CPE du Coeur du Québec

350 travailleuses votent la grève générale illimitée

8 avril 2018

Nos membres ont voulu adresser un message aux employeurs qu’elles ont été plus que patientes, et qu’un coup de barre doit être donné rapidement pour enfin conclure, après plus de trois ans de négociation, une entente satisfaisante.
Partager
Dossiers
Région
  • Cœur du Québec
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Dominique Jutras
présidente du SRTTCPE du Cœur du Québec–CSN
Tél. : 819 668-5256
François Forget
Conseiller à l’information
Confédération des syndicats nationaux 514 212-7383

Réunies en assemblée générale spéciale aujourd’hui, les 350 travailleuses d’une vingtaine d’installations du Cœur du Québec ont voté à 90,2 % en faveur du recours à la grève générale illimitée à appliquer au moment jugé opportun. Il s’agit donc d’un message sans équivoque à l’endroit des directions de CPE et de leur regroupement, soit l’Association patronale nationale des CPE (APNCPE), indiquant que ces travailleuses veulent obtenir un règlement conforme à leurs attentes et à ce qui a été négocié dans l’ensemble des autres régions.

« Avec ce vote, nos membres ont voulu adresser un message aux employeurs qu’elles ont été plus que patientes jusqu’à maintenant, et qu’un coup de barre doit être donné rapidement pour enfin conclure, après plus de trois ans de négociation, une entente satisfaisante. Le temps d’un règlement est enfin arrivé », a affirmé Dominique Jutras, présidente du Syndicat régional des CPE du Cœur du Québec.

Des CPE de Trois-Rivières, Shawinigan, Grand-Mère, La Tuque, Nicolet, Drummondville, Notre-Dame-du-Bon-Conseil, Victoriaville et Plessisville, sont visés par cette négociation.

Rappelons que les CPE membres de l’APNCPE se sont exclus eux-mêmes du processus de la négociation nationale en quittant la table nationale, à l’hiver 2017. Or, le 6 novembre dernier, une entente nationale est intervenue avec le gouvernement et plusieurs associations patronales qui a permis de clore plus d’une année et demie de négociation.

Les pourparlers achoppent principalement sur les questions d’organisation du travail, dont les horaires, la liste de rappel, les choix de vacances et l’ancienneté. Jusqu’à présent, 14 rencontres de négociations n’ont pas permis d’obtenir une entente, alors que pour la grande majorité des CPE membres d’autres associations patronales, les négociations sont pratiquement réglées.

Outre ces travailleuses en CPE, pas moins de 1600 autres collègues des CPE en Estrie et à Montréal et à Laval font face aux mêmes obstacles dressés par l’APNCPE.

Liste des CPE en grève : CPE Saute-Mouton, CPE Le Papillon enchanté, CPE coopératif Les P’tites Abeilles, CPE Fleur de soleil, CPE La Tourelle de l’Énergie, CPE Gripette, CPE Margo la Lune, CPE Le Manège des Tout-Petits, CPE La Maisonnée, Centre coopératif de la petite enfance La Maison des Amis – région 17, CPE La Clé des Champs, CPE L’arbre enchanté, CPE Jean-Noël Lapin.

À propos des CPE et de la CSN

Dans la région, on compte quelque 800 travailleuses qui œuvrent dans une quarantaine de CPE. Elles sont affiliées à la Fédération de la santé et des services sociaux, qui regroupe quelque 11 000 travailleuses en CPE, de même qu’au Conseil central du Cœur du Québec (CCCQ–CSN) qui compte environ 16 000 syndiqué-es. Pour sa part, la CSN compte plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux.

← Précédent Les employé-es d’Héma-Québec se dotent d’un mandat de grève 8 avril 2018
Suivant → Entente de principe adoptée 8 avril 2018

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/350-travailleuses-votent-la-greve-generale-illimitee/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.