Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Bois d’œuvre : Ottawa a raté le bateau

Du même SUJET

Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Afin de rétablir la population de caribous forestiers, la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) est consciente…
Le gouvernement doit sauver 400 emplois du secteur forestier

Le gouvernement doit sauver 400 emplois du secteur forestier

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) déplore le manque de rigueur du gouvernement du Québec, qui…
Alliance historique entre la CSN et Nature Québec pour protéger les forêts

Alliance historique entre la CSN et Nature Québec pour protéger les forêts

Nature Québec et la Confédération des syndicats nationaux lancent aujourd’hui une alliance pour revendiquer des améliorations…
Tuer le Publisac aura des impacts majeurs : la CSN demande l’intervention du gouvernement

Tuer le Publisac aura des impacts majeurs : la CSN demande l’intervention du gouvernement

La ville de Montréal a pris une décision unilatérale en annonçant la mise en place d’un…
Tramway dans la Vieille Capitale - Québec doit privilégier l'empreinte écologique et l'expertise locale

Tramway dans la Vieille Capitale - Québec doit privilégier l'empreinte écologique et l'expertise locale

Avant d’octroyer le contrat de fabrication du futur tramway de Québec, la Confédération des syndicats nationaux…
Un réel débat public sur la forêt s’impose

Un réel débat public sur la forêt s’impose

À la suite de la décision du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Accord de libre-échange Canada-États-Unis-Mexique

2021-12_bois-fim_CSN

Bois d’œuvre : Ottawa a raté le bateau

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) salue la décision d’Ottawa de contester devant les tribunaux les droits de douane imposés récemment par le gouvernement américain sur le bois d’œuvre canadien.

Toutefois, la FIM–CSN déplore que le gouvernement fédéral n’ait pas réglé « une fois pour toutes » son différend avec Washington lors des dernières négociations sur le libre-échange. Il presse Ottawa d’accorder une aide temporaire à l’industrie à l’aube d’une nouvelle bataille juridique qui s’annonce « longue et coûteuse ».

« Lors des dernières négociations, on a choisi de sauver l’industrie de l’automobile, mais pas celle de la forêt, résume Louis Bégin, président de la FIM–CSN. On a raté un rendez-vous historique. »

« Même si on finit par gagner en fin de compte, chaque bataille juridique est longue et coûteuse, ajoute-t-il. Et pendant ce temps, des régions perdent leur scierie et des travailleurs perdent leur emploi. »

Une guerre qui n’en finit plus
Depuis près de 40 ans, les Américains mènent une guerre douanière sans relâche contre le bois d’œuvre canadien, qu’ils estiment ne pas être vendu à sa juste valeur marchande. Une prétention unanimement rejetée par les gouvernements, les entreprises et les syndicats canadiens.

En 2020, Ottawa et Québec ont finalement eu gain de cause devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC) qui a rejeté les arguments du département du Commerce des États-Unis (DOC) voulant que le bois d’œuvre canadien soit subventionné.

Mais en novembre dernier, les États-Unis sont revenus à la charge. Ils ont doublé les droits compensatoires sur les importations de bois d’œuvre canadien qui sont passés de 8,99 % à 17,9 %.

Un scénario connu
Plus tôt cette semaine, la ministre fédérale du Commerce international, Mary Ng, a indiqué qu’elle contestera ces droits compensatoires en vertu de l’Accord de libre-échange Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM).

« On va encore jouer dans le même film, remarque Louis Bégin. L’argent qu’on devra mettre de côté au cas où on perdrait notre cause, c’est autant d’argent qu’on ne pourra pas investir pour moderniser nos usines, accroître notre productivité, réduire notre consommation d’énergie et sauver la forêt québécoise menacée par les changements climatiques. »

« Les gouvernements doivent aider l’industrie à traverser cette période difficile et à préserver les emplois », conclut le président de la FIM–CSN.

L’industrie canadienne du bois d’œuvre emploie près de 185 000 travailleurs au Québec, en Colombie-Britannique et en Ontario.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket