Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Au lieu d’une offre, une injonction

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

SPUQ–CSN

Au lieu d’une offre, une injonction

Une injonction a été émise le 25 mars par la Cour supérieure du Québec visant à limiter le nombre de piqueteurs à cinq devant les portes de l’UQAM et dans un périmètre de cinq mètres de celles-ci. C’est à la demande du recteur Claude Corbo et des membres de la direction de l’UQAM, qui ont fait parvenir aux professeurs et aux maîtres de langue une mise en demeure annonçant la demande d’une injonction, que cette dernière a été accordée par la Cour supérieure. Les professeurs de l’UQAM sont dans l’attente d’une réponse de la direction concernant le renouvellement de leur convention collective échue depuis mai 2007. Depuis le début de la grève des professeurs le 16 février, la direction, sauf une lettre envoyée aux professeurs le 24 mars, est restée muette. C’est le Conseil du trésor qui, en lieu et place de l’administration, proposait vendredi dernier de différer d’une autre année le règlement du conflit. Les professeurs ont répondu par un vote massif, le 20 mars en assemblée générale, pour un retour à la table de négociation. Le 25 mars, la direction réagissait en judiciarisant ce conflit et en limitant la liberté d’expression des professeurs à travers une injonction. L’injonction contre le SPUQ s’ajoute à une précédente injonction contre certaines associations étudiantes, obtenue il y a un an. Ces deux moments, parmi tant d’autres, illustrent clairement les difficultés d’établir un dialogue entre une direction retranchée dans ses bureaux et une communauté universitaire inquiète de l’avenir de son université et de sa mission.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket