L’avenir du réseau public nous concerne toutes et tous !

Le vice-président de la CSN, David Bergeron-Cyr, rencontrait ce matin des représentantes des Médecins québécois pour le régime public (MQRP) en compagnie des présidences de la FSSS–CSN, de la FP–CSN et du Conseil central du Montréal métropolitain, Réjean Leclerc, Danny Roy et Dominique Daigneault, pour échanger sur nos visions respectives en santé et services sociaux.

Constitué en 2005 à la suite du jugement Chaoulli de la Cour suprême qui a levé, au Québec, l’interdiction de l’assurance privée pour les soins et services couverts par le régime public, le MQRP regroupe des médecins résolument engagés en faveur du réseau public de santé et de services sociaux. Les échanges ont porté notamment sur le Plan santé mis en avant par la CAQ et sur des solutions concrètes d’avenir en santé et services sociaux.

Le MQRP s’oppose vigoureusement à la privatisation en santé et services sociaux. Pour la CSN, le MQRP est un allié important avec qui nous pouvons développer une vision commune autour de nombreux enjeux avec toujours le même objectif : défendre l’universalité et l’accessibilité des services publics de qualité pour toute la population.

Pour en savoir davantage sur nos positions en santé et services sociaux, consultez notre site de campagne, Vraiment public.

Oui, il faut décentraliser, pour vrai

Le gouvernement de la CAQ prépare une profonde transformation en santé et services sociaux. L’actualité nous démontre chaque jour que le statu quo est intenable. L’ensemble de la population souhaite que ce gouvernement réussisse à soigner ce système dont nous avons déjà été si fiers, collectivement.

L’une des clés de la réussite sera sans aucun doute de procéder à la nécessaire décentralisation souhaitée par nombre d’acteurs du milieu, alors que des années de réformes sont allées dans le sens inverse. Les solutions aux problèmes de notre système existent très souvent déjà à l’intérieur du réseau public. Il suffit de discuter sérieusement avec les travailleuses et les travailleurs qui sont au cœur des soins et des services au quotidien pour constater à quel point ils savent ce qui fonctionne et ce qui ne tourne pas rond. Au fil des années, la centralisation excessive et l’affaiblissement du secteur public ont érodé leur sentiment d’appartenance et ont nui à leur capacité d’offrir les meilleurs services possibles.

La décentralisation véritable du système et sa démocratisation seront pour nous des axes prioritaires pour analyser les changements que proposera le gouvernement. Nous avons déjà eu l’occasion de présenter notre vision au ministre à ce sujet lors de discussions qui portaient notamment sur son plan santé. Il en va de même quant au projet de création d’une agence provinciale de gestion, jusqu’ici nommée Santé Québec.

Pour une véritable décentralisation, il faut recréer des espaces permettant de ramener certaines décisions au niveau terrain, plus près des citoyennes et des citoyens, afin de mieux adapter les services à leurs besoins. Il faut redonner de l’autonomie aux établissements et favoriser la concertation entre les différents acteurs.

Or, depuis des décennies, les gouvernements ont eu tendance à centraliser les décisions dans des mégastructures régionales dont les dirigeants, trop souvent déconnectés du terrain, sont nommés par Québec. Aujourd’hui, la population n’a pratiquement plus de voix dans la prise de décision, ni même les intervenantes et les intervenants qui peinent à offrir les soins et les services au quotidien. Ils sont pris dans un système rigide dont la culture actuelle empêche l’intégration de leur point de vue pour améliorer son fonctionnement.

Nous appelons à un changement de paradigme complet afin de nous concentrer davantage sur les besoins réels de la population. Il faut recréer des instances plus démocratiques qui auront notamment comme mission de mieux coordonner les services offerts à la population sur un territoire donné.

 

Miser sur les CLSC
Un exemple concret parmi d’autres d’une véritable décentralisation serait de miser sur les Centres locaux de services communautaires (CLSC). Non seulement ces établissements sont-ils déjà présents sur tout le territoire québécois, mais ils sont en plus tout désignés pour devenir la porte d’entrée pour toute la population qui a besoin d’un soin ou d’un service, qu’il s’agisse de santé physique ou mentale.

Les CLSC ont été pensés dès le départ pour jouer ce rôle. On peut facilement imaginer des CLSC ouverts de jour comme de nuit et la fin de semaine, qui soignent la population et qui réunissent tous les services de première ligne offerts par des équipes multidisciplinaires, sous un même toit. Ils pourraient prendre le relais des cliniques privées et des groupes de médecine familiale (GMF) qui ont échoué à améliorer l’accès de la population au système de santé et de services sociaux.

Les CLSC ont une mission globale qui ne se limite pas aux urgences mineures de santé : elle englobe également la prévention et des actions sur les déterminants sociaux de la santé. Ils pourraient constituer le guichet unique, tant sur le plan médical que psychosocial, pour permettre à la population de consulter la bonne ressource pour chaque besoin.

Nos CLSC sont sous-utilisés. Nous invitons le gouvernement à étudier sérieusement la possibilité de miser davantage sur eux et d’en faire l’assise de ce qui constituerait une véritable décentralisation.

La CSN propose par ailleurs plusieurs autres pistes de solution pour améliorer globalement la situation en santé et services sociaux. On peut les retrouver sur notre site Web : https://www.csn.qc.ca/vraiment-public.

 

Lettre ouverte de Caroline Senneville, présidente de la CSN, publiée le 27 janvier 2023 dans le quotidien Le Droit.

Soins aux aîné-es : une priorité pour la CSN

Hier, la vice-présidente de la FSSS–CSN, Lucie Longchamps, le vice-président de la CSN, David Bergeron-Cyr et le président de la FP–CSN, Danny Roy, ont rencontré la ministre déléguée à la Santé et aux Aînés, Sonia Bélanger.

La CSN prône de nombreuses améliorations dans les soins et services aux aîné-es, notamment en ce qui a trait au soutien à domicile, secteur où le financement n’a jamais été à la hauteur des besoins, ainsi qu’à l’hébergement et aux soins de longue durée.

Nous avons réitéré l’importance de trouver des solutions au sein du réseau public pour un système de santé et de services sociaux Vraiment public.

Pour un réseau Vraiment public

 

Déprivatiser, décentraliser, démocratiser le système de santé et de services sociaux pour remettre le réseau public sur ses rails. C’est ce que propose la CSN. La Confédération des syndicats nationaux dévoile aujourd’hui une nouvelle campagne d’action et d’information visant à contrer la privatisation du réseau et à mettre en lumière une foule de solutions visant à renforcer l’universalité et l’accessibilité dans un réseau Vraiment public de santé et services sociaux.

Car en réalité, notre réseau est de moins en moins Vraiment public. Sous le coup des compressions budgétaires et des réformes centralisatrices, le secteur privé y joue un rôle en constante augmentation. La crise actuelle a révélé ces faiblesses que les travailleuses et les travailleurs du réseau connaissaient depuis longtemps. Des changements s’imposent très certainement. Mais pour la CSN, encore plus de marchandisation ne peut pas être une solution acceptable. Rappelons que le gouvernement a présenté, le printemps dernier, un plan santé annonçant certains projets de privatisation, dont la cession d’activités de deux mini-hôpitaux privés.

« Bien des gens découvrent aujourd’hui dans quel état se retrouve le réseau, explique la présidente de la CSN, Caroline Senneville. Ils peuvent avoir l’impression que c’est un échec pour le réseau public, mais dans les faits il n’y a jamais eu autant de privé dans la santé au Québec ! Nous sommes convaincus, au contraire, que nos propositions solidifieront le réseau, en assureront la pérennité ».

« Nous sommes loin d’être seuls à vouloir défendre ce joyau collectif qu’est notre réseau public universel et accessible, poursuit-elle. Nous avons des alliés à réunir et des indécis à convaincre. Nous sommes conviés à un très important débat de société et il est primordial que la voix des travailleuses et des travailleurs soit entendue. »

Le site Web de la campagne https://www.csn.qc.ca/vraiment-public présente plusieurs solutions pour le réseau public ainsi qu’une foire aux questions visant à rétablir certains faits, par exemple quant à la présence véritable du privé dans la santé au Québec. La CSN adoptera le printemps prochain une plate-forme complète sur le réseau de la santé qui guidera le mouvement dans ses prises de position futures. La CSN prépare également une mise à jour de la plate-forme sur le continuum de soins aux aîné-es qui jette un éclairage complet sur leurs besoins actuels et futurs.

 

Le bien commun comme boussole

La présidente de la CSN, Caroline Senneville, rencontrait hier le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, au moment où le réseau public a besoin de nouvelles idées et de réinvestissement substantiel. Accompagnée du président de la Fédération de la santé et des services publics (FSSS–CSN), Réjean Leclerc, et du président de la Fédération des professionnèles–CSN (FP–CSN), Danny Roy, elle a insisté sur quelques grands changements qui apparaissent nécessaires aux yeux des travailleuses et des travailleurs, soit la déprivatisation des services, leur décentralisation et la démocratisation du système.

Pour la CSN, le réseau public se trouve à un moment charnière. L’intention du gouvernement de faire davantage appel au secteur privé est d’autant plus inquiétante qu’une foule de solutions publiques existent afin de pallier les lacunes en ce qui a trait, notamment, à l’accessibilité et au temps d’attente. La CSN entend promouvoir ces pistes de solution, ciblées par les travailleuses et les travailleurs qui assurent les soins et les services au quotidien, à l’occasion d’une campagne publique qui sera lancée prochainement.

Rappelons que des représentantes et représentants de la CSN participent actuellement à un forum de discussions avec le ministère de la Santé et des Services sociaux autour d’une table réunissant presque tous les acteurs du système afin d’échanger sur les changements que souhaite apporter le ministre.

Déclarations

– CAROLINE SENNEVILLE, présidente de la CSN
En tant qu’organisation syndicale représentant du personnel dans toutes les catégories d’emploi du réseau public de même que dans de nombreux autres services gravitant autour du réseau, par exemple dans le secteur communautaire, le préhospitalier ou les ressources de type familial nous faisons partie de la solution. Aujourd’hui, le ministre a pris soin de nous présenter sa vision. Le ministre doit aussi entendre ce que nous avons à proposer. Nous voulons un réel dialogue. C’est nécessaire car le réseau public a besoin de changements importants maintenant et pour qu’on améliore vraiment les choses, la participation et la consultation des travailleuses et des travailleurs sera cruciale.

– RÉJEAN LECLERC, président de la FSSS–CSN
L’ouverture de mini-hôpitaux privés est une mauvaise idée, et ce, même si les services y sont couverts par l’assurance maladie. D’une part, le privé, en santé, ça coûte plus cher que le public. C’est vérifié partout dans le monde. L’argent qu’on investit là, on ne l’investit pas dans les besoins urgents ailleurs ! Rappelons-nous seulement toute la saga des CHU en PPP, les scandales qui les ont entourés, les dépassements de coûts et d’échéancier pour des installations qu’il a fallu réparer, dès le jour un. Par ailleurs, on ne fera pas apparaître du personnel comme par magie. On ne fera qu’aggraver la crise dans le secteur public qui peine déjà à retenir ses salarié-es. Nous ne voyons pas en quoi le secteur privé serait une solution gagnante pour les citoyennes et les citoyens alors qu’il est déjà bien implanté partout, des agences de personnel aux CHSLD privés en passant par la sous-traitance, le soutien à domicile et les groupes de médecine familiale, et que cette présence nuit à l’atteinte des objectifs de santé publique.

–DANNY ROY, président de la FP–CSN
Les solutions que nous proposons sont porteuses. Elles sont aussi concrètes et réalistes. Par exemple, nous pensons que les CLSC devraient jouer pleinement leur rôle de véritable porte d’entrée pour les citoyennes et les citoyens. Comme ils sont déjà présents partout sur le territoire, ils sont tout désignés pour être les établissements vers lesquels se tourner pour toute consultation ne nécessitant pas un passage à l’urgence de l’hôpital, qu’il s’agisse de voir une infirmière, un ou une autre professionnel-le ou encore un médecin. Si on pouvait compter sur des CLSC ouverts tous les jours et toutes les nuits, il y a fort à parier que la pression sur les hôpitaux, notamment sur les urgences, serait moins forte. À cet égard, les groupes de médecine familiale et les cliniques privées ont clairement échoué.

Le gouvernement fait fi des solutions publiques à portée de main

Pour la Confédération des syndicats nationaux, les mesures annoncées aujourd’hui par le gouvernement pour répondre à l’engorgement des établissements de santé et de services sociaux n’ont rien de neuf. La CSN appelle à des changements en profondeur pour assurer la pérennité du réseau. Cela passe par des services 100% publics.

« Les annonces faites aujourd’hui ne changent rien aux problèmes de fond concernant la pénurie de main-d’œuvre, le retard du Québec en soutien à domicile, le manque de lits en milieu hospitalier, le manque de places en CHSLD ou le sous-financement de certains services », rappelle la présidente de la CSN, Caroline Senneville.

« Pour renforcer l’accès à la première ligne et s’assurer que chaque patient voit le bon professionnel, il faut miser sur les CLSC, souligne-t-elle encore. Au fil des ans, les CLSC ont été charcutés dans leur mission. C’est pour cette raison qu’on a ces problèmes-là aujourd’hui. Les Groupes de médecine familiale sont des entreprises privées. Jamais ils ne pourront offrir des équipes multidisciplinaires, partout au Québec, 24 heures sur 24 et 7 jours par semaine. C’est pourtant ce qu’il faut faire pour diminuer la pression dans les établissements. »

La CSN ne croit pas que le gouvernement fait le bon choix en confiant encore davantage de places en hébergement au secteur privé. Au contraire, ces besoins devront convaincre le gouvernement de créer de nouvelles places en CHSLD publics.

Par ailleurs, la CSN déplore que le gouvernement repousse encore l’inévitable virage vers les soins à domicile. L’incapacité du réseau public à offrir les services nécessaires contribue sans aucun doute à l’engorgement du système auquel nous assistons actuellement. De plus, les services en soutien à domicile sont beaucoup moins dispendieux que l’hébergement de longue durée. La CSN croit aussi qu’il faut miser davantage sur la prévention et sur les services sociaux, notamment en ce qui a trait à la santé mentale.

Santé et services sociaux : les solutions résident dans un réseau public fort

La CSN invite le ministre de la Santé, Christian Dubé, celui des Services sociaux, Lionel Carmant, tous deux nouvellement reconduits dans leurs fonctions, et plus largement le gouvernement de la CAQ, à faire preuve d’écoute et d’ouverture à l’égard des travailleuses et des travailleurs, qui proposent de multiples pistes de solutions afin de corriger les lacunes du système de santé et de services sociaux.

 « Après plus de deux ans de pandémie, force est de constater que les services dans la santé et les services sociaux peuvent et doivent être renforcés, explique la présidente de la CSN, Caroline Senneville. Des années d’austérité budgétaire et de réformes centralisatrices ont laissé notre réseau en bien mauvais état pour faire face à la crise. Certains seront tentés de profiter de cet état de fait pour promouvoir encore plus la privatisation. Bien au contraire, nous sommes d’avis que ce qu’il faut prescrire pour le réseau, c’est la déprivatisation, la décentralisation et la démocratisation. Nous ne ferons pas que le clamer, nous en ferons la démonstration. »

Dès les prochaines semaines, la CSN mettra de l’avant de nouvelles initiatives afin d’insuffler un vent de changement positif dans le réseau. La CSN entend nouer des alliances avec d’autres partenaires qui ont à cœur l’avenir des services publics. Elle continuera à prendre part à toute discussion avec le gouvernement concernant l’avenir du réseau. Rappelons que la CSN et d’autres acteurs du réseau mènent actuellement des discussions avec des représentants du ministère de la Santé et des Services sociaux pour dégager des voies de solution, suivant l’annonce du plan santé par le gouvernement en avril. De plus, la CAQ a récemment annoncé son intention de favoriser l’émergence de mini-hôpitaux complètement privés qui viendraient notamment exacerber l’exode de la main-d’œuvre hors du secteur public.

Vraiment public
Or, contrairement à ce qui est parfois véhiculé, la place occupée par le privé dans nos services de santé et nos services sociaux est déjà beaucoup plus importante qu’ailleurs dans les pays industrialisés. « Évidemment, les tenants de la privatisation nous la présentent comme un ajout se greffant au système existant, mais dans les faits, on constate que le privé coûte globalement plus cher et qu’il est plus inégalitaire et plus complexe à encadrer pour les pouvoirs publics. L’avenir du réseau public concerne l’ensemble des travailleurs et travailleuses de tous les secteurs d’activité et, plus largement, tous les citoyens et citoyennes. Nous devons avoir une voix au chapitre. On ne veut plus de réformes imaginées dans des bureaux feutrés. Les solutions viendront du terrain », de conclure Caroline Senneville.

Un rôle accru pour les CLSC
« Le débat sur la privatisation des services n’a rien de nouveau, poursuit le président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), Réjean Leclerc. Un vieux dicton dit que la meilleure façon de noyer un chien est de crier qu’il a la rage, mais le réseau public doit vivre, car il n’a pas la rage. Par exemple, 20 ans après leur création, force est de constater que les groupes de médecine familiale (GMF), qui relèvent du privé, ont échoué tant en ce qui a trait à l’accès de la population aux services qu’au désengorgement des urgences. Les CLSC, qui devraient être la porte d’entrée de première ligne, ont plutôt vu une partie de leur personnel être transférée dans les GMF. Au contraire, nous croyons que les CLSC doivent jouer un rôle accru. »

Déterminants sociaux de la santé
« La santé physique et mentale de la population, ça ne se limite pas à ce qui se fait dans les établissements, enchaîne le président de la Fédération des professionnèles (FP–CSN), Danny Roy. Il faut avoir une approche globale prenant par exemple en compte les déterminants sociaux de la santé tels que le logement, l’accès à l’éducation et aux services de garde éducatifs, l’amélioration des conditions de travail ou encore les moyens à mettre en place pour assurer à toutes et à tous un niveau de revenu décent. Par ailleurs, bien du travail doit être fait à plusieurs égards, notamment pour assurer une offre adéquate en soutien à domicile, pour renforcer les services à la jeunesse, pour relever les énormes défis auxquels nous faisons face en santé mentale ou encore pour contrer les pénuries de main-d’œuvre. Ce ne sont que quelques-uns des chantiers qui nous attendent. »

La CSN prête à travailler dans une vision commune

Hier, de hauts fonctionnaires du ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi que le ministre Dubé rencontraient différents acteurs du réseau, dont les représentantes et représentants des organisations syndicales, pour présenter les mesures du Plan santé qui guident le ministre dans ses projets de réforme du réseau public. D’autres rencontres de discussions sont prévues.

Un tel forum d’échanges au niveau national est inédit. La CSN, la FSSS–CSN et la FP–CSN participeront activement à ces travaux. Depuis sa fondation, la CSN milite pour améliorer et pérenniser le réseau de santé et de services sociaux public et universel. Le réseau fait face aujourd’hui plus que jamais à des défis titanesques. Toutefois, aucune réforme n’atteindra ses objectifs si elle n’émane pas d’une vision commune, partagée par tous les partenaires. En ce sens, la CSN accueille positivement cette démarche de consultation des travailleuses et des travailleurs, lancée par le ministre.

« Nous souhaitons ardemment que cette démarche soit sincère, souligne le vice-président de la CSN, David Bergeron-Cyr. Nous jugerons l’arbre à ses fruits. Nous espérons que cela permettra d’aller au fond des choses, au-delà même de ce qui est prévu dans les 50 mesures annoncées par le ministre Dubé. Nous l’avons dit et répété, même les meilleures idées ne peuvent être pleinement mises en place si les travailleuses et les travailleurs ne sont pas impliqués. On ne compte plus le nombre de réformes précédentes mal reçues sur le terrain parce qu’elles ne tenaient pas compte de la réalité au quotidien dans les établissements. »

Pour un réseau public fort
Pour la CSN, ce lieu de discussion sera notamment l’occasion de soulever les risques de conséquences néfastes liés à la privatisation des soins et des services et de mettre au jeu ses propres pistes de solutions. Le renforcement du rôle des CLSC, l’amélioration des services de soutien à domicile, l’accès aux soins de santé mentale, la décentralisation du réseau, l’autonomie des CHSLD et des centres jeunesse et la pénurie de main-d’œuvre et le travail interdisciplinaire seront au nombre des éléments portés par la CSN dans le cadre de ces travaux.

Enfin, la CSN rappelle que la santé globale des Québécoises et des Québécois repose sur de nombreux facteurs qui ne se limitent pas aux soins et services offerts dans les établissements. Le gouvernement dispose de nombreux autres leviers pour favoriser la santé et le bien-être de la population, notamment en agissant positivement sur les déterminants sociaux de la santé, pensons au revenu décent, à l’éducation accessible et de qualité, aux services éducatifs de garde à la petite enfance, au logement abordable et salubre ou encore à la lutte contre toute forme de discrimination.

Avoir le courage d’un réseau de la santé au service du bien commun

Le bilan des 20 ans du modèle des groupes de médecine familiale publié par l’IRIS nous apprend notamment que malgré un financement conséquent, les GMF ont échoué à améliorer l’accès aux services de première ligne en santé. La FSSS demande au gouvernement Legault et aux médecins d’avoir le courage de remettre le bien commun au centre de leur pratique.

Petit rappel historique : issue de mobilisations citoyennes, la création des CLSC privilégiait le travail en équipe multidisciplinaire afin d’améliorer la santé globale de l’individu, mais aussi de sa communauté. Or, le modèle CLSC n’a pas pu se développer, notamment à cause du boycottage systématique par les associations de médecins. « Il est temps que cesse cette mainmise des médecins sur notre réseau de la santé!  Les médecins devraient être au service du réseau de la santé et non pas que tout le réseau soit à leur service! » de déclarer Réjean Leclerc, président de la FSSS–CSN.

Le modèle des GMF ne répond que peu aux besoins de la population : des heures d’ouverture réduites et un accès aux professionnel-les qui doit d’abord passer par un médecin, alors que l’on connait les difficultés persistantes pour avoir un médecin de famille. « Ce n’est pas acceptable que les GMF utilisent des prêts de services de professionnel-les venant du public, afin de servir les intérêts des médecins en premier. On demande au ministre Dubé plus de courage politique afin de favoriser le bien commun en santé. On invite les professionnel-les et les médecins à retourner vers les CLSC afin que soit mise en place une véritable première ligne médicale et psychosociale accessible à la population » de renchérir Réjean Leclerc.

Redonnons aux Québécois et aux Québécoises ce qu’ils souhaitent : l’accessibilité aux services! Redonnons la fierté à la population de leur système de santé. Redonnons leurs lettres de noblesse aux CLSC en revenant à leur rôle pivot de la première ligne des soins de santé et de services sociaux au Québec avec un financement conséquent. C’est ce que souhaite la population et les travailleuses et travailleurs du réseau de la santé, car c’est l’ensemble de la société qui y gagnerait. La FSSS–CSN appelle les médecins à se joindre à ce modèle au service du bien commun.

Faire du réseau un employeur de choix ? Oui et ça presse !

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) accueille avec ouverture le plan présenté mardi par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, tout en demeurant sceptique sur certaines orientations. La CSN y retrouve de nombreuses pistes de solution qu’elle met de l’avant depuis plusieurs années. L’intention du gouvernement de faire plus de place au secteur privé constitue toutefois une mauvaise idée, tant pour le personnel que pour les citoyennes et citoyens et la CSN s’emploiera à en faire la démonstration. À l’instar de toute l’Intersyndicale en santé et services sociaux, la centrale syndicale appelle le ministre à mettre en place un lieu où les représentants des salarié-es pourront contribuer à bonifier le plan Dubé et participer à sa mise en œuvre.

« Nous tendons la main aujourd’hui au ministre Dubé pour que le rôle des organisations syndicales soit reconnu, plaide la présidente de la CSN, Caroline Senneville. Nous souhaitons être des alliés du gouvernement dans cette vaste entreprise, parce que nous sommes attachés au réseau public de santé et de services sociaux. Nous sommes convaincus que l’amélioration des services à la population passe entre autres par une meilleure écoute des travailleuses et des travailleurs, en les plaçant au cœur de la recherche de solutions. »

Convenir paritairement de mesures pérennes
La CSN relève plusieurs mesures intéressantes dans le plan ministériel dévoilé aujourd’hui, lesquelles devront toutefois être précisées. Notons en premier lieu l’engagement du gouvernement à faire du réseau un employeur de choix, ce qui implique d’améliorer les conditions de travail du personnel, de favoriser la conciliation famille-travail-études et de procéder à plus d’embauches. La pandémie a révélé à quel point les conditions de travail sont inadéquates. La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) et la Fédération des professionnèles (FP–CSN) invitent le gouvernement à discuter sans attendre avec les agents négociateurs sur des solutions à mettre en place rapidement, considérant l’urgence d’agir.

Hébergement et soins de longue durée
La Confédération des syndicats nationaux salue la volonté gouvernementale de créer de nouvelles places en CHSLD et de rénover les installations existantes. D’un même souffle, elle enjoint le gouvernement à intégrer les centres d’hébergement privés non conventionnés dans le secteur public afin que la qualité des soins de longue durée ne soit plus menacée par la recherche de profit de certains propriétaires. Une solution à long terme doit aussi être mise en place dans les résidences pour personnes âgées (RPA), notamment en intégrant aux équipes de soutien à domicile des établissements publics le personnel qui y dispense des soins et services. Encore une fois, pour mettre en place des solutions durables, il faut inclure davantage les travailleuses et les travailleurs, ce qu’ils réclament depuis des années, car des solutions, ils en ont à proposer. 

Accessibilité
En matière d’accessibilité, la CSN considère qu’il est grand temps de permettre à des professionnel-les, autres que les médecins, de recevoir des patientes et des patients pour des consultations. Ce décloisonnement doit assurer que les personnes requérant des soins et services seront prises en charge par le ou la professionnelle la mieux outillée pour évaluer son cas.

Préhospitalier
Quant à la volonté d’élargir le rôle des paramédics dans le système de santé en leur accordant plus d’autonomie, la CSN souligne que les syndicats font de telles propositions en ce sens depuis longtemps. Toutefois, doit-on rappeler qu’ils sont sans convention de travail depuis le 31 mars 2020 et que les négociations visant à établir un juste salaire piétinent actuellement ?

Rémunération médicale
Selon la centrale syndicale, il faut sortir du mode de rémunération à l’acte, qui crée un lien direct entre le volume d’actes posés et le revenu du médecin, sans tenir compte de la qualité ni de la pertinence des soins. Des formules mixtes de capitation et de salariat devraient être envisagées.

Plan d’urgence
Le gouvernement semble tirer leçon de la pandémie de COVID-19, notamment en voulant doter le réseau de la santé et des services sociaux de plans solides pour faire face à de prochaines crises. Pour la CSN, il est important que les organisations syndicales en soient parties prenantes, car la gestion par arrêtés ministériels sans consultation génère d’énormes frustrations sur le terrain.

Décentralisation et protection des missions sociales
Pour la CSN, la décentralisation du réseau doit constituer la pierre d’assise de la refondation. Elle salue notamment l’engagement du gouvernement à compléter la mise en œuvre les recommandations de la Commission Laurent pour réformer le système de protection de la jeunesse et protéger les enfants vulnérables.

La CSN insiste toutefois sur la nécessité d’une réelle décentralisation basée sur l’autonomie organisationnelle des missions sociales, ce qui implique aussi l’octroi d’un financement qui y est dédié. Elle invite donc le gouvernement à mettre en place des échanges avec l’ensemble des partenaires pour revoir en profondeur l’organisation du réseau.

Des écueils
Plusieurs éléments du plan suscitent de vives inquiétudes

La volonté affirmée du gouvernement d’aller de l’avant avec le financement axé sur le patient est inquiétante, étant donné les risques de dérives associés à ce type de financement. C’est l’analyse des besoins de la population qui doit primer.

Plus grande place au secteur privé
Le gouvernement doit s’atteler dès maintenant à développer la capacité du réseau public à répondre adéquatement aux besoins de la population. La CSN réclame un moratoire sur tout nouveau projet de privatisation. Le plan présenté par le ministre repose en grande partie sur des acteurs privés, entre autres les Groupes de médecine familiale (GMF), alors qu’une réelle solution doit plutôt reposer sur le réseau public.

Agences de placement
La centrale syndicale déplore également que le gouvernement se contente dorénavant de vouloir mieux encadrer les agences privées de placement de personnel plutôt que de viser l’indépendance complète du réseau public à l’égard de la main-d’œuvre indépendante.

Des interrogations
Pour la CSN, le plan annoncé comporte également des zones de grandes incertitudes.

Soutien à domicile
La CSN suivra de près les travaux de la Commissaire à la santé et au bien-être portant sur l’analyse et l’amélioration du soutien à domicile. Le virage majeur en faveur du soutien à domicile que doit prendre le Québec ne peut plus attendre. La Confédération des syndicats nationaux espère que cette démarche permettra notamment de confirmer le pont essentiel que sont les auxiliaires aux services de santé et sociaux (ASSS) entre la personne à domicile et l’équipe multidisciplinaire de professionnel-les et de techniciennes et techniciens du CLSC. En ce sens, si la CSN revendique l’amélioration des conditions de travail dans les EESSAD, elle s’oppose à ce que le personnel du secteur privé ou communautaire se substitue au travail des ASSS. La CSN souhaite un investissement massif dédié aux services de soutien à domicile, en santé physique comme mentale.

Rôle des CLSC
La CSN s’explique mal le silence du gouvernement quant au renforcement du rôle des CLSC en matière notamment de soutien à domicile, d’aide psychosociale et de services sociaux en général. Les CLSC sont pourtant la pierre d’assise du renforcement des services de première ligne dans le secteur public, tant sur le plan médical que psychosocial.

Financement
Enfin, toutes ces mesures ne pourront être mises en place si elles ne s’accompagnent pas du financement nécessaire. À cet égard, la CSN croit qu’il faudra faire davantage notamment en revoyant la fiscalité, afin d’assurer un financement adéquat, stable et prévisible des services publics.