Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

L’action syndicale comme fer de lance du progrès social

Du même SUJET

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Congrès du Conseil central de la Montérégie (CSN)

L’action syndicale comme fer de lance du progrès social

 Le Conseil central de la Montérégie (CCM), affilié à la CSN, tient son 7e Congrès triennal du 21 au 24 mai à l’Hôtel Plaza Valleyfield. Quelque 220 délégué-es provenant de différents secteurs d’activité y sont attendus. Sur le thème Se mobiliser, c’est un plus, ils entendent échanger sur différents enjeux politiques, économiques et sociaux, ainsi que sur le rôle du Conseil central de la Montérégie comme instrument de promotion et de défense des droits des travailleuses et des travailleurs.

Se mobiliser, c’est un plus! « Le thème retenu pour le congrès, fait valoir Pierrette Poirier, présidente sortante du CCM-CSN, illustre parfaitement le niveau de préoccupation des syndiqués devant la dégradation constante des conditions de travail et de vie en général, et la nécessité de proposer des solutions syndicales viables et constructives ». La privatisation accrue des services publics, notamment dans la santé et les services sociaux, la crise économique et ses mises à pied successives dans le secteur privé, les assauts répétés des gouvernements fédéral et provincial, dont ceux visant l’assurance-emploi et les fonds de travailleurs, de même que les compressions budgétaires dans les services publics, voilà un aperçu du contexte dans lequel se déroule notre 7e Congrès.

Une alternative incontournable Pour Pierrette Poirier, « les syndicats demeurent un rempart essentiel et incontournable pour opposer une force vive et organisée à ceux et à celles qui cherchent à imposer des reculs aux travailleuses et aux travailleurs. Rappelons-le, les syndicats contribuent à l’essor de la région et du Québec. Ils doivent par conséquent parfaire leurs outils pour mieux affronter les nombreux défis. C’est à cette réflexion que le congrès entend s’attarder ».

Pour le président de la CSN, Jacques Létourneau, il importe de faire contrepoids aux politiques néolibérales qui ont cours, d’où la campagne nationale intitulée Et si on avançait : le progrès social dépend de nous. « À Ottawa, nous avons le gouvernement le plus à droite de l’histoire récente canadienne. À Québec, le printemps érable a amené un changement politique. Malheureusement, minoritaire, le PQ souffle le chaud et le froid. La mondialisation, la crise de l’État social et la financiarisation de l’économie nous obligent à faire un débat de société. De plus, il ne faut pas perdre de vue le discours antisyndical qui se manifeste de plus en plus. Leurs attaques sont insidieuses. Pour les contrecarrer, nous ne pouvons rester ni silencieux ni inactifs », soutient-il.

Un congrès bien rempli L’ouverture du congrès a lieu le mardi 21 mai à 10 h. Y seront débattues différentes propositions visant à consolider les actions des quelque 220 syndicats affiliés au Conseil central de la Montérégie. 

Parmi les thèmes abordés par les congressistes figurent la place des jeunes dans les syndicats, la condition féminine et les droits des femmes, la santé et la sécurité au travail, l’environnement et l’action syndicale, la santé mentale au travail et l’entraide collective, le syndicalisme à l’ère des réseaux sociaux et la retraite comme enjeu de société.

À propos du Conseil central de la Montérégie Le Conseil central de la Montérégie (CCM-CSN) compte environ 35 000 membres issus des secteurs privé et public. Il est affilié à la Confédération des syndicats nationaux qui regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket