Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Des milieux de travail sans homophobie

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration de l’Outaouais réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration de l’Outaouais réclame son dû!

C’est plus 275 militantes et militants de la Fédération de la santé et des services sociaux…
Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Les travailleuses et les travailleurs de la Commission des droits de la personne et des droits…
Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Alors qu’une nouvelle ronde de négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public s’amorce,…
Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada…
Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

En vue des élections du 3 octobre prochain, la FSSS–CSN dévoile ses revendications afin de permettre…
Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…

Journée internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie

Des milieux de travail sans homophobie

À l’occasion de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, la CSN poursuit ses efforts de sensibilisation afin de faire de tous les milieux de travail des environnements sans homophobie.

« La reconnaissance des droits des personnes LGBT a beaucoup évolué au Québec. Pourtant, il reste du chemin à parcourir pour obtenir cette légitimité dans les faits, étant donné que bon nombre d’hommes et de femmes sont encore discriminés sur la base de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre. Une grande partie du travail de la CSN vise donc la sensibilisation dans les syndicats et organisations affiliés», explique le secrétaire général, Jean Lortie, responsable du dossier.

À Lire aussi Lors du dernier conseil confédéral qui s’est tenu en mars 2012, les avancées québécoises en matière de lutte à l’homophobie ont été soulignées, ainsi que les efforts à soutenir pour continuer à normaliser et faire respecter la communauté des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT).

Un plan d’action gouvernemental de lutte à l’homophobie 2011-2016 a été lancé par le ministre de la Justice Jean-Marc Fournier. Il fut inspiré par un groupe de travail mixte contre l’homophobie, né en 2004.,Passé sous l’égide du ministère en 2005, dans la foulée de la loi canadienne autorisant le mariage entre conjoints de même sexe, ce groupe de travail se compose de neuf ministère, trois organismes publics, trois organisations syndicales (la CSN, la FTQ et la CSQ), 15 organismes communautaires et deux chercheurs universitaires. « La CSN a accompagné tous les travaux qui ont mené à ce plan d’action : elle le salue et le soutient fièrement », rapporte Jean-Lortie, secrétaire général de la CSN et responsable du dossier LGBT. >>

C’est ainsi que la CSN organise, le 17 mai de chaque année, un événement pour marquer la Journée internationale contre l’homophobie. Il profite de cette occasion pour faire la promotion du Réseau des alliés auprès des syndicats membres de la CSN en les invitant à effectuer une activité à cette date. Ceux-ci obtiennent la certification « Milieu syndical sans homophobie » et deviennent membre du Réseau des alliés CSN qui lutte contre l’homophobie et la transphobie. Un autocollant Ensemble avec nos différences est apposé sur la porte du local syndical afin de signifier qu’ « on entre dans un bureau où les gens sont sensibilisés aux réalités des gais et des lesbiennes, et ceux-ci trouveront accueil et soutien ».

Nouveaux syndicats certifiés Cette année, 2 nouveaux syndicats ont été certifiés : le syndicat des technicien(ne)s et professionnel(le)s de la santé et des services sociaux du nord de Lanaudière et le syndicat du collège John Abbott. Le Conseils central du Cœur du Québec, la Fédération des employées et employés de services publics et la Fédération de la santé et des services sociaux ont aussi reçu sa certification.

Brochure «Ni plus ni moins : comme tout le monde !» La lutte contre l’homophobie et la transphobie compte parmi les priorités de la CSN. En 2004, la centrale publiait un document pédagogique destiné aux syndicats, intitulé Ni plus ni moins : comme tout le monde !, un document qui propose une activité de sensibilisation aux comportements stéréotypés et aux réalités vécues par les gais et les lesbiennes en milieu de travail.

Le réseau des alliés Le premier réseau des allié-es a été créé à Québec, à la suite de la tenue d’une session de formation organisée par le ministère de la Santé et des Services sociaux, afin de sensibiliser le personnel de la santé aux réalités vécues par les gais et les lesbiennes ainsi qu’aux stéréotypes involontaires dont ils peuvent être victimes de la part de ce même personnel.

« Le réseau des alliés CSN vise à multiplier les milieux de travail exempts d’homophobie et de transphobie et s’inscrit dans la continuité des actions précédentes de la CSN, tout en franchissant un autre pas avec les syndicats. Nous avons bien l’intention de poursuivre la mise en place du réseau et d’intensifier les actions de visibilité dans les milieux de travail », conclut monsieur Lortie.

La CSN compte plus de 300 000 travailleuses et travailleurs de tous les types de milieux de travail, tant dans le secteur privé que dans le secteur public.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket