Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

4 septembre 2008 – Casino de Montréal Les agents de sécurité manifestent aujourd’hui devant les bureaux de Loto – Québec

Du même SUJET

Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

En décidant unilatéralement, en janvier dernier, d’octroyer une prime de 6,6 % aux éducatrices retraitées qui désireraient…
Le TAT rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas passer par-dessus les syndicats

Le TAT rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas passer par-dessus les syndicats

C’est une bataille importante que remportent la FSSS-CSN, la FSQ-CSQ, la FIQ, le SQEES-FTQ et le…
Bois d’œuvre : Ottawa doit talonner Washington

Bois d’œuvre : Ottawa doit talonner Washington

Même si le gouvernement américain vient tout juste d’abaisser de moitié les tarifs douaniers imposés au…
Les travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada manifestent leur mécontentement

Les travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada manifestent leur mécontentement

Après plus de quatre mois de lockout, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce ont investi…
Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Les membres du Syndicat des travailleurs de la Scierie de Petit Paris–CSN se sont réunis en…
La FIM-CSN demande à Glencore de sortir de son mutisme

La FIM-CSN demande à Glencore de sortir de son mutisme

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) estime que Glencore doit tout faire pour protéger la santé…

4 septembre 2008 – Casino de Montréal Les agents de sécurité manifestent aujourd’hui devant les bureaux de Loto – Québec

Photo : Michel Giroux

Casino de Montréal

Les agents de sécurité manifestent aujourd’hui devant les bureaux de Loto-Québec

Quand on veut négocier… on n’impose pas un lock-out ! « Pour un employeur qui se dit prêt à négocier, le Casino de Montréal a une drôle de façon de le démontrer ! Imposer un lock-out tout en prétendant vouloir régler la négociation au plus vite dénote une arrogance peu commune », dénonce Ginette Guérin, la présidente de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP).

Voilà pourquoi les agents de sécurité de Montréal en lock-out, membres du Syndicat des employé-es de la Société des casinos du Québec (CSN) manifestent le jeudi 4 septembre à 16 heures devant le siège social de Loto-Québec, la Société des casinos du Québec inc. étant une filiale à 100 % de cette société d’État.

Un lock-out injustifié

Lors de la dernière rencontre de négociation, tenue le lundi 25 août dernier, le syndicat a déposé une proposition d’aménagement des horaires, principal sujet en litige entre l’employeur et le syndicat, qui respecte les besoins de l’employeur et est en continuité avec le mode de fonctionnement pour l’attribution des quarts de travail aux agents de sécurité en vigueur depuis neuf ans au Casino de Montréal. Notre proposition est restée lettre morte jusqu’à ce jour. Le seul geste posé par l’employeur depuis lors a été de déposer une demande de conciliation au ministère du Travail…hier.

Rappelons que le syndicat n’était pas en demande sur les horaires de travail. C’est le Casino de Montréal qui a déposé des demandes à ce sujet, quatre mois après le début des négociations à l’automne 2007. Or, depuis, jamais l’employeur n’a démontré de façon satisfaisante la nécessité de changer les horaires actuels.

Des piquets de grève érigés

Depuis mardi, des piquets de grève sont érigés aux abords du Casino de Montréal. Au cours des derniers jours, les employés en lock-out ont distribué des feuillets d’information aux clients qui se rendaient au Casino afin de leur faire part de leurs inquiétudes quant à la sécurité en vigueur dans l’établissement.

« Les cadres qui ont pris la relève n’ont pas les qualifications requises pour le travail à effectuer », affirme M. Rick Scopelleti, vice-président de l’unité sécurité. Les agents de sécurité sont les intervenants de première ligne en cas de malaise physique, repèrent les joueurs compulsifs qui sont sur la liste des personnes auto-exclues, interviennent régulièrement en cas de litiges. « Nous sommes convaincus que la sécurité du public est menacée. Nous demandons à la Société Loto-Québec d’intervenir pour qu’il y ait un règlement satisfaisant pour les agents de sécurité du Casino. Il en va de la sécurité des milliers de personnes qui fréquentent l’établissement quotidiennement », ajoute Mme Guérin.

Rappel

Le 17 août dernier, près de 18 mois après l’expiration de leur convention collective, les membres de l’unité Sécurité ont voté, dans une proportion de 94,3 %, pour le déclenchement de débrayages d’une durée limitée si les négociations ne progressaient pas et d’une grève générale à compter du vendredi 29 août, si aucune nouvelle entente de principe n’intervenait d’ici là. Cette question du régime général d’horaire de travail est le principal motif du rejet de l’entente de principe conclue le 1er août pour l’unité sécurité.

Les agents de sécurité ont déclenché une grève de quatre heures, le mercredi 27 août, et l’employeur a riposté avec un lock-out moins de deux heures après le déclenchement de celle-ci.

L’unité Sécurité du Syndicat des employés de la Société des Casinos du Québec (CSN) regroupe près de 200 membres.

Manifestation :

16 heures Siège de Loto-Québec 500, rue Sherbrooke Ouest, Montréal


Source : CSN – 4 septembre 2008

Pour renseignements : France Désaulniers, Service des communications de la CSN, tél. : 514 219-2947 Lyle Stewart, conseiller aux communications CSN tél. : 514 774-0775

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket