Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Le soutien à domicile n’est pas une chaîne de montage !

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Où sont les mesures structurantes ?

Où sont les mesures structurantes ?

Alors que le ministre de l’Économie Éric Girard livrait aujourd’hui à Québec sa mise à jour…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…
Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

La CSN et ses fédérations estiment que le réseau de l’éducation va continuer à accumuler les…

CSSS Vieille-Capitale

Le soutien à domicile n’est pas une chaîne de montage !

      À l’issue des consultations menées auprès de leurs membres, les trois syndicats (FIQ, FP-CSN et FSSS-CSN) représentant l’ensemble des salarié-es du CSSS Vieille-Capitale, rejettent totalement l’approche de la « gestion du contrôle à la performance » au soutien à domicile. Les salarié-es exigent que l’employeur n’utilise pas les outils de contrôle prônés par la firme Proaction. C’est ainsi qu’ils ont mandaté leurs syndicats pour revoir l’organisation du travail dans le respect de la qualité des services et de leur santé psychologique. C’est le message que quelque 120 travailleuses et travailleurs ont livré ce 1er novembre, aux membres du conseil d’administration de l’Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale ainsi que de celui du CSSS Vieille-Capitale.

La firme privée Proaction reçoit près d’un million de dollars de la part de l’établissement et de l’Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale pour imposer aux salarié-es une organisation du travail sortie tout droit des usines et des chaînes de montage. Qu’il s’agisse des auxiliaires en santé et services sociaux, des infirmières et des infirmières auxiliaires ou de professionnel-les et technicien-nes comme les ergothérapeutes, la méthode d’optimisation des processus de gestion leur impose un modèle de gestion de contrôle qui n’évalue que la « performance ». Chaque acte sera minuté que ce soit pour le changement d’un pansement, pour un soin d’hygiène ou une évaluation psychosociale. Les personnes âgées sont considérées comme un objet sur une chaîne de montage. Ainsi, on exerce une pression indue sur les salarié-es afin de maximiser leur nombre d’interventions à domicile. Cette pression se fait sans égard aux besoins humains et particuliers des personnes qui reçoivent ces soins. L’ensemble des intervenants dans les soins à domicile s’opposent à cette vision réductrice de leur travail.

Multiples rencontres

Les syndicats ont rencontré la direction du CSSS Vieille-Capitale à quelques reprises depuis les dernières semaines afin d’insuffler un changement de cap. Peine perdue! Le modèle promu par l’établissement ne permet pas aux salarié-es d’avoir une véritable emprise sur la réorganisation du travail et d’être au cœur de la recherche de solutions. Elle est imposée du haut vers le bas ce qui est contraire à la méthode Lean tel que l’a mentionné le nouveau ministre de la santé et des services sociaux M. Réjean Hébert. Pour les travailleuses et les travailleurs, cette approche met en péril la qualité des services qu’ils offrent. De plus, elle mine le climat de travail car elle ajoute une pression à ce que vivent les employé-es. Selon l’établissement, la contribution des salarié-es et de leur syndicat devrait se limiter à collaborer à l’étalonnage des tâches et à déterminer les outils de contrôle qui serviront à appliquer le modèle sur lequel la « productivité » des travailleurs sera évaluée.

Propositions syndicales

Pourtant, il y a déjà eu plusieurs réorganisations du travail au CSSS Vieille-Capitale, auxquelles les syndicats et les salarié-es ont participé. Dans les soins à domicile, cela a permis d’augmenter de 6 % le nombre d’interventions à domicile, et ce, dans le respect des droits des salarié-es sans affecter négativement la qualité des services. Aujourd’hui, c’est pour augmenter ce volume d’un 4 % supplémentaire que le CSSS confie à Proaction la tâche de bouleverser unilatéralement l’organisation du travail.

Les syndicats sont catégoriques : ils sont prêts à s’asseoir dès demain avec la direction pour améliorer encore l’organisation du travail et atteindre, sinon dépasser, l’objectif d’une augmentation de 4 % des interventions à domicile. Cela devra se faire avec la participation des salarié-es et des syndicats. Les syndicats soulignent que les 900 000 $ octroyés à Proaction seraient beaucoup plus « performants et productifs » s’ils étaient investis dans les services directs à la population.

Sous-financement

Les syndicats estiment que les difficultés d’accès de la population aux services s’expliquent davantage par le sous-financement criant du secteur du soutien à domicile, que par de prétendues lacunes dans la « gestion du contrôle de la performance » des salarié-es. Rappelons que la région de la Capitale-Nationale n’a rien reçu des 150 millions octroyés en 2011 et que le nouveau ministre de la Santé et des Services sociaux, M. Réjean Hébert, estime lui-même à 500 millions de dollars les sommes nécessaires au financement adéquat de ces services.

Lueur d’espoir au CSSS Québec-Nord

Au CSSS Québec-Nord, les salarié-es ont espoir d’améliorer le climat de travail car la direction de l’établissement a décidé de mettre fin aux outils de contrôle et s’engage dans des discussions constructives avec leurs syndicats. Malgré que les organisations syndicales demeurent vigilantes, elles y voient néanmoins une ouverture à saisir.

Les salarié-es de la Vieille-Capitale espèrent que leur établissement tirera les leçons qui s’imposent des expériences menées dans d’autres CSSS. Les syndicats invitent l’établissement à ne plus perdre temps et argent avec Proaction. Ceux-ci doivent s’engager dès maintenant dans la voie de recherche de solutions qui seront satisfaisantes tant pour la direction, la population desservie, les employé-es et leurs syndicats.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket