Des gains majeurs pour les employés de bureau du chantier Davie

Réunis en assemblée générale cet après-midi, les membres du Syndicat des employés de bureau du chantier naval de Lévis (CSN) ont adopté à 97 % l’entente de principe intervenue mercredi dernier. D’une durée de huit (8) ans, la nouvelle convention collective prévoit notamment des hausses de salaire à la signature allant de 20 % à 45 % selon le cas. En outre, le salaire minimum au chantier Davie passera de 18,10 $ de l’heure à 26,10 $.

Des gains majeurs
Outre les augmentations de salaire de 20 % à 45 % à la signature, la nouvelle convention collective prévoit également un mécanisme de protection contre l’inflation. En effet, les augmentations de salaire des années subséquentes seront de 5 % ou l’IPC + 0,5 % en 2024, le meilleur des deux, et 2,5% ou l’IPC + 0,5 %, le meilleur des deux, pour chaque année de 2025 à 2030. De plus, différentes primes sont bonifiées et un mécanisme plus avantageux de calcul du temps supplémentaire est instauré.

Les conditions de travail sont également sensiblement améliorées. Les syndiqués bénéficieront dorénavant de deux semaines de fermeture rémunérée durant le temps des fêtes et de deux congés supplémentaires pour raisons familiales. Les employés auront la possibilité de faire du télétravail selon les besoins opérationnels, des horaires plus flexibles sont instaurés ainsi que la possibilité d’un horaire de 40 h par semaine étalé sur 4 ou 5 jours, également selon les besoins opérationnels. Finalement, le syndicat obtient une banque de libération syndicale pouvant aller jusqu’à 520 heures payées par l’employeur.

Réactions syndicales
« C’est une entente qui va changer des vies à la Davie, » a commenté Jonathan Daraîche, le président du syndicat, « nous sommes extrêmement satisfaits du résultat et les membres le sont également comme en témoigne le taux d’appui. Avec cette entente, on peut dire que Davie redevient un employeur de choix pour tous les corps d’emplois. »

« Il faut souligner que cette entente aurait été impossible sans la mobilisation des membres derrière leur comité de négociation, » ajoute Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière – CSN, « rappelons que, pour la première fois de leur histoire, les employés de bureau de la Davie ont adopté un mandat de grève et qu’elles et ils étaient prêts à l’exercer, un avis de grève avait même été déposé. » Pour le syndicaliste, il ne fait aucun doute que l’exercice du rapport de force au bon moment a été déterminant dans l’obtention d’un tel résultat.

« Les conditions de travail à la Davie sont maintenant dignes de la Stratégie nationale de construction navale pour tous les groupes du chantier, » se réjouit Barbara Poirier, présidente du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN), « il ne manque plus que la conclusion tant attendue d’une entente pour formaliser le choix de la Davie comme troisième chantier de la SNCN, après ça on pourra se dire que la boucle est bouclée et que l’injustice historique faite au chantier de Lévis aura été réparée. »

« S’il faut faire des pressions pour y arriver, nous serons au rendez-vous, comme toute la CSN d’ailleurs », conclut la présidente du conseil central, « mais pour l’heure, le moment appartient au Syndicat des employés de bureau du chantier naval de Lévis (CSN), je les salue pour leur détermination et les félicite pour l’excellente entente de principe que leurs membres viennent d’adopter. Bravo! »

Entente de principe au chantier Davie

Le Syndicat des employés de bureau du chantier naval de Lévis (CSN) est heureux d’annoncer qu’une entente de principe est intervenue ce soir au chantier Davie. En conséquence, il n’y aura pas de grève mercredi 9 novembre 2022. Les détails de l’entente de principe seront communiqués aux membres du syndicat qui pourront se prononcer lors d’une assemblée générale spéciale dont la date, l’heure et le lieu seront annoncés sous peu.

Par respect pour les membres, le syndicat n’émettra pas de commentaires sur le contenu de l’entente de principe avant de leur avoir présenté.

SNTT des pâtes et papier de Kénogami inc. adopte un mandat de grève à 98 %

Réunis en assemblée générale le 26 octobre, les membres du Syndicat national des travailleuses et des travailleurs des pâtes et papier de Kénogami inc., avec un taux de participation à l’assemblée de l’ordre de 92 %, ont pris note de l’état des négociations et ont voté à 98 % en faveur de moyens de pression incluant une banque de trois journées de grève à utiliser au moment jugé opportun.

« Malgré plusieurs rencontres de négociation, plusieurs sujets sont toujours en litige, entre autres les salaires, les congés, les mouvements de main d’oeuvre, la rétention et l’attraction de la main d’oeuvre et le recours à la sous-traitance », explique le président du Syndicat de l’usine de Kénogami, Gilles Vaillancourt.

Les membres du syndicat espèrent que les rencontres de négociation prévues vendredi, lundi et mardi prochains permettront de dénouer l’impasse.

Nouvelle convention collective chez Mitchel Lincoln

Les trois semaines de lock-out décrétées chez Mitchel Lincoln ne seront pas venues à bout de la solidarité de la centaine d’employé-es travaillant à l’usine de carton ondulé du boulevard Cavendish, à Montréal. Réunis en assemblée générale aujourd’hui, ceux-ci ont adopté à 79 % l’entente de principe intervenue hier entre leur comité de négociation et la direction de l’entreprise.

Déterminés à réduire l’écart salarial qui subsiste par rapport aux salarié-es des autres usines québécoises du groupe Atlantic Packaging, les travailleuses et les travailleurs pourront toucher des augmentations salariales de 12 % en 2022, de 4,25 % l’an prochain et de 3 % en 2024. Une clause de protection du pouvoir d’achat a également été introduite afin de compenser une éventuelle hausse trop forte de l’index des prix à la consommation.

En plus de nombreux gains sur le plan normatif, les employé-es de l’usine Mitchel Lincoln pourront également bénéficier d’une majoration de diverses primes et d’une hausse de la contribution de l’employeur à leur régime de retraite.

« Notre objectif était de rattraper les salaires offerts dans les autres usines Mitchel Lincoln », a rappelé le président du Syndicat des travailleuses et travailleurs de Mitchel Lincoln–CSN, Ahmed Kasri. « Malgré un dur conflit de travail, nos membres sont restés solidaires et se sont battus jusqu’au bout. Notre nouvelle convention collective nous permettra de combler une bonne partie de notre retard salarial et nous avons bon espoir de pouvoir terminer le boulot au cours des prochaines négociations. »

L’usine Mitchel Lincoln, qui fabrique du carton ondulé destiné aux produits d’emballage, embauche un peu plus d’une centaine de travailleuses et de travailleurs, principalement des employé-es de production et des électromécaniciens. La direction de l’usine y avait décrété un lock-out le 26 septembre dernier.

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs de Mitchel Lincoln est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière, au Conseil central du Montréal métropolitain et à la Confédération des syndicats nationaux. Fondée en 1921, la CSN regroupe 325 000 travailleuses et travailleurs des secteurs public et parapublic, et ce, dans l’ensemble des régions du Québec.

Pour une fonderie propre à Rouyn-Noranda

Félix-Antoine Lafleur, président du Conseil central de la CSN pour l’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec, Stéphane Larente, président du STMN-CSN et Kevin Gagnon, vice-président de l’industrie manufacturière-CSN. Crédit photo: Ian-Thomas Bélanger

Après son récent appel au calme, le syndicat de la Fonderie Horne a invité la population et les élu-es de Rouyn-Noranda à venir dialoguer et à collaborer afin d’obtenir une fonderie propre à Rouyn-Noranda dans les meilleurs délais.

« Il faut à tout prix éviter le laxisme des élu-es des dernières décennies. Il va falloir atteindre le seuil de 15 nanogrammes par mètre cube d’ici l’été 2027 au plus tard, et il va falloir continuer à travailler ensuite pour atteindre la norme nationale de trois nanogrammes par mètre cube d’air », affirme Stéphane Larente, président du Syndicat des travailleurs de la mine Noranda-CSN.

Ce dernier rappelle que divers projets vont contribuer à l’atteinte du premier objectif de 2027, soit les projets Vélox, Phénix, ECCO, R3 et la zone de transition. D’autres approches seront ensuite nécessaires pour viser des émissions de trois nanogrammes ou moins sur l’ensemble du territoire. L’atteinte de l’objectif de 2027 fera en sorte que la norme de trois nanogrammes d’arsenic par mètre cube d’air sera respectée sur 84 % du périmètre urbain de la ville.

Le STMN-CSN réinvite la population à se prononcer sur cet enjeu majeur pour Rouyn-Noranda dans la consultation publique en cours jusqu’au 20 octobre. « Il faudrait cesser d’opposer les emplois et l’environnement et de diviser la population. On peut laisser la fonderie ouverte et améliorer la qualité de l’air comme jamais auparavant », enchaîne Stéphane Larente.

« On salue la diminution d’arsenic proposée, mais on ne doit pas se satisfaire de ça. Il faut ensuite atteindre la cible de 3 ng/m3 », ajoute le vice-président de la Fédération de l’industrie manufacturière-CSN (FIM-CSN), Kevin Gagnon. La FIM-CSN souligne d’ailleurs que des investissements importants pour l’environnement représentent un signal positif pour la pérennité de la fonderie et pour l’économie de la région.

Transparence et suivi serré

La CSN insiste pour que les avancées qui se trouvent en ce moment sur la table ne soient pas seulement des promesses en l’air. « Le nouveau député et le gouvernement qui viennent d’être élus doivent absolument divulguer clairement, sans aucune cachette, les progrès de la fonderie de Glencore chaque année. Sans ce suivi serré, sans cette transparence, la population de la région ne pourra jamais reprendre confiance dans le processus de suivi environnemental », soutient Félix-Antoine Lafleur, président du Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue-Nord-du-Québec-CSN.

Responsabilité collective

« Tout le monde s’entend pour dire qu’il faut un virage vert à la Fonderie Horne. C’est une responsabilité partagée des élu-es et de Glencore de faire en sorte qu’on avance dans la bonne direction, une bonne fois pour toutes. Le temps des beaux discours est terminé, on doit passer à l’action », renchérit Yvan Duceppe, trésorier et porte-parole de la CSN sur les enjeux environnementaux. Ce dernier demande par ailleurs au nouveau gouvernement de ne pas mettre ce dossier sur pause sous prétexte que de nouveaux ministres responsables seront nommés. La CSN prône une transition juste qui tient compte de l’environnement, mais aussi des travailleuses et des travailleurs.

Le syndicat de la Fonderie Horne lance un appel au calme

Après des mois à se focaliser sur le débat public à Rouyn-Noranda concernant l’arsenic et la Fonderie Horne, certains citoyens ont perdu le sens de la mesure et lancent même des commentaires haineux envers ceux et celles qui y travaillent. Dans un reportage de Radio-Canada du 17 septembre, on cite des travailleuses et travailleurs qui se font traiter, par exemple, de « tueurs d’enfants » ou « d’empoisonneurs de femmes enceintes ».

« Après l’élection, il va falloir continuer à vivre ensemble et je crains que cette division dans la population laisse des séquelles. Nous ne sommes pas des criminels, seulement des travailleurs », insiste Stéphane Larente, président du Syndicat des travailleurs de la mine Noranda–CSN. Ce dernier rappelle que les membres de son syndicat sont les premiers à vouloir une diminution des émissions de l’usine, puisqu’ils y travaillent tous les jours. « Plutôt que d’accuser les travailleurs, la population devrait participer à la consultation publique sur la proposition de diminution des émissions d’arsenic à 15 nanogrammes, qui se tiendra jusqu’au 20 octobre », propose le président.

« Le débat sur l’arsenic prend une telle ampleur qu’il occulte tous les autres enjeux importants pour la région comme la santé, l’éducation, la pénurie de main-d’œuvre ou encore de logements », s’inquiète Félix-Antoine Lafleur, président du Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue–Nord-du-Québec–CSN.

« Il faut voir la Fonderie Horne comme un élément important dans l’économie du Québec et dans le recyclage des appareils électroniques, des batteries de cellulaire, d’ordinateur ou encore de voiture électrique. On va faire quoi avec tous ces appareils si on la ferme ? », s’interroge Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière–CSN. Ce dernier rappelle que le syndicat s’est déjà prononcé pour la réduction la plus importante techniquement possible de l’arsenic dans l’air. « Le syndicat a tout intérêt à ce que des investissements massifs soient réalisés pour rendre la fonderie plus acceptable socialement et ainsi assurer sa longévité », ajoute Louis Bégin. En attendant, plusieurs travailleuses et travailleurs s’inquiètent d’une éventuelle fermeture de la fonderie, une possibilité qui revient d’ailleurs relativement régulièrement dans le débat public.

« La transition juste prônée par la CSN ne doit pas se faire sur le dos des travailleuses et des travailleurs. Il faut que le gouvernement et la population facilitent le virage qui sera nécessaire pour plusieurs entreprises, y compris la Fonderie Horne. L’enjeu du climat est le plus important de notre époque. La Fonderie Horne ne sera donc pas la seule usine à devoir changer ses pratiques dans les prochaines années et nous devrons accompagner celles et ceux qui y travaillent avec bienveillance », soutient Yvan Duceppe, porte-parole de la CSN sur les enjeux environnementaux.

Grève à l’usine TLD de Sherbrooke

Sans contrat de travail depuis le premier avril 2022, les travailleuses et travailleurs de l’usine TLD, spécialisée dans la fabrication d’équipement aéroportuaire, se sont réunis en assemblée générale le 18 août dernier et se sont munis d’une banque de 15 jours de grève à utiliser au moment jugé opportun. Le syndicat avait décidé de laisser la chance à l’employeur de bonifier ses offres lors de la dernière journée de négociation qui s’est tenue le 14 septembre dernier. À la suite de l’impasse qui persiste, les membres exerceront donc trois journées de grève à compter de 7 h le lundi 19 septembre devant l’usine, rue Cabana. 

Pas de débouché à la table de négociation 

Un des enjeux principaux de la négociation est bien évidemment le salaire. Malgré ce qui est présentement offert, des iniquités subsistent entre les salariés « Bien que tout le monde subit les mêmes augmentations du coût de la vie, l’employeur continu à nous présenter des offres qui sont inéquitables entre les membres. De plus, beaucoup de personnes avec de l’expertise quittent le navire pour aller travailler ailleurs, explique Jamieson Savard, président du syndicat des travailleuses et travailleurs de TLD-CSN. Certaines personnes ont quitté l’usine pour d’autres entreprises avec un salaire supérieur de 3 $ à 9 $ de l’heure au bas de l’échelle. » 

Le syndicat ne peut concevoir qu’une entreprise d’envergure internationale comme TLD n’offre qu’un régime de retraite ridicule, dans les plus bas du marché. « Le régime qui est actuellement en place ne nous assure que d’une chose à la retraite : la pauvreté ! Nous méritons un peu plus d’égard et de reconnaissance de la part de notre employeur », poursuit M. Savard. 

Nul n’est sans savoir que le coût de la vie a augmenté de manière phénoménale ces derniers temps et qu’à court terme, il continuera sa croissance. Pour le conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie (CCSNE-CSN), il est impératif d’offrir des emplois de qualité dans la région. « La pérennité d’une entreprise en 2022 passe par la rétention de la main-d’oeuvre. Pour ce faire, il faut impérativement être concurrentiel. On ne peut se permettre d’offrir des salaires non compétitifs, un régime de retraite inadéquat ainsi qu’un nombre de congés personnels qui ne permet pas une vie décente », conclut Denis Beaudin, président du CCSNE-CSN. 

TLD fabrique notamment des tracteurs et des convoyeurs à bagages.

Syndicat des travailleuses et travailleurs des industries manufacturières–CSN, section Auto Ambassadeur

À la suite du dépôt de la requête en accréditation, le 3 août 2022, le Syndicat des travailleuses et travailleurs des industries manufacturières–CSN/section Auto Ambassadeur inc. a été accrédité pour représenter :

« Tous les salarié-es au sens du Code du travail, à l’exception des employé-es de bureau, des vendeurs d’automobiles, des vendeurs de pièces sur la route, des vendeurs de services et des laveurs d’automobiles. »

Ces travailleuses et travailleurs ont majoritairement choisi de quitter l’Association indépendante des employé-es de Lexus Laval pour joindre les rangs de la CSN. Ils pourront enfin être entendus et bien défendus.

Ce nouveau groupe joint ainsi le Syndicat des travailleuses et travailleurs des industries manufacturières–CSN, affilié à la Fédération des industries manufacturières–CSN (FIM–CSN), au Conseil central du Montréal métropolitain et bien entendu, à la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada rentrent au travail la tête haute

Réunis en assemblée générale, les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada, mis en lock-out le 15 mars, ont voté, par scrutin secret, en faveur de la recommandation du conciliateur permettant le renouvellement de la convention collective. Il s’agit d’une première négociation pour ce syndicat depuis son affiliation à la CSN, le 1er juin 2021.

Ainsi, le retour au travail s’effectuera graduellement à partir de demain. La nouvelle convention collective d’une durée huit ans, de mars 2020 à mars 2028, inclut des augmentations salariales totalisant plus de 25 % sur cette période. De plus, chaque salarié-e recevra deux montants forfaitaires totalisant environ 9500 $. La recommandation du conciliateur prévoit également diverses bonifications, notamment en ce qui a trait aux congés et aux assurances collectives, des gains sur la flexibilité des horaires de travail et l’introduction de clauses sur la sécurité d’emploi.

En ce qui concerne le régime de retraite, la recommandation du conciliateur prévoit que le régime à prestations déterminées demeurera tel quel jusqu’au 31 décembre 2025. Rappelons que les personnes avec le moins d’ancienneté n’ont déjà plus accès qu’au régime à cotisations déterminées, beaucoup moins avantageux, héritage de négociations précédentes, alors que le syndicat n’était pas affilié à la CSN. Ainsi, à partir de janvier 2026, l’ensemble des salarié-es sera couvert par un même régime de retraite dont ils édicteront eux-mêmes tous les paramètres, lors d’une prochaine assemblée. Ils pourraient par exemple opter pour un régime à prestations cibles, une formule plus avantageuse qu’un régime à cotisations déterminées. La recommandation prévoit des contributions de 10 % pour l’employeur et de 6 % pour les salarié-es au régime de retraite, ce qui constitue une amélioration notable par rapport au régime à cotisations déterminées actuellement en vigueur.

« Je suis très fier de nos membres, réagit le président du syndicat, Frédéric Labelle. Lorsque Rolls-Royce a déclenché le lock-out, nous avons décidé tous ensemble que nous ne céderions pas devant l’intimidation et que nous seuls déciderions quand et à quelles conditions nous reprendrions le travail. Le conflit a été long et difficile, mais on s’est tenu. Nous n’avons peut-être pas tout gagné ce qu’on voulait, mais nous avons tout de même obtenu des améliorations substantielles par rapport à ce que l’entreprise voulait nous imposer au départ. Nous avons eu raison de tenir notre bout ! »

La présidente du Conseil central de Montréal métropolitain (CCMM–CSN), Dominique Daigneault était présente lors de l’assemblée. « Je tiens à souligner le travail du comité de négociation, du comité exécutif et de toutes les militantes et les militants du syndicat dont la mobilisation a été exemplaire et inspirante pour l’ensemble du mouvement syndical. On ne peut qu’espérer que Rolls-Royce Canada comprenne maintenant que ces travailleuses et ces travailleurs ne se laisseront jamais marcher sur les pieds, ne se laisseront jamais imposer quoi que ce soit. Ils sont dignes. Ils méritent le respect et la reconnaissance. La réputation d’excellence de Rolls-Royce, c’est d’abord à ses salarié-es qu’elle la doit ! »

Le vice-président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) Serge Berthiaume, également présent lors de l’assemblée, appelle l’entreprise à tout mettre en œuvre pour favoriser une amélioration du climat de travail. « Rolls-Royce Canada peut et doit redevenir un employeur de choix. Il faudra mettre du temps et les énergies nécessaires pour rebâtir la confiance dans les relations de travail. J’appelle Rolls-Royce Canada à en faire une priorité. Espérons que ce conflit de travail, une première chez Rolls-Royce depuis plus de 60 ans, permette un assainissement des relations de travail qui ont été malmenées durant cette négociation, et ce, même avant qu’un lock-out soit décrété ».

Pour sa part, la présidente de la CSN, Caroline Senneville a salué la détermination des salarié-es. « Au nom des 325 000 membres de la CSN, de toutes les travailleuses et les travailleurs du Québec, je tiens à remercier les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce. En se tenant debout, en tenant la minute de plus, ils ont fait une démonstration éloquente de la force de la solidarité. La voie de la négociation sera toujours préférable à celle de l’affrontement et la CSN sera toujours là pour soutenir ses membres dans l’amélioration de leurs conditions de travail.

Ces travailleuses et travailleurs sont spécialisés dans l’entretien des moteurs d’avion. L’usine est située sur le Chemin de la Côte-de-Liesse, à Montréal.

Fonderie Horne: rassurée, la CSN garde l’œil ouvert

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) accueille favorablement le plan d’action de la fonderie Horne de Rouyn-Noranda présenté aujourd’hui pour diminuer ses rejets toxiques. Le passé étant toutefois garant de l’avenir, la prudence reste de mise.

Ce matin, la multinationale Glencore, propriétaire de la fonderie, a annoncé qu’elle se soumettrait aux nouvelles normes gouvernementales édictées plus tôt cette semaine par le gouvernement du Québec qui lui imposent une importante réduction de ses émissions.

« C’est rassurant de voir que l’employeur répond aux demandes du ministère de l’Environnement, a d’abord commenté Stéphane Larente, président du Syndicat des travailleurs de la mine Noranda (STMN–CSN). C’est d’autant plus rassurant que, non seulement nous travaillons dans l’usine, nous sommes aussi des citoyens qui habitons à proximité. »

« Nous avions des inquiétudes quant à l’atteinte des normes exigées par le gouvernement du Québec, a-t-il dit. Mais aujourd’hui, il semble que ce soit réaliste et que ce sera fait dans les temps, soit d’ici cinq ans. »

La fin du laisser-aller
« Il y a eu beaucoup trop de laisser-aller depuis beaucoup trop longtemps dans ce dossier », estime pour sa part le trésorier de la CSN, Yvan Duceppe. « Il était grand temps le gouvernement et Glencore prennent leurs responsabilités à l’égard des citoyennes et des citoyens de Rouyn-Noranda », a affirmé le dirigeant syndical, qui déplore néanmoins qu’en dépit des modifications qui seront apportées à la fonderie, la population de Rouyn-Noranda n’ait toujours pas droit aux mêmes normes environnementales que le reste du Québec.

« Un pas dans la bonne direction »
Pour le président du Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue–Nord-du-Québec (CCATNQ-CSN), Félix-Antoine Lafleur, «c’est un pas dans la bonne direction ».

« La compagnie affirme qu’elle va se conformer aux normes du gouvernement. Ce sera maintenant au gouvernement de veiller à l’atteinte des objectifs », a-t-il expliqué.

Le vice-président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), Kevin Gagnon, s’est dit encouragé par le maintien des activités de recyclage de matériel électronique ayant cours à la fonderie.

Bois d’œuvre : Ottawa doit talonner Washington

Même si le gouvernement américain vient tout juste d’abaisser de moitié les tarifs douaniers imposés au bois d’œuvre canadien, ceux-ci demeurent totalement injustifiés, souligne la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN). L’organisation syndicale exhorte la ministre fédérale du Commerce international, Mary Ng et son gouvernement à talonner Washington afin de trouver une solution pour mettre un terme à ces tarifs abusifs qui privent les travailleuses et travailleurs de ce secteur de revenus importants.

Pour le président de la FIM–CSN, Louis Bégin, « Ottawa doit utiliser tous les recours de règlement de différends prévus à l’Accord Canada–États-Unis–Mexique. La prétention américaine quant à la concurrence déloyale du régime canadien n’est qu’un prétexte pour s’attaquer à notre souveraineté et faire main basse sur nos ressources naturelles. »

Le président de la FIM–CSN déplore à nouveau que le gouvernement fédéral n’ait pas réglé « une fois pour toutes » son différend avec Washington lors des dernières négociations sur le libre-échange. Il presse Ottawa d’accorder une aide temporaire à l’industrie tant que cette bataille juridique, qui s’annonce longue, n’est pas terminée. « Le gouvernement doit aider l’industrie à traverser cette période difficile et à préserver les emplois », conclut le président de la FIM–CSN.

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) rassemble plus de 25 000 travailleuses et travailleurs réunis dans plus de 320 syndicats à travers toutes les régions du Québec.

Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Les membres du Syndicat des travailleurs de la Scierie de Petit Paris–CSN se sont réunis en assemblée générale le vendredi 29 juillet 2022. Ils ont entériné l’entente survenue la semaine précédente visant le renouvellement de leur convention collective pour les trois prochaines années.

Présentée par leur comité de négociation, l’entente, d’une durée de trois ans, comprend des augmentations salariales entre 16 et 23 % et inclut une clause de protection contre l’inflation. La méthode de prise des différents congés est améliorée afin de permettre une plus grande flexibilité en lien avec la conciliation travail-famille. Les membres du syndicat ont aussi obtenu des gains importants pour les éléments suivants :

  • Augmentation des primes de quart;
  • Procédure d’affichage et d’octroi des postes;
  • Ajout d’un congé férié;
  • Mécanisme de prise des vacances;
  • Gestion du régime de retraite;
  • Prévention et santé-sécurité au travail;
  • Implantation d’une procédure visant à faciliter la préretraite

La FIM-CSN demande à Glencore de sortir de son mutisme

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) estime que Glencore doit tout faire pour protéger la santé des travailleuses et des travailleurs ainsi que celle de la population de Rouyn-Noranda.

« Il est grand temps que Glencore publie un plan d’action détaillé et s’engage fermement à une réduction la plus grande techniquement possible dans l’air qui se retrouve aux abords de la Fonderie Horne », a déclaré Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN). Pour la FIM, l’annonce d’un investissement de 1,5 G$ aux employé-es de la fonderie est une bonne nouvelle, mais il faut maintenant dire ce qu’il sera possible de faire avec cet argent dans un échéancier précis, afin de rassurer la population et les employé-es de la fonderie.

La Fonderie Horne joue un rôle primordial dans l’économie, tant pour le cuivre que pour le recyclage des appareils électroniques. Elle doit donc continuer ses activités, mais pas à n’importe quelle condition. « Il faut viser un seuil réglementaire acceptable, mais exiger l’atteinte de 3 nanogrammes par mètre cube en quelques années serait équivalent à annoncer une fermeture. En effet, même si l’usine arrêtait demain matin, il resterait un minimum d’arsenic dans l’air qui sera très difficile d’éliminer rapidement », ajoute Louis Bégin.

Avec le temps, il est possible de mettre en place de nouvelles technologies qui font l’objet de recherches, comme celle qui vise à épurer le minerai avant de le fondre, de façon à faire baisser l’arsenic à la source. Ce procédé n’est toutefois pas fonctionnel dès maintenant et il faudra l’ajuster pour qu’il soit compatible avec l’ensemble de la filière industrielle.

La dernière offre patronale rejetée massivement

Réunis en assemblée générale ce dimanche, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada (RRC) ont rejeté la dernière offre globale de l’entreprise dans une proportion de 75 %.

« Je suis très fier de nos membres, réagit le président du Syndicat des travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada, Frédéric Labelle. Après plus de quatre mois de lock-out sauvage, ils ont envoyé un message très fort : nous nous tiendrons debout jusqu’au bout. La seule issue satisfaisante à ce conflit sera une entente négociée. »

« Nous serons aux côtés des salarié-es de Rolls-Royce jusqu’à ce qu’ils aient gain de cause, poursuit la présidente du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN), Dominique Daigneault. »

« Pour le bien de toute l’industrie, les travailleuses et les travailleurs doivent gagner, enchaîne le vice-président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), Serge Berthiaume. L’inflation atteint des niveaux record, le manque de main-d’œuvre est généralisé alors que le secteur aéronautique se relève d’années difficiles. Dans ce contexte, il est indécent que Rolls-Royce cherche aujourd’hui à couper sans vergogne dans les conditions de travail des salarié-es qui ont fait sa réputation d’excellence. »

Malgré toutes les tentatives de l’employeur pour casser la solidarité qui unit les membres, leur détermination demeure intacte. Rappelons que le 15 mars, RRC a imposé un lock-out à ses 530 salarié-es de l’usine située sur le Chemin de la Côte-de-Liesse. L’entreprise veut, entre autres, forcer la mise au rencart du régime de retraite à prestations déterminées et geler les salaires. Ces travailleuses et travailleurs sont spécialisés dans l’entretien des moteurs d’avion.

L’entreprise poursuit en justice plus du quart de ses salarié-es pour avoir manifesté là où elle ne le tolère pas et a congédié le président du syndicat. Elle a également annoncé le licenciement d’une trentaine de salarié-es, prétextant une restructuration des activités. En outre, l’entreprise communique régulièrement directement avec les salarié-es au sujet des négociations, ce qui est illégal en vertu du Code du travail. RRC a aussi reconnu devant le Tribunal administratif du travail avoir eu recours à des briseurs de grève.

De leur côté, les travailleuses et les travailleurs demandent un contrat de cinq ans et veulent notamment éliminer les clauses « orphelin » du régime de retraite et de l’assurance collective, améliorer les salaires et les horaires de travail ainsi que bonifier les congés. La convention collective est échue depuis mars 2020.

Un nouveau syndicat découvre la « manière CSN »

Nouvellement syndiqués à la CSN, les membres de l’Union des travailleuses et travailleurs de Locweld–CSN étaient réunis en assemblée générale, le samedi 16 juillet 2022, afin de se prononcer sur une entente de principe intervenue entre les parties. La satisfaction était grande au sein du comité exécutif du syndicat, puisque l’entente a recueilli l’approbation de 89,5 % des membres présents à l’assemblée. Pour Wayne Gloutney, président par intérim de l’UTTL–CSN, « il ne fait aucun doute qu’une bonne partie de nos objectifs ont été atteints dans le cadre de cette négociation. On ne peut pas tout avoir du premier coup, mais on a fait un pas gigantesque dans la bonne direction ».

À l’issue de cette négociation, les membres de l’usine produisant les pylônes d’acier des réseaux électriques verront leurs conditions de travail majorées de façon significative. Les salaires, notamment, seront augmentés d’une moyenne de 9,5 % la première année et d’un minimum de 3 % pour les trois années suivantes. Ce pourcentage pourra aller jusqu’à 4,5 % en fonction de l’IPC. Les syndiqué-es auront également droit à une troisième journée de maladie payée. Une avancée considérable a également été faite en ce qui a trait à l’échelle salariale. Plutôt que de prendre cinq ans pour arriver à l’échelon le plus élevé, il ne faudra dorénavant qu’une seule année.

Pour Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière–CSN, « l’entente de Locweld est un bel exemple de ce qui se négocie aujourd’hui dans le milieu. Devant la compétition féroce à laquelle se livrent les employeurs pour attirer la main-d’œuvre, une solution simple s’impose : améliorer les conditions de travail ».

Enfin, le succès de cette négociation est également le fruit de la belle unité qui s’est développée au sein du jeune syndicat. Selon Dany Chamberland, secrétaire-trésorier du Conseil central de la Montérégie—CSN, « quand les gens se mobilisent et font preuve d’un esprit de corps à toute épreuve, ça fait réfléchir les employeurs. La direction de Locweld savait très bien que les membres de l’UTTL–CSN étaient en mesure d’aller jusqu’au bout pour obtenir ce qu’ils méritent amplement. C’est probablement cette détermination qui a été décisive et qui a fait en sorte qu’on a été capables de s’entendre à la satisfaction des deux parties ».

Syndicat des travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada–CSN

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada–CSN a été accrédité le 1er juin 2021 pour représenter :

« Tous les employé-es, à l’exception des gérantes, gérants, superintendantes, surintendants, superviseur-es immédiats, gardiennes, gardiens, employé-es de bureau ainsi que les personnes automatiquement exclues conformément aux dispositions du Code du travail du Québec. »

Les travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada, initialement représentés par l’AIMTA mais désireux d’avoir plein contrôle sur leurs décisions, ont choisi de changer d’allégeance syndicale et de joindre les rangs de la CSN afin de garder pleinement leur autonomie. La combativité, la mobilisation, l’information, ainsi que l’ensemble des ressources et outils spécialisés offerts à nos syndicats affiliés ont également grandement motivé leur décision.

Ce nouveau syndicat sera affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière, au Conseil central du Montréal métropolitain et bien entendu, à la Confédération des syndicats nationaux.

Syndicat des travailleuses et travailleurs des industries manufacturières–CSN, section Demix Agrégats Laval/Montée Masson

À la suite du dépôt de la requête en accréditation le 3 août 2021, le Syndicat des travailleuses et travailleurs des industries manufacturières–CSN – Section Demix Agrégats Laval/Montée Masson a été accrédité pour représenter :

« Tous les employé-es salariés au sens du Code du travail à l’exception des employé-es de bureau et des préposé-es à la pesée. »

Ces travailleuses et travailleurs ont majoritairement choisi de quitter les Métallos section local 7625 pour joindre les rangs de la CSN. Ils pourront enfin être entendus et bien défendus.

Ce nouveau groupe joint ainsi le Syndicat des travailleuses et travailleurs des industries manufacturières–CSN, affilié à la Fédération des industries manufacturières–CSN (FIM), au Conseil central du Montréal métropolitain et bien entendu, à la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Syndicat des travailleuses et travailleurs de MPI Moulin à papier de Portneuf–CSN

À la suite du dépôt de la requête en accréditation le 3 août 2021, le Syndicat des travailleuses et travailleurs de MPI Moulin à papier de Portneuf–CSN a été accrédité pour représenter :

« Tous les salarié-es au sens du Code du travail à l’exception des employé-es de bureau et des employé-es temporaires. »

Ce moulin compte près d’une cinquantaine de salarié-es qui contribuent à la fabrication d’une grande variété de produits en papier. Ces travailleuses et travailleurs ont décidé de quitter les Métallos pour rejoindre la CSN afin de jouir de meilleures conditions de travail. Ensemble, ils ont choisi la CSN pour son esprit combatif, son écoute et son caractère démocratique. Ils pourront désormais se tenir debout devant l’employeur.

Ce nouveau syndicat sera affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière–CSN, au Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches et bien entendu, à la Confédération des syndicats nationaux (CSN).