Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

novembre 2002 – CCMM – CSN – Une décision qui joue contre les plus pauvres de Montréal

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

novembre 2002 – CCMM – CSN – Une décision qui joue contre les plus pauvres de Montréal

Abolition du Conseil scolaire de l’île de Montréal

Une décision qui joue contre les plus pauvres de Montréal

« La décision du ministre de l’Education, Sylvain Simard, d’abolir le Conseil scolaire de l’île de Montréal, un organisme qui assure un important soutien aux écoles défavorisées sur notre territoire, et qui participe à la lutte à la pauvreté, est un non-sens « , a déclaré Arthur Sandborn, président du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN).

Pour le porte-parole syndical, le ministre agit ainsi, entre autres, pour se venger de la décision courageuse des commissaires du conseil scolaire qui ont voté contre la hausse de la taxe scolaire en juin.  » Mardi dernier, nous avons écrit une lettre au ministre de l’Education l’enjoignant de surseoir à toute décision concernant l’avenir du conseil scolaire jusqu’à ce que les organismes du milieu, les citoyennes et les citoyens et le conseil scolaire lui-même soient consultés, de poursuivre Arthur Sandborn. Avec l’annonce de l’abolition émanant du bureau du ministre ce matin, nous nous adressons aujourd’hui au premier ministre Landry afin qu’il intervienne.  » Le CCMM-CSN estime que la mission poursuivie par le conseil scolaire, depuis plus de 30 ans, est essentielle à la communauté montréalaise. Le décrochage scolaire, la répartition des sommes aux milieux populaires, ses prises de positions sur le caractère inéquitable du système fiscal scolaire, la publication de la carte de la pauvreté sur le territoire, sont autant de questions sur lesquelles intervient le conseil.  » Le conseil scolaire est beaucoup plus qu’un organisme administratif qui collecte les taxes scolaires, d’expliquer Arthur Sandborn. C’est pourtant ce que le ministre veut qu’il devienne en lui enlevant son caractère social et sa capacité d’intervenir dans un champ plus politique. On voit bien que nous n’avons pas besoin d’attendre l’arrivée au pouvoir de l’ADQ pour supprimer des organismes qui réfléchissent, qui proposent des solutions et qui agissent sur les problèmes que connaît notre société. Le gouvernement péquiste s’en charge fort bien « , conclut le président du CCMM-CSN. Le CCMM-CSN représente plus de 82 500 travailleuses et travailleurs de Montréal et de Laval dans plus de 1200 lieux de travail.

(Source: CCMM-CSN 01-11-2002 — Pour information : Arthur Sandborn, président, (514) 598-2008

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket