Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

6 septembre 2002 – Cinq syndicats se regroupent pour négocier leur convention collective

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…
Entente de principe chez Autobus Chambly

Entente de principe chez Autobus Chambly

À la suite d’une ultime séance de médiation tenue ce lundi 28 novembre, une entente de…
Villa d'Alma - En route vers la grève!

Villa d'Alma - En route vers la grève!

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Centres d’hébergement privés de la région Saguenay–Lac-Saint-Jean…
Équité salariale pour le personnel de bureau: des actions de visibilité

Équité salariale pour le personnel de bureau: des actions de visibilité

Des militantes et des militants de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)…
La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

« Pour s’assurer que les consignes de la Santé publique puissent être respectées, encore faut-il que…
Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Le Syndicat des employé-es de Distribution 2020 (CSN), une quincaillerie spécialisée, annonce la première journée de…

6 septembre 2002 – Cinq syndicats se regroupent pour négocier leur convention collective

Mobilisation chez les camionneurs de la CSN en Abitibi-Témiscamingue- Ungava

Cinq syndicats se regroupent pour négocier leur convention collective

Las des trop longs délais retardant le début des négociations de leur première convention collective, les quelque 250 camionneurs à l’emploi de cinq différentes compagnies de transport en activité sur le territoire de l’Abitibi-Témiscamingue-Ungava ont pris la décision aujourd’hui de se regrouper pour provoquer la négociation coordonnée de leur convention collective.

Selon la présidente du Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue-Ungava, Angèle Bouchard, il s’agit là d’une véritable première dans le secteur du transport routier. Prenant la parole lors d’une conférence de presse tenue en présence du président du Syndicat national du transport routier (SNTR-CSN), Luc Crevier, et des cinq présidents des syndicats dûment accrédités depuis plusieurs mois déjà, elle a insisté pour dire que la CSN soutient cette initiative et va tout mettre en oeuvre pour en assurer la réussite.

« Les camionneurs ont démontré une réelle volonté de se regrouper, de s’unir, de coordonner leurs efforts pour améliorer leurs conditions de travail, a-t-elle précisé. Nous appuyons cette volonté et nous allons tout faire pour construire un solide rapport de forces. Dès demain, ils se réunissent en assemblée régionale pour faire le point sur l’état des négociations et développer, ensemble, un plan d’action qui pourrait même aller jusqu’à un vote de grève, si nécessaire. Les employeurs doivent comprendre que les 250 camionneurs syndiqués à la CSN sont déterminés à accélérer les négociations en vue d’obtenir leur premier contrat de travail. »

CINQ GRANDES REVENDICATIONS

« Les principales revendications des camionneurs sont connues des employeurs et ils ont reçu le projet de convention collective. Le 26 juillet dernier, un conciliateur a même été nommé au dossier, a expliqué le conseiller de la Fédération des travailleuses et travailleurs du papier et de la forêt (FTPF-CSN), Martin Bourgeois, négociateur dans ce dossier. Pourtant, rien ne semble vouloir débloquer malgré le fait que la plate-forme de revendications comprenne des demandes réalistes et raisonnables. »

Les principales demandes des camionneurs concernent, entre autres, l’horaire de travail, les salaires, le mouvement de main-d’oeuvre, les droits d’ancienneté et le maintien du lien d’emploi.

Ils revendiquent :

– une semaine normale de travail de 50 heures, répartie sur cinq jours de10 heures chacun au maximum, la sixième journée de travail payée au taux majoré de 50 % et la septième payée au taux majoré de 100 %

– un taux horaire unique pour toutes les heures en service ;

– l’attribution des routes en fonction de l’ancienneté, ainsi que le mouvement de main-d’oeuvre déployé selon un mécanisme départemental tenant compte du transport local et du transport sur longue distance ;

– le maintien du lien d’emploi avec la compagnie sur une période minimale de 24 mois consécutifs ;

– la reconnaissance de certains avantages sociaux, dont 13 congés fériés, trois congés mobiles, cinq congés de maladie et trois journées d’absence pour maladie sans attestation médicale ;

– des vacances annuelles directement modulées sur l’industrie du bois de sciage.

CINQ COMPAGNIES VISEES

Les 250 camionneurs qui ont décidé de regrouper la négociation de leur convention collective travaillent pour les compagnies suivantes :

– A. Bergeron et fils inc.

– Lauriss Vallières inc.

– Transport Boisvert/Maybois

– Transport G. et R. Lacasse

– Transport Cooper Odaban inc.

L’assemblée régionale regroupant tous les camionneurs de ces cinq unités d’accréditation aura lieu le samedi 7 septembre, à 13 h 15, à la salle des Mooses, au 1440, 7e rue, à Val-d’Or.

(Source: CSN 06-09-2002 — Renseignements: Henri Goulet, (514) 703-0775; Marcel Duval, (819) 856-6516)

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket