Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Élections québécoises 2008 – De l’hypocrisie à l’insolence

Du même SUJET

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Alors que la pénurie de main-d’œuvre va continuer encore longtemps – on estime à 1,4 million le…
L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Après avoir porté à 10 le nombre d’entreprises spécialisées en recherche archéologique à être syndiquées au…
Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Après plus d’une semaine passée à la rue, résultat d’un lock-out sauvage décrété après sept heures…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Élections québécoises 2008 – De l’hypocrisie à l’insolence

     Élections québécoises 2008

     De l’hypocrisie à l’insolence

 

Consterné d’entendre la promesse électorale de Jean Charest de bonifier les conditions de travail des infirmières et des infirmières auxiliaires par des primes salariales pour les attirer et les maintenir dans le réseau public, le Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CSN) dénonce avec véhémence cette tentative de récupération du chef du Parti libéral du Québec.

Pour le conseil central, cette promesse relève d’un mépris affiché et d’une ignorance de la réalité quotidienne que vivent l’ensemble des salarié-es du réseau qui doivent composer avec une rareté de main-d’œuvre et une dégradation marquée de leurs conditions de travail depuis plusieurs années.

Rappelons que le gouvernement libéral de Jean Charest a modifié radicalement la configuration du réseau de la santé et des services sociaux avec le projet de loi 25 adopté à l’Assemblée nationale sous le bâillon en décembre 2003. De la même façon, son gouvernement a fait adopter le projet de loi 30. Celui-ci imposait un mode de représentation syndicale invalidé ensuite par la Cour supérieure du Québec. Cette loi renvoyait aussi unilatéralement la négociation d’une vingtaine de matières de la convention collective au niveau local sans droit de grève et sans mécanisme de règlement de différends pour l’avenir.

Ce même gouvernement de Jean Charest en a rajouté. Il a imposé par décret en 2006 l’ensemble des conditions de travail des syndiqué-es du secteur public ainsi que des augmentations salariales en deça du taux annuel d’inflation, ce qui a augmenté l’écart défavorable du secteur public avec le secteur privé « comparable », selon l’Institut de recherche et d’information sur la rémunération.

De plus, le parti libéral de Jean Charest veut se donner une bonne image de protecteur du réseau public alors que, par sa loi 33, il ouvre toutes grandes les portes de la santé à une plus grande intrusion du secteur privé qui vient arracher littéralement des ressources déjà manquantes au secteur public, avec de surcroît du financement en provenance de l’État.

Cette situation est intolérable et inacceptable. Le Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CSN) demande donc au prochain gouvernement de garantir un réseau de santé et de services sociaux public de qualité, accessible et universel, offrant de bonnes conditions de travail et salariales à l’ensemble de ses salarié-es, ce qui va bien au-delà des clips partisans de la présente campagne électorale.


Source : CSN – 18 novembre 2008

Pour renseignements : Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches, tél. : 418 573-0080

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket