Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Le maire s’engage envers ses employé-es syndiqués

Du même SUJET

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Alors que la pénurie de main-d’œuvre va continuer encore longtemps – on estime à 1,4 million le…
L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Après avoir porté à 10 le nombre d’entreprises spécialisées en recherche archéologique à être syndiquées au…
Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Après plus d’une semaine passée à la rue, résultat d’un lock-out sauvage décrété après sept heures…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Ville de Tremblant

Le maire s’engage envers ses employé-es syndiqués

Hier, plus de la moitié des employés syndiqués cols bleus et cols blancs de la ville de Tremblant se sont présentés à la séance mensuelle du Conseil municipal.

Arborant drapeaux et autocollants à l’effigie de la CSN ainsi que des t-shirts portant l’inscription Solidaires et déterminés -es J’appuie ma négo !, les syndiqués, par la voix de leur président, ont profité de la période de questions du Conseil pour obtenir du Maire des engagements fermes à l’égard du déroulement de leur négociation qui semble vouloir s’éterniser inutilement.

Devant l’appui inconditionnel des syndiqués envers leur comité de négociation, le directeur de la Ville, Jean Marcoux, avait proposé à la partie syndicale d’ajouter deux rencontres de négociation avant la tenue de celle déjà prévue au calendrier le 10 juin.

Ainsi, les 4 et 5 juin, Monsieur Marcoux, ses représentants et le comité de négociation syndical se sont rencontrés en l’absence de leurs procureurs respectifs afin de convenir ensemble de pistes de solution aux nombreux litiges qui empêchent les parties d’en arriver à une entente.

« Ce fut deux journées intenses de négociation desquelles nous sommes sortis très satisfaits. Nous nous sommes entendus sur la presque totalité des enjeux en litige ce qui nous permettait d’entrevoir un dénouement rapide de la négociation. Nous avions pris l’engagement mutuel de confirmer notre entente lors de la rencontre de négociation du 10 juin », souligne Kuang Selao, président du Syndicat.

Pourtant, à l’arrivée des porte-parole de l’employeur à la table de négociation ce lundi, ces derniers ont fait volte-face en signifiant, par la voix de leur procureur, par ailleurs absent des discussions des 4 et 5 juin derniers, que les ententes ne tenaient plus, que la Ville n’avait pas l’intention de négocier ce jour même et qu’en conséquence, les pourparlers étaient remis au vendredi 14 juin. L’employeur ajouta même alors qu’une proposition globale y serait déposée refusant du même coup de s’engager à ce que celle-ci tienne compte des engagements pris par le directeur de la ville quelques jours plus tôt.

« L’objectif de notre intervention au Conseil municipal était de demander au Maire de se commettre sur les engagements pris les 4 et 5 juin. Devant notre insistance, celui-ci nous a finalement promis que l’offre globale de vendredi prochain tiendra compte des engagements pris par son directeur» ajoute Monsieur Selao.

Si la Ville ne respecte pas ses engagements, le Syndicat compte bien intensifier davantage ses moyens de pression.

Les travailleuses et travailleurs de la Ville de Tremblant sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2011. Près d’une quinzaine de rencontres de négociation ont eu lieu depuis l’échéance de la convention collective.

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs de la Ville de Mont-Tremblant – CSN représente une centaine de cols bleus et cols blancs. Celui-ci est affilié à la Fédération des employées et employés des services publics de la CSN (FEESP) et au Conseil central des Laurentides CSN.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket