Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

25 août 2016

Le vent souffle pour LM Wind Power à Gaspé

Cette nouvelle démontre l’importance pour le Québec de se doter d’une politique industrielle globale et vigoureuse, incluant une politique énergétique.

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) et le Conseil central de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine (CCGIM–CSN) sont satisfaits de l’annonce d’un nouveau contrat à long terme pour l’usine LM Wind Power de Gaspé qui, en plus de consolider les 200 emplois actuels, permettra la création de 85 nouveaux emplois.

Des efforts qui portent leurs fruits en Gaspésie

Le CCGIM–CSN tient à souligner l’excellent travail du Syndicat des travailleuses et des travaillers de LM Wind Power : « C’est par un travail soutenu et de collaboration que le syndicat a réussi à mobiliser ses membres pour ainsi en arriver à une entente avec l’employeur. Nous voyons les résultats des efforts déployés aujourd’hui », lance Jacques Mimeault, président du conseil central. « Nous observons que malgré l’adversité, les membres CSN ont su demeurer solidaires à l’ouverture du dialogue et de la négociation avec l’employeur. Par ces faits, nous constatons l’importance du rôle qu’a joué le syndicat dans le dossier ainsi que sa détermination à sauver les emplois. C’est par ce genre d’attitude que notre organisation syndicale révèle toute son importance », poursuit-il.

Pour le conseil central, il est évident que ce nouveau contrat est le fruit d’une mobilisation de tous les acteurs de la région. « Nous sommes conscients que ce résultat implique également l’intervention de différentes actrices et acteurs du milieu politique de la région et nous tenons à les remercier pour leur travail. Cette usine offrira près de 300 emplois, et cela dans un esprit d’excellence. Cela s’avère un pôle important pour le développement économique régional et consolide la ville de Gaspé à l’ouverture du marché international », renchérit Jacques Mimeault.

Une démonstration de la nécessité d’une politique industrielle globale

Pour la FIM–CSN, cette nouvelle démontre l’importance pour le Québec de se doter d’une politique industrielle globale et vigoureuse, incluant une politique énergétique. « Le développement durable de notre secteur industriel permettrait, à terme, de créer des milliers d’emplois, et ce, dans toutes les régions du Québec. Ce contrat montre que nous gagnerions à être plus proactif dans ce domaine, il faut que le gouvernement mette en place des politiques structurantes pour aider et soutenir le développement de l’industrie manufacturière », affirme Mathieu Lafleur, vice-président de la FIM–CSN.

Un secteur industriel fort et bien développé permettrait, selon l’organisation syndicale, d’accroître les exportations. « Le contrat actuel de LM Wind Power est destiné aux États-Unis, si nos gouvernements soutenaient de façon concrète le secteur industriel nous pourrions voir nos exportations manufacturières augmenter, et cela serait profitable à l’ensemble du Québec », poursuit Mathieu Lafleur.

La FIM–CSN entend donc continuer à mettre de la pression pour que le gouvernement se dote d’une politique industrielle globale sérieuse qui permettrait de soutenir avec force le développement de l’industrie manufacturière au Québec.

← Précédent Le gouvernement favorise encore le privé plutôt que de consolider le réseau public 25 août 2016
Suivant → Quatre syndicats de Québec se dotent d’une banque de 72 heures de grève 25 août 2016
Partager
Région
  • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Jonathan Aspireault-Massé
Service des communications de la CSN
514 378-1753

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/le-vent-souffle-pour-lm-wind-power-a-gaspe/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.