Les femmes de la CSN applaudissent l’issue des travaux

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

COP15 : il faudra tenir compte des personnes qui vivent des ressources naturelles

COP15 : il faudra tenir compte des personnes qui vivent des ressources naturelles

La CSN accueille favorablement l’accord historique intervenu à la COP15 de Montréal cette semaine pour la…
Iran, la mèche de la révolte

Iran, la mèche de la révolte

Lettre ouverte publiée le samedi 28 octobre dans Le Soleil, Le Droit, Le Nouvelliste, Le Quotidien,…
Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Afin de rétablir la population de caribous forestiers, la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) est consciente…
Alliance historique entre la CSN et Nature Québec pour protéger les forêts

Alliance historique entre la CSN et Nature Québec pour protéger les forêts

Nature Québec et la Confédération des syndicats nationaux lancent aujourd’hui une alliance pour revendiquer des améliorations…
Large appui de la Société civile envers la Première Nation de Long Point face à Sayona Mining et lancement d'une pétition de soutien internationale

Large appui de la Société civile envers la Première Nation de Long Point face à Sayona Mining et lancement d'une pétition de soutien internationale

Neuf regroupements et comités citoyens, groupes environnementaux, syndicat et organisme communautaire de l’Abitibi-Témiscamingue joignent leurs voix…
L’avenir se conjugue au nous

L’avenir se conjugue au nous

La Journée internationale des droits des femmes est l’occasion parfaite de réfléchir sur ce qui a…

États généraux de l'action et de l'analyse féministes

Les femmes de la CSN applaudissent l’issue des travaux

La CSN tient à souligner le travail admirable de plusieurs centaines de femmes qui ont adopté, lors des États généraux de l’action et de l’analyse féministes qui viennent de se terminer, une série de propositions qui permettront au mouvement de femmes du Québec de se donner des plans d’action pour les 20 prochaines années. Une délégation d’une trentaine de femmes des fédérations et des conseils centraux de la confédération prenait part à l’événement, qui s’est déroulé du 14 au 17 novembre 2013.

Un vaste programme

La santé des femmes, leur façon de participer au monde du travail et au système économique, les stéréotypes, représentations et normes sociales qui leur sont associés ainsi que leur participation citoyenne et politique constituent quelques-uns des enjeux sur lesquels elles ont eu à se pencher.

« Ces États généraux ont réuni des femmes de tous les horizons pour discuter des réalités qui les concernent de près. Les propositions qui se sont dégagées des ateliers et qui ont été adoptées sont nombreuses et seront très porteuses pour l’avenir du mouvement », a souligné la vice-présidente de la CSN, Denise Boucher.

Parmi ces propositions, on peut noter la promotion d’une vision féministe globale de la santé et du bien-être des femmes, la mise sur pied d’une commission d’enquête nationale sur les femmes autochtones portées disparues ou assassinées, l’offre réelle et tangible de ressources pour les femmes qui veulent se sortir de la prostitution ou encore la lutte contre la pauvreté, notamment celle des femmes. « Cette lutte contre la pauvreté doit entre autres passer par l’augmentation de logements sociaux », a précisé Denise Boucher.

Violence envers des participantes

Les femmes présentes aux États généraux ont par ailleurs tenu à dénoncer publiquement et d’une seule voix la violence dont ont été victimes samedi soir un groupe de lesbiennes qui participaient à l’événement. Celles-ci ont été apostrophées par huit hommes qui les ont insultées au sujet de leur orientation sexuelle. Deux d’entre elles ont été frappées.

« Ces gestes condamnables démontrent à quel point la cause féministe a sa raison d’être. La violence à l’égard des femmes doit cesser, et nous continuerons à nous battre en ce sens, a dénoncé Denise Boucher. Les organisations et groupes féministes ont du pain sur la planche pour faire reconnaître les droits des femmes sur plusieurs questions dans les années à venir ; nous ne baisserons pas les bras pour défendre ces droits puisqu’on le voit bien, rien n’est jamais gagné », a-t-elle conclu.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket