Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les paramédics s’équipent d’une popote roulante

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Où sont les mesures structurantes ?

Où sont les mesures structurantes ?

Alors que le ministre de l’Économie Éric Girard livrait aujourd’hui à Québec sa mise à jour…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…
Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

La CSN et ses fédérations estiment que le réseau de l’éducation va continuer à accumuler les…

Même pas le temps de manger !

Les paramédics s’équipent d’une popote roulante

Ayant rejeté du revers de la main toutes les suggestions faites par le Syndicat du préhospitalier (FSSS–CSN) pour favoriser une réorganisation du travail dans le cadre des travaux d’un comité mandaté par le ministère de la Santé et des Services sociaux, la Corporation d’Urgences-santé semble incapable de proposer elle-même des mesures qui permettraient aux ambulanciers-paramédics de Montréal et de Laval de souffler un peu. Les appels d’urgence étant incessants, il n’est pas rare que ces derniers n’aient même pas le temps de manger durant leur stressant quart de travail. Afin de pallier à cette situation intenable, tout en refusant de restreindre les soins essentiels à la population, ils ont décidé de mettre en place, eux-mêmes, une popote roulante bien identifiée afin de livrer un peu de nourriture à leurs camarades répondant à des appels d’urgence. De cette façon, ils espèrent démontrer à la population leur exaspération devant l’immobilisme de l’employeur. La popote roulante se mettra en route dès minuit dans la nuit de vendredi à samedi et elle cessera ses livraisons 48 heures plus tard. Le président du syndicat, qui représente plus de 800 membres, Réjean Leclerc, explique : « Compte tenu de la surcharge de travail que nous avons connue encore une fois durant la dernière fin de semaine, nous avons décidé de prendre nous-mêmes le taureau par les cornes, étant donné que l’employeur semble incapable de le faire. Parce que manger, c’est non seulement un besoin primordial, surtout dans un métier aussi difficile que le nôtre, mais également un droit fondamental. » « Évidemment, nous ne pouvons continuer longtemps à manger ainsi sur le pouce en sacrifiant notre pause repas dont nous aurions tellement besoin. Urgences-santé doit enfin nous écouter pour trouver rapidement des solutions satisfaisantes dans l’organisation de notre travail. Notre santé en dépend. » En fin de semaine prochaine, quand la période « légale » au cours de laquelle il leur est permis de prendre leur lunch sera dépassée mais qu’ils n’en auront pas eu le temps, les paramédics pourront téléphoner aux responsables de la popote roulante afin de leur indiquer à quelle adresse ils doivent les rejoindre pour se faire livrer la nourriture. Un été difficile en vue Étant surchargés de travail et manquant de personnel, les paramédics n’arrivent plus à répondre, dans les délais normaux, aux appels de citoyens en détresse, comme ce fut le cas en fin de semaine dernière. Dans ces conditions, Réjean Leclerc anticipe un été particulièrement difficile, d’autant plus que plusieurs d’entre eux sont tout simplement épuisés. Les médias qui voudraient contacter la popote roulante en action n’ont qu’à nous téléphoner.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket