Voici : taxonomy-csnqc_syndicat.php

Le personnel de soutien de l’aide juridique en a marre de se faire niaiser

Le syndicat représentant les employé-es de bureau de l’aide juridique tient à démontrer son insatisfaction face à l’attitude du gouvernement et de la Commission des services juridiques dans le cadre de la négociation entourant le renouvellement de la convention collective. En négociation depuis 19 mois, le syndicat souhaite dénoncer la lenteur du processus alors que la partie patronale tarde à répondre aux demandes restantes.

« La vaste majorité des travailleuses et des travailleurs du secteur public ont obtenu une entente de principe à la fin du mois de juin, alors que nous, à l’aide juridique, on est incapable de nous donner des réponses complètes. Pendant ce temps, les problèmes à corriger se poursuivent et le personnel s’appauvrit alors que le coût de la vie continue d’augmenter » signale Émilie Nadeau préposée spécialisée à l’admissibilité et présidente par intérim du syndicat de la Côte-Nord.

Le syndicat constate qu’il ne reste que quatre sujets à traiter dans le cadre de cette négociation et en appelle à une meilleure collaboration de l’employeur afin d’en arriver à un règlement dans les prochaines semaines. Les membres réclament d’ailleurs d’uniformiser l’accès à la prime d’éloignement de 8 % qui s’applique déjà pour une partie du personnel sur la Côte-Nord.

« Cette prime a été instaurée en premier lieu pour tous les salarié-es de l’aide juridique qui travaillent au-delà du 50e parallèle. Or, depuis 2012, elle a été élargie aux avocates et aux avocats basés à Baie- Comeau et à Forestville, explique Mme Nadeau. C’est insultant et particulièrement dénigrant alors que dans un même bureau de la même ville deux collègues ne bénéficient pas du même traitement à cet égard, » conclut-elle.

« Je pense que le gouvernement ne remarque pas à quel point les services publics au Québec sont diversifiés. L’aide juridique permet aux citoyennes et aux citoyens moins bien nantis d’avoir accès à une réelle représentation pour faire valoir leurs droits dans un système judiciaire souvent inéquitable, mentionne Guillaume Tremblay, président du Conseil central de la CSN sur la Côte-Nord. Il faut reconnaître concrètement l’apport important du personnel de l’aide juridique en répondant maintenant à leurs besoins, » renchérit-il.

Dans l’objectif de résoudre les litiges qui demeurent, le syndicat appellera ses membres à faire monter la pression par différentes actions de mobilisation au cours des prochains jours et des prochaines semaines.