenus par le porte-parole de l’administration montréalaise est que les pompiers pourront désormais intervenir au même titre que les techniciens ambulanciers.

Le Rassemblement des employés techniciens ambulanciers-paramédics du Québec (RETAQ-FSSS-CSN), qui regroupe la très grande majorité des 3000 techniciens ambulanciers du Québec, estime qu’il s’impose ici d’informer la population sur les rôles respectifs des intervenants en situation d’urgence.

Les techniciens ambulanciers du RETAQ ont contribué dans plusieurs régions du Québec à la mise en place de services de premiers répondants. Dans ses interventions devant le Comité Dicaire sur les services préhospitaliers, le RETAQ a souhaité que soit généralisé à l’ensemble du Québec le service de premiers répondants.

Un premier répondant, en raison de sa disponibilité près des lieux d’un événement, peut jouer un rôle précieux dans la chaîne d’intervention pour secourir la victime d’un traumatisme ou d’un problème grave de santé. L’intégration de premiers répondants au système d’intervention d’urgence est donc souhaitable, tout comme il serait aussi bénéfique de répandre la formation de proches et de citoyens au rôle d’aidants en situation d’urgence, désignés eux aussi comme premiers répondants.

Le rôle du premier répondant est de donner des soins de base avant l’arrivée de l’équipe professionnelle des soins ambulanciers. Dès leur arrivée, le relais de l’intervention doit alors être donné aux techniciens ambulanciers-paramédics qui ont reçu la formation professionnelle pour traiter, stabiliser et améliorer l’état du patient, parfois avec l’aide des médicaments qu’ils sont autorisés à administrer. Par la suite, s’effectue le transport vers l’hôpital par véhicule ambulancier qui dispose d’appareils de soins d’urgence dont les techniciens ambulanciers connaissent le maniement.

Le service de premiers répondants n’a pas été conçu comme une alternative au travail des techniciens ambulanciers, ne serait-ce qu’en considérant les niveaux de formation requis. Les techniciens ambulanciers-paramédics obtiennent leur droit de pratique après avoir suivi une formation professionnelle de niveau collégial, tandis que l’on demandera aux premiers répondants une attestation de formation de 40 heures.

Le Québec est connu à l’échelle du Canada comme ayant le système de soins préhospitaliers le moins évolué de l’ensemble des provinces. Le Rapport Dicaire, en 2002, avait fait consensus autour des éléments d’une véritable réforme des services préhospitaliers au Québec. Malgré notre important retard, les changements se font attendre.

Pourtant, l’enjeu est crucial. Ce sont des vies à sauver, des séquelles et des alourdissements pathologiques à éviter par une intervention compétente et rapide. Ce sont aussi des souffrances à prévenir et ce sont des durées, des intensités et des coûts de services curatifs et de réadaptation à réduire par la qualité des interventions en amont des services spécialisés, que l’on retrouve dans nos centres hospitaliers.

Le RETAQ déplore par ailleurs que Ville de Montréal fasse du financement par Québec de son programme de premiers répondants un préalable à sa mise en place. Nous considérons que les responsabilités de sécurité publique, qui incombent à la ville, sont déjà assez claires et définies. C’est à elle qu’il revient de prendre l’initiative de créer le réseau montréalais de premiers répondants avant de risquer qu’il ne voit jamais le jour sous prétexte d’un imbroglio financier avec Québec.


Source : RETAQ-FSSS-CSN – 23 juillet 2004

Pour renseignements : Information CSN : 514 598-2155

   

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket