La lutte contre la réforme Dubé se poursuit

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

Bulletin Vraiment public numéro 5

AMG61015

La lutte contre la réforme Dubé se poursuit

 LE PROJET DE LOI 15 ADOPTÉ SOUS BÂILLON

 Le projet de loi 15, pièce maîtresse de la réforme Dubé, a été adopté à l’Assemblée nationale dans la nuit du 8 au 9 décembre. Étant donné que les député-es n’ont pas pu débattre de l’ensemble du projet de loi, le gouvernement a eu recours à une procédure parlementaire d’exception – le bâillon – pour l’adopter. Plusieurs articles n’ont pas été étudiés par les parlementaires. Il s’agit de la plus vaste réforme jamais vue en santé et services sociaux ; c’est aussi la plus centralisatrice.

Par conséquent, le compte à rebours est enclenché vers la création d’une nouvelle agence de gestion, Santé Québec, qui deviendra l’employeur unique des 310 000 salarié-es du réseau public de la santé et des services sociaux. L’objectif du gouvernement est que Santé Québec soit formée dès le printemps 2024. La CSN continuera sans relâche le travail de sensibilisation pendant la période de transition afin d’obtenir un maximum d’améliorations pour les travailleuses et les travailleurs et pour les citoyennes et les citoyens. Par ailleurs, nous continuerons de surveiller le gouvernement dans la mise en oeuvre de la réforme Dubé et de promouvoir une vision progressiste d’un réseau de santé et de services sociaux Vraiment public, décentralisé et démocratisé.

AÎNÉ-ES – NOUVELLE PLATEFORME

 La CSN a actualisé sa plateforme d’orientations sur le continuum de soins de santé et de services sociaux aux aîné-es : Dignité et solidarité.Après des mois de recherche et d’enquête, la CSN présente un document complet avec une vue d’ensemble sur les soins et les services offerts actuellement aux aîné-es, de même que différentes pistes de solutions pour les améliorer. Adoptée par le conseil confédéral en septembre, cette plateforme guidera la CSN lors de toutes ses interventions publiques dans ce dossier au cours des mois et des années à venir. La plateforme peut être consultée en ligne au csn.qc.ca. Quelques exemplaires imprimés sont aussi disponibles au Service de la documentation de la CSN (PôleDoc).

LA RÉFORME DUBÉ, TOUT SAUF SANTÉ !

Les inquiétudes de la CSN à l’égard de la réforme Dubé sont partagées par des centaines d’organisations syndicales, communautaires, sociales et médicales. Dans ce contexte, la CSN et les deux fédérations représentant le personnel de la santé et des services sociaux, la FSSS–CSN et la FP–CSN, ont formé une alliance avec toutes les autres organisations syndicales du réseau ainsi que de nombreux autres acteurs, dont la Coalition solidarité-santé. Cette alliance vise à développer un contre-discours et à proposer des solutions de rechange à la réforme Dubé, car elle est TOUT SAUF SANTÉ. Malgré l’adoption sous bâillon du projet de loi 15, la lutte pour les services publics de qualité accessibles et universels est loin d’être terminée. Demeurez à l’affût !

CONTRE L’AMÉRICANISATION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

Pour illustrer les risques de dérapages, la CSN a ciblé une clinique médicale privée : Lacroix Médecine Privée, à Lévis. Selon le site Internet de l’entreprise, un bilan de santé peut coûter plus de 550 $ et une consultation médicale peut aller jusqu’à 300 $ la fin de semaine. L’installation d’une prothèse totale de la hanche est également chiffrée à 24 699 $. 

Clairement, la privatisation des soins et des services, ça coûte cher, beaucoup plus cher que de miser sur les services publics, et ce, que les services soient payés par un individu, par une assurance collective ou par l’assurance-maladie publique. L’institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) a d’ailleurs mené récemment une étude comparative des coûts de certaines procédures médicales au secteur privé et au secteur public. 

La raison d’être des entreprises privées dans ce secteur comme dans un autre, c’est de réaliser un maximum de profits. Ce n’est pas pour rien qu’aux États-Unis, les dépenses globales par personne en santé et services sociaux (privées et publiques) sont deux fois plus élevées qu’au Canada ! Malgré cela, pas moins de 26 millions d’Américaines et d’Américains n’ont toujours aucune assurance maladie.

LA RÉFORME DUBÉ EXPLOITE LE TRAVAIL DES FEMMES

Le 13 décembre, la présidente de la CSN, Caroline Senneville, et la vice-présidente de la FSSS–CSN, Judith Huot, ont publié une lettre ouverte signée par plus de 115 femmes qui dénoncent, elles aussi, le contrôle que la CAQ souhaite exercer sur la société québécoise et en particulier sur les femmes. L’imposition du projet de loi 15 en est une démonstration éloquente. 

En effet, ce sont les femmes qui subiront le plus les conséquences de la réforme Dubé, tant à titre de travailleuses – 80 % de la main-d’oeuvre du réseau est féminine – que d’utilisatrices de services ou de proches aidantes. La vision mise en avant par la CAQ menace l’autonomie des travailleuses, des groupes communautaires et des sage-femmes dans l’identification des meilleures pratiques. Cela aura, à terme, des conséquences sur le libre choix des femmes. 

 

 

 

Téléchargez le bulletin complet

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023