Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Campagne électorale – Je me souviens du mandat majoritaire de Jean Charest !

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Campagne électorale – Je me souviens du mandat majoritaire de Jean Charest !

Campagne électorale

Je me souviens du mandat majoritaire de Jean Charest!

Le Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches CSN invite la population à se prévaloir de son droit de vote le 8 décembre prochain, mais en étant lucide face à un Jean Charest. Celui-ci tente actuellement de se donner une image de rassembleur et passe sous silence le mécontentement généralisé de son premier mandat alors qu’il était à la tête d’un gouvernement majoritaire.

Pour le conseil central, l’image revampée de M. Charest fait oublier le taux historique d’insatisfaction (plus de 60 %) de l’électorat lors de son premier mandat. Au cours de celui-ci, en décembre 2003, il fit adopté, sous le bâillon, plusieurs lois impopulaires et anti-ouvrières. M. Charest était alors à la tête d’un gouvernement majoritaire ! Depuis, trois de ces lois (lois 7-8 et 30) ont été déboutées par la Cour supérieure du Québec.

Durant ce premier mandat, il a aussi procédé à des baisses d’impôts qui n’ont profité qu’aux plus nantis de la société et augmenté le tarif journalier pour les services de garde à la petite enfance. Ce gouvernement libéral majoritaire a aussi réduit le budget de l’éducation, ce qui s’est soldé par une hausse des taxes scolaires et un dégel des frais de scolarité à l’université. En outre, les augmentations successives des tarifs de l’électricité ont affecté l’ensemble des familles québécoises.

Le premier mandat du gouvernement Charest a soulevé un tel mécontentement que la grogne populaire est devenue un fait marquant de cette période.

Le conseil central ne peut laisser sous silence l’adoption de décrets qui, durant ce premier mandat, en 2006, ont baissé les conditions de travail des employés des secteurs public et parapublic et muselé littéralement les syndicats. La loi 30 a d’ailleurs été dénoncée par le Bureau international du travail (BIT) et contestée avec succès devant les tribunaux par les centrales syndicales.

L’approche électoraliste des libéraux de Jean Charest relève de la fuite en avant au moment où l’économie du Québec est ébranlée par la crise financière mondiale. Ne peut-on pas craindre le retour à l’arrogance et aux mesures néolibérales si Jean Charest reprenait le pouvoir avec un gouvernement majoritaire ?


Source : Conseil central Québec Chaudières-Appalaches, CSN – 2 décembre 2008

Pour renseignements : Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec Chaudières-Apalaches, tél. : 418-573-0080

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket