Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Le faux bénévole au Repos Saint-François d’Assise devra cesser ses activités

Du même SUJET

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Un jugement de la CRT tranche contre le cimetière

Le faux bénévole au Repos Saint-François d’Assise devra cesser ses activités

Le juge administratif, Sylvain Bailly, a rendu une décision sans appel qui donne raison au Syndicat des travailleurs du Repos Saint-François d’Assise qui avait porté plainte concernant l’utilisation de briseurs de grève par le cimetière.

Le juge ordonne : « au Repos Saint-François d’Assise et à ses officiers, représentants ou mandataires de cesser et de s’abstenir d’utiliser les services de Jean-Marc Chabot pour accomplir en tout ou en partie et de quelque façon que ce soit, le travail des salariés compris dans l’unité de négociation visée par la grève ».

Il rappelle qu’entre le 8 octobre 2010 et le 11 mai, soit durant 26 semaines, Jean-Marc Chabot a effectué 1080 heures de travail et qu’il n’est tout simplement pas crédible quand il affirme avoir fait tout ce travail bénévolement. Selon le juge : « Toutes les explications du directeur général du cimetière ainsi que celles de Jean-Marc Chabot sont cousues de fil blanc et n’offrent aucun aspect de vraisemblance. »

Louis Roy, président de la CSN, souhaite que la direction du cimetière s’en tienne désormais à une négociation de bonne foi. « J’appelle les dirigeants du cimetière à travailler maintenant à la recherche de solutions au conflit. Il est temps que les vrais employés du cimetière reprennent ce qui leur revient de droit, leur travail. Les syndiqués sont en droit de s’attendre à ce que la recherche d’un dénouement satisfaisant soit un objectif partagé par les deux parties », indique Louis Roy.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket