Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

11 mai 2004 – La CSN et le Syndicat des travailleurs et travailleuses des épiciers unis Métro – Richelieu sont blanchis des accusations dans la saga de Métro – Richelieu

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Fin du lock-out au Hilton de Mont-Tremblant

Fin du lock-out au Hilton de Mont-Tremblant

En lock-out depuis le mois d’août, les travailleuses et les travailleurs du Hilton Homewood Suites de…
Où sont les mesures structurantes ?

Où sont les mesures structurantes ?

Alors que le ministre de l’Économie Éric Girard livrait aujourd’hui à Québec sa mise à jour…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…

11 mai 2004 – La CSN et le Syndicat des travailleurs et travailleuses des épiciers unis Métro – Richelieu sont blanchis des accusations dans la saga de Métro – Richelieu

La CSN et le Syndicat des travailleurs et travailleuses des épiciers unis Métro-Richelieu sont blanchis des accusations dans la saga de Métro-Richelieu

La CSN et le Syndicat des travailleurs et travailleuses des épiciers unis Métro-Richelieu sont blanchis des accusations qui pesaient contre eux dans la saga de Métro-Richelieu. C’est ce qui ressort clairement des jugements rendus le 5 mai dernier par l’honorable juge Marie St-Pierre de la Cour supérieure à la suite de poursuites intentées contre le syndicat et la CSN. Celles-ci, totalisant un montant de cinq millions de dollars, avaient été déposées par Claude Corbeil, Daniel Gagnon, Roger Laplante, Dominique Boisvert et Denis Harrison contre leur syndicat à la suite d’un règlement conclu avec Métro-Richelieu. Il faut préciser que la majorité des membres du syndicat avaient voté à 87 pour cent en faveur de cette entente de principe présentée les 19 et 20 septembre 1998. L’ensemble de membres du syndicat ont été rétablis dans leurs droits tout en recevant des dédommagements de l’ordre de 30 millions de dollars.

Ainsi, la juge constate que le syndicat n’a pas manqué à son devoir de représentation envers les plaignants, que la CSN n’a pas commis de fautes et que le syndicat n’a pas tenu de propos diffamatoires à leur égard. Bref, le syndicat tout comme le procureur du syndicat, maître Clément Groleau, ont effectué correctement leur travail de représentation.

Plus particulièrement, dans le jugement Claude Corbeil contre le syndicat et la CSN, la juge St-Pierre écrit que « le syndicat et ses représentants ont agi de façon honnête, avec intégrité et compétence, en faisant appel à la logique et à la raison et dans le respect des règles démocratiques. Non seulement y a-t-il absence de preuve de négligence et, partant, absence de négligence grave, mais il y a plus. La preuve est éloquente quant à la détermination, au sérieux et au professionnalisme dont le syndicat et ses représentants ont fait preuve au fil des années pour assurer le respect des droits de Corbeil et de tous les autres ».

En parlant des dirigeants du syndicat, Richard Rodrigue, Alain Girouard, Robert Girouard et Richard Beauregard, elle écrit : « Le Tribunal n’a aucune raison de mettre en doute la crédibilité des propos tenus par ces quatre témoins dont les témoignages ont été livrés avec clarté et sincérité, documents à l’appui ».

Dans le jugement Roger Laplante contre le syndicat et la CSN, la juge St-Pierre ajoute qu’au moment du procès en 2003, le syndicat n’a jamais abandonné, malgré tous les obstacles qui ont été placés sur sa route.

Ainsi, maintenant que la vérité est établie, ces jugements mettent un point final à la saga Métro-Richelieu.

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des épiciers unis Métro-Richelieu compte plus 325 membres et est affilié à la Fédération du commerce. Cette fédération, elle-même affiliée à la CSN, regroupe 27 000 membres dans plus de 500 syndicats. La Confédération des syndicats nationaux représente quant à elle 280 000 membres répartis dans 2700 syndicats.


Source : Syndicat des travailleurs et travailleuses des épiciers unis Métro-Richelieu (CSN) 11-05-2004

Pour renseignements : Richard Rodrigue Président du Syndicat des travailleurs et travailleuses des épiciers unis Métro-Richelieu cellulaire : 514-808-5826 Daniel Leduc, service des communications de la CSN téléphone : 514-598-2188 cellulaire : 514-795-2698

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket