novembre 2002 – CCMM – CSN – Une décision qui joue contre les plus pauvres de Montréal

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des autobus R.M.–CSN et le Syndicat d’Autobus Terremont Ltée–CSN ont…
Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Réunis en assemblée générale ce 3 février en début d’après-midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus…
La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

Avec ses alliés des autres grandes centrales syndicales et les organismes de défense des chômeurs, la…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Ce 2 février à midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus B.R.–CSN et le Syndicat…
Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Réunis en assemblée générale le 31 janvier 2023, les membres du Syndicat des enseignantes et enseignants…

novembre 2002 – CCMM – CSN – Une décision qui joue contre les plus pauvres de Montréal

Abolition du Conseil scolaire de l’île de Montréal

Une décision qui joue contre les plus pauvres de Montréal

« La décision du ministre de l’Education, Sylvain Simard, d’abolir le Conseil scolaire de l’île de Montréal, un organisme qui assure un important soutien aux écoles défavorisées sur notre territoire, et qui participe à la lutte à la pauvreté, est un non-sens « , a déclaré Arthur Sandborn, président du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN).

Pour le porte-parole syndical, le ministre agit ainsi, entre autres, pour se venger de la décision courageuse des commissaires du conseil scolaire qui ont voté contre la hausse de la taxe scolaire en juin.  » Mardi dernier, nous avons écrit une lettre au ministre de l’Education l’enjoignant de surseoir à toute décision concernant l’avenir du conseil scolaire jusqu’à ce que les organismes du milieu, les citoyennes et les citoyens et le conseil scolaire lui-même soient consultés, de poursuivre Arthur Sandborn. Avec l’annonce de l’abolition émanant du bureau du ministre ce matin, nous nous adressons aujourd’hui au premier ministre Landry afin qu’il intervienne.  » Le CCMM-CSN estime que la mission poursuivie par le conseil scolaire, depuis plus de 30 ans, est essentielle à la communauté montréalaise. Le décrochage scolaire, la répartition des sommes aux milieux populaires, ses prises de positions sur le caractère inéquitable du système fiscal scolaire, la publication de la carte de la pauvreté sur le territoire, sont autant de questions sur lesquelles intervient le conseil.  » Le conseil scolaire est beaucoup plus qu’un organisme administratif qui collecte les taxes scolaires, d’expliquer Arthur Sandborn. C’est pourtant ce que le ministre veut qu’il devienne en lui enlevant son caractère social et sa capacité d’intervenir dans un champ plus politique. On voit bien que nous n’avons pas besoin d’attendre l’arrivée au pouvoir de l’ADQ pour supprimer des organismes qui réfléchissent, qui proposent des solutions et qui agissent sur les problèmes que connaît notre société. Le gouvernement péquiste s’en charge fort bien « , conclut le président du CCMM-CSN. Le CCMM-CSN représente plus de 82 500 travailleuses et travailleurs de Montréal et de Laval dans plus de 1200 lieux de travail.

(Source: CCMM-CSN 01-11-2002 — Pour information : Arthur Sandborn, président, (514) 598-2008

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket