Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Pas de grève le 11 novembre

Du même SUJET

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Alors que la pénurie de main-d’œuvre va continuer encore longtemps – on estime à 1,4 million le…
L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Après avoir porté à 10 le nombre d’entreprises spécialisées en recherche archéologique à être syndiquées au…
Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Après plus d’une semaine passée à la rue, résultat d’un lock-out sauvage décrété après sept heures…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Transport en commun à Québec

Pas de grève le 11 novembre

Le Syndicat des salarié-es d’entretien du Réseau de transport de la Capitale (CSN) se conformera à la décision du Conseil des services essentiels (CSE) rendue hier et ne dressera pas de piquets de grève le mercredi 11 novembre. Le CSE constate « qu’il ne se fait pas d’entretien ni de réparation au Centre Métrobus, que le garage ne remplit pas la mission pour laquelle il existe et, qu’en conséquence, la grève prévue est illégale ».

Le 30 octobre, le syndicat avait déposé un avis de grève au CSE car dix de ses membres œuvrent depuis un certain temps dans le nouveau garage, qui plus est avec des conditions non négociées et donc différentes de celles qui existent au garage de la rue des Rocailles. De plus, une quinzaine de cadres sont également affectés au Centre Métrobus. « Pour nous, le centre est ouvert, a déclaré le président du syndicat, André Carmichael. Nous respecterons néanmoins la décision du CSE, a-t-il poursuivi en se disant satisfait du fait que le RTC devra aviser le syndicat au moins 14 jours à l’avance du moment où « les activités d’entretien et de réparation des véhicules se tiendront au Centre Métrobus ».

L’employeur avait refusé à ce jour de communiquer cette information au syndicat.

Le syndicat souhaite maintenant que la direction du RTC profite de ce nouveau délai pour s’entendre avec lui sur l’organisation du travail au nouveau garage. « Nous ne comprenons toujours pas pourquoi elle cherche à changer des conditions gagnantes qui assurent un service de qualité qui nous a d’ailleurs valu d’être félicité, comme lors du 400e anniversaire de la ville de Québec », a mentionné André Carmichael.

« Nous avons déjà proposé des aménagements sur certains points de la convention collective pour répondre au besoin de flexibilité réclamé par l’employeur et faciliter les opérations quotidiennes. Ce dernier n’a cependant pas changé sa position. En ce sens, nous rejetons le recours à l’arbitrage. Nous estimons qu’il est toujours possible d’en arriver à une entente négociée, à condition bien sûr que l’employeur fasse preuve, comme nous, d’ouverture », a poursuivi le porte-parole syndical.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket