Au lieu d’une offre, une injonction

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

L’aide juridique à nouveau menacée par la grève au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie

L’aide juridique à nouveau menacée par la grève au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie

Les services de l’aide juridique dispensés au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et aux Iles-de-la-Madeleine pourraient à nouveau…
Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Des centaines de militantes et de militants de la Fédération de la santé et des services…
L'avenir du réseau public nous concerne toutes et tous !

L'avenir du réseau public nous concerne toutes et tous !

Le vice-président de la CSN, David Bergeron-Cyr, rencontrait ce matin des représentantes des Médecins québécois pour…
Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Réunis en assemblée générale le mardi 24 janvier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Oui, il faut décentraliser, pour vrai

Oui, il faut décentraliser, pour vrai

Le gouvernement de la CAQ prépare une profonde transformation en santé et services sociaux. L’actualité nous…
Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Ce jeudi 26 janvier au matin, tout juste après avoir conclu un pacte de front commun…

SPUQ–CSN

Au lieu d’une offre, une injonction

Une injonction a été émise le 25 mars par la Cour supérieure du Québec visant à limiter le nombre de piqueteurs à cinq devant les portes de l’UQAM et dans un périmètre de cinq mètres de celles-ci. C’est à la demande du recteur Claude Corbo et des membres de la direction de l’UQAM, qui ont fait parvenir aux professeurs et aux maîtres de langue une mise en demeure annonçant la demande d’une injonction, que cette dernière a été accordée par la Cour supérieure. Les professeurs de l’UQAM sont dans l’attente d’une réponse de la direction concernant le renouvellement de leur convention collective échue depuis mai 2007. Depuis le début de la grève des professeurs le 16 février, la direction, sauf une lettre envoyée aux professeurs le 24 mars, est restée muette. C’est le Conseil du trésor qui, en lieu et place de l’administration, proposait vendredi dernier de différer d’une autre année le règlement du conflit. Les professeurs ont répondu par un vote massif, le 20 mars en assemblée générale, pour un retour à la table de négociation. Le 25 mars, la direction réagissait en judiciarisant ce conflit et en limitant la liberté d’expression des professeurs à travers une injonction. L’injonction contre le SPUQ s’ajoute à une précédente injonction contre certaines associations étudiantes, obtenue il y a un an. Ces deux moments, parmi tant d’autres, illustrent clairement les difficultés d’établir un dialogue entre une direction retranchée dans ses bureaux et une communauté universitaire inquiète de l’avenir de son université et de sa mission.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket