Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Au lieu d’une offre, une injonction

Du 31 juillet au 23 septembre 2022, les syndicats du secteur public de la CSN tiennent leurs assemblées générales sur les demandes de table centrale et de table sectorielle. Les 170 000 membres CSN de ce secteur sont invités à voter dans ces assemblées. Voir les détails.

Du même SUJET

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…
En action pour une transition juste et écologique

En action pour une transition juste et écologique

Des mobilisations climatiques s’organisent à travers le monde ce vendredi 23 septembre et plusieurs de nos fédérations, conseils…
Première entente de principe pour les centres d’hébergement privés

Première entente de principe pour les centres d’hébergement privés

Les membres du Syndicat régional des travailleuses et travailleurs des centres d’hébergement du Centre-du-Québec–CSN ont accepté…
Le syndicat de la Fonderie Horne lance un appel au calme

Le syndicat de la Fonderie Horne lance un appel au calme

Après des mois à se focaliser sur le débat public à Rouyn-Noranda concernant l’arsenic et la…
Le plus important syndicat du milieu de la santé annonce ses revendications

Le plus important syndicat du milieu de la santé annonce ses revendications

En vue des élections du 3 octobre prochain, la FSSS–CSN dévoile ses revendications afin de permettre…
Grève de 30 jours au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Grève de 30 jours au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Excédés par la lenteur de leur négociation ainsi que par la nonchalance de leur employeur, ce…

SPUQ–CSN

Au lieu d’une offre, une injonction

Une injonction a été émise le 25 mars par la Cour supérieure du Québec visant à limiter le nombre de piqueteurs à cinq devant les portes de l’UQAM et dans un périmètre de cinq mètres de celles-ci. C’est à la demande du recteur Claude Corbo et des membres de la direction de l’UQAM, qui ont fait parvenir aux professeurs et aux maîtres de langue une mise en demeure annonçant la demande d’une injonction, que cette dernière a été accordée par la Cour supérieure. Les professeurs de l’UQAM sont dans l’attente d’une réponse de la direction concernant le renouvellement de leur convention collective échue depuis mai 2007. Depuis le début de la grève des professeurs le 16 février, la direction, sauf une lettre envoyée aux professeurs le 24 mars, est restée muette. C’est le Conseil du trésor qui, en lieu et place de l’administration, proposait vendredi dernier de différer d’une autre année le règlement du conflit. Les professeurs ont répondu par un vote massif, le 20 mars en assemblée générale, pour un retour à la table de négociation. Le 25 mars, la direction réagissait en judiciarisant ce conflit et en limitant la liberté d’expression des professeurs à travers une injonction. L’injonction contre le SPUQ s’ajoute à une précédente injonction contre certaines associations étudiantes, obtenue il y a un an. Ces deux moments, parmi tant d’autres, illustrent clairement les difficultés d’établir un dialogue entre une direction retranchée dans ses bureaux et une communauté universitaire inquiète de l’avenir de son université et de sa mission.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket