Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La ligue des droits et libertés appuie la campagne

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration de l’Outaouais réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration de l’Outaouais réclame son dû!

C’est plus 275 militantes et militants de la Fédération de la santé et des services sociaux…
Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Les travailleuses et les travailleurs de la Commission des droits de la personne et des droits…
Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Alors qu’une nouvelle ronde de négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public s’amorce,…
Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada…
Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

En vue des élections du 3 octobre prochain, la FSSS–CSN dévoile ses revendications afin de permettre…
Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…

Boycottage du Journal de Montréal

La ligue des droits et libertés appuie la campagne

« C’est avec fermeté que nous dénonçons ce lock-out qui porte atteinte notamment à la liberté d’association de ces travailleuses et travailleurs, incluant le droit de négocier et de faire la grève ». C’est en ces termes que le président de la Ligue des droits et libertés, Dominique Peschard, a donné son appui à la campagne de boycottage du Journal de Montréallancée par la CSN. De plus, il a tenu à saluer le courage et la détermination de ces travailleuses et travailleurs. En guise de soutien, la Ligue des droits et libertés demande à tous ses membres de boycotter le Journal de Montréalet d’inviter leurs collègues, les membres de leur famille et leurs amis à faire de même. « L’attitude de Quebecor qui continue sans embûche à publier son quotidien est inacceptable. La Ligue dénonce également le fait que les droits de ces travailleuses et travailleurs soient bafoués en raison notamment de dispositions du Code du travail rendues obsolètes dans le cadre du travail dématérialisé », d’ajouter Dominique Peschard. D’ailleurs, la CSN demande au gouvernement Charest de modifier la loi anti-briseurs de grève afin qu’elle tienne compte des possibilités offertes par les nouvelles technologies du Web et qui font en sorte de pervertir l’esprit de la loi telle qu’adoptée en 1977.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket