Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La Cour supérieure ordonne à la Commission des relations du travail de revoir le cas d’un enseignant

Du même SUJET

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Alors que la pénurie de main-d’œuvre va continuer encore longtemps – on estime à 1,4 million le…
L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Après avoir porté à 10 le nombre d’entreprises spécialisées en recherche archéologique à être syndiquées au…
Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Après plus d’une semaine passée à la rue, résultat d’un lock-out sauvage décrété après sept heures…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Congédiement pour activités syndicales

La Cour supérieure ordonne à la Commission des relations du travail de revoir le cas d’un enseignant

Trente mois après avoir été congédié pour activités syndicales, l’ancien président du Syndicat des enseignantes et enseignants du collège LaSalle de Montréal (CSN) retrouvera-t-il ses droits et obtiendra-t-il réparation pour les torts qui lui ont été faits ?  La question se pose. Dans un jugement récent, la Cour supérieure annule deux décisions rendues par la Commission des relations du travail (CRT) du Québec qui avait rejeté la plainte de congédiement pour activités syndicales déposée par Maurice L’Éplattenier contre l’établissement d’enseignement privé de niveau collégial. La Cour supérieure ordonne aussi à la CRT de revoir le cas de M. L’Éplattenier. Les faits Le premier novembre 2006, l’employeur lui adressait une lettre l’informant qu’on le congédiait en raison d’un « manque de loyauté ». Le président du syndicat s’est aussitôt adressé à la CRT en vertu de l’article 15 du Code du travail afin de faire valoir ses droits, soutenant avoir été remercié de ses services en raison de ses activités syndicales.   En janvier 2007, un premier commissaire du travail a rejeté la plainte de M. L’Éplattenier, qui était alors président du syndicat. Cette décision a ensuite été maintenue par trois autres commissaires de la CRT qui avaient entendu la cause en appel. Convaincu qu’il s’agissait d’un congédiement injustifié, M. L’Éplattenier s’est retourné vers la  Cour supérieure dans le but d’obtenir justice. Il a été représenté par un avocat du Service juridique de la CSN. La FNEEQ-CSN lance un appel à l’employeur La secrétaire générale de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN), Caroline Senneville, a fait le commentaire suivant : « Nous demandons à l’employeur de prendre acte du jugement et de ne pas en appeler. » Elle a aussi ajouté : « Cette situation a fait vivre un énorme stress à Maurice L’Éplattenier, qui possède une grande expérience, tant en Europe qu’en Amérique, dans le domaine de la cuisine et de la restauration. Nous souhaitons que les futures démarches permettent une réparation du tort qu’on lui a fait. » « Pour la FNEEQ–CSN, ce jugement prend en considération le fait que les présidentes et les présidents de syndicat puissent jouir d’une certaine immunité dans l’exercice de leurs fonctions. Ça vient renforcer le droit d’association et la liberté d’expression. Ce n’est pas rien ! », de dire Caroline Senneville. Le syndicat du collège LaSalle est affilié à la FNEEQ–CSN depuis mars 1999. Embauché en 1991, M. L’Éplattenier a rempli diverses fonctions syndicales avant d’en assumer la présidence en mars 2005. Quant à la FNEEQ–CSN, elle regroupe  plus de 2000 enseignantes et enseignants répartis dans 30 établissements privés. Elle est également la principale fédération syndicale d’enseignantes et d’enseignants de cégep : 39 syndicats affiliés représentent 15 000 membres. La FNEEQ–CSN compte aussi 8000 chargé-es de cours de différentes universités dans ses rangs.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket