Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les membres de l’Alliance sociale claquent la porte de la Rencontre des partenaires en éducation

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Réunis en assemblée générale ce jeudi 1er décembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Le climat de travail ne cesse de se détériorer à la municipalité de Lac-du-Cerf. L’arrivée d’un…
6 décembre : quand la haine perdure

6 décembre : quand la haine perdure

Le 6 décembre 1989, 14 femmes sont assassinées par un misogyne à l’école Polytechnique de Montréal,…
Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus La Montréalaise–CSN (STTAM–CSN) ont tenu un…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…

Rencontre des partenaires en éducation

Les membres de l’Alliance sociale claquent la porte de la Rencontre des partenaires en éducation

Devant le simulacre de consultation, l’Alliance sociale claque la porte de la Rencontre des partenaires en éducation organisée par Line Beauchamp, ministre de l’Éducation. « La ministre a organisé un exercice bidon pour faire semblant d’être à l’écoute. Les étudiants ne peuvent cautionner un tel exercice qui n’avait pour but que de justifier une hausse encore plus importante des droits de scolarité », ont lancé Louis-Philippe Savoie et Léo Bureau-Blouin, présidents de la FEUQ et de la FECQ en quittant la salle de plénière. Dès le début de la rencontre, le ministre des Finances, Raymond Bachand, a donné le ton en indiquant que la hausse des droits de scolarité devait se poursuivre et s’accélérer. La suite de la journée a donné lieu à une surenchère entre les recteurs et le patronat pour savoir qui proposerait le plus grand endettement pour les étudiants québécois. Devant un tel constat, l’Alliance sociale n’avait pas d’autres choix que de claquer la porte. « Les affirmations voulant qu’une augmentation massive des droits de scolarité n’affecte pas l’accessibilité aux études relèvent de la pensée magique », martèle Claudette Carbonneau, présidente de la CSN. Pourtant, le gouvernement a fait la sourde oreille aux commentaires s’opposant à une augmentation accrue des droits de scolarité. « Pour une ministre qui dit être à l’écoute de l’ensemble des acteurs du milieu de l’éducation, Mme Beauchamp échoue sur toute la ligne », résume Réjean Parent, président de la CSQ. Les membres de l’Alliance sociale n’ont eu d’autres choix que de déplorer l’attitude de la ministre et de claquer la porte de la rencontre. « Jamais depuis le début de la rencontre nous n’avons senti que notre position a été écoutée », conclut le secrétaire général de la FTQ, Daniel Boyer. Les problèmes des universités québécoises sont bien réels, mais ils sont beaucoup plus complexes que ce que le gouvernement laisse entendre en disant que ce n’est qu’une question de financement. Il s’agit bien plus d’un mal-financement alors que les budgets de fonctionnement sont redirigés vers les immobilisations et la recherche avancée. L’impact d’une hausse des droits de scolarité sur la mixité scolaire ainsi que les conséquences des contrats de performance doivent aussi faire partie des questions qu’une vaste consultation doit soulever. C’est ainsi que les membres de l’Alliance sociale réclament des États généraux dans les plus brefs délais. Des États généraux ouverts et libres, où tous les acteurs pourront véritablement discuter de tous les enjeux entourant l’avenir des universités au Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket