Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Soyons prudents

Du même SUJET

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Le gouvernement doit prendre ses responsabilités

Le gouvernement doit prendre ses responsabilités

Aujourd’hui et demain, dans plusieurs régions du Québec, des conductrices et des conducteurs de véhicules scolaires…
Les membres du Syndicat des employés de Fonderie Saguenay ltée obtiennent un règlement!

Les membres du Syndicat des employés de Fonderie Saguenay ltée obtiennent un règlement!

Les membres du Syndicat des employés de Fonderie Saguenay ltée se sont réunis en assemblée générale…
Sprint de négociation chez les sages-femmes

Sprint de négociation chez les sages-femmes

Le groupe de militantes s’est réuni devant l’hôtel Quality Suites où se déroulaient les négociations avec…
Un congrès tout en solidarité pour le Conseil central du Saguenay Lac-Saint-Jean–CSN

Un congrès tout en solidarité pour le Conseil central du Saguenay Lac-Saint-Jean–CSN

Les congressistes présents ont pu échanger sur de nombreux enjeux touchant le monde du travail :…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Vente des journaux régionaux de Gesca

Soyons prudents

C’est sans grande surprise que la Fédération nationale des communications (FNC-CSN) apprend la vente des journaux régionaux de Gesca au Groupe Capitales Médias dont l’un des dirigeants est l’ancien ministre libéral, Martin Cauchon.

Ainsi, Le Soleil, Le Nouvelliste, La Tribune, La Voix de l’Est, Le Droit, Le Quotidienet Le Progrès Dimanche sont maintenant propriété d’une compagnie peu connue qui a été créée il y a à peine deux jours, selon le registraire des entreprises du Québec.

« On se doutait bien que Gesca tentait de vendre ses journaux régionaux. On sentait un désintérêt de la part de la partie patronale de La Presse depuis un bon moment. Il était clair que La Presse prenait ses distances face aux journaux régionaux. De plus la compagnie refusait de nous révéler son plan d’affaires pour ses journaux régionaux. Il y avait anguille sous roche », soutient Pascale St-Onge, secrétaire générale de la FNC.

Dans le contexte économique actuel et dans la conjoncture qui prévaut dans le domaine de la presse écrite, la FNC espère rencontrer les dirigeants du Groupe Capitales Médias afin d’avoir une discussion de fond sur leurs projets et leur vision d’avenir. Le Groupe Capitales Médias, qui est situé dans la ville de Québec, est très peu, sinon pas du tout connu, au même titre que ses intentions réelles. La bonne nouvelle est que M. Cauchon a sous-entendu qu’il maintiendrait les équipes en place. Il est, selon nous, primordial qu’il soit entouré de gens d’expérience et de professionnels de l’information puisque lui-même ne provient pas du milieu des médias.

« Plusieurs questions demeurent sans réponse pour le moment. Outre Martin Cauchon, qui est derrière Capitales Médias ? Est-ce que d’autres investisseurs sont impliqués ? Que compte faire M. Cauchon avec ses nouvelles acquisitions ? Favorisera-t-il une restructuration qui entraînera des pertes d’emplois ? Impossible de le savoir pour l’instant. La seule certitude que nous ayons, c’est que nous défendrons l’information régionale bec et ongles, ainsi que l’intégrité et l’indépendance de chacun des quotidiens comme on l’a toujours fait », conclut Mme St-Onge.

La direction de Capitales Médias doit tenir une conférence téléphonique en après-midi avec les présidents des différents syndicats des journaux impliqués dans la transaction.

La FNC représente la majorité des employé-es de La Presse et des journaux régionaux qui ont été vendus aujourd’hui.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket