Centres de la petite enfance du Cœur du Québec

Nouvelle grève des 350 travailleuses les 8 et 9 mai

7 mai 2018

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Malgré des débrayages, les négociations demeurent extrêmement ardues alors que l’APNCPE a refusé de reconnaître l’entièreté de l’entente nationale du 6 novembre, ce qui requière énormément de temps et d’énergie puisqu’on doit tout renégocier, de A à Z.
Partager
Dossiers
Région
  • Cœur du Québec
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Dominique Jutras 819 668-5256

Devant la lenteur extrême des négociations et de nombreux reculs souhaités par l’Association patronale nationale des CPE (APNCPE) en Mauricie et Centre-du-Québec et les directions de 13 CPE dans le Cœur du Québec, 350 travailleuses vont déclencher une nouvelle grève de deux jours, les 8 et 9 mai. Pour marquer leur impatience, elles manifesteront devant chaque installation pour réclamer une réelle accélération des pourparlers dans le but de conclure leurs conventions collectives, échues depuis plus de trois ans. La grève générale illimitée n’est pas exclue, un mandat ayant été voté à 90,2 % le 8 avril dernier.

« Malgré des débrayages les 30 octobre, 13 mars et les 19 et 20 avril derniers, constate Dominique Jutras, présidente du Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE du Cœur du Québec, les négociations demeurent extrêmement ardues alors que l’APNCPE a refusé de reconnaître l’entièreté de l’entente nationale du 6 novembre dernier, ce qui requière énormément de temps et d’énergie puisqu’on doit tout renégocier, de A à Z. C’est sans compter que l’APNCPE exige plusieurs reculs inacceptables. »

Après plusieurs séances de négociation, dont une a eu lieu le 4 mai devant une conciliatrice du ministère du Travail, la partie patronale tente toujours d’imposer ses vues et des reculs majeurs sur les questions d’organisation du travail, dont les horaires de travail, la liste de rappel et l’application de l’ancienneté. « Ce sont tous des éléments que les travailleuses ont à cœur », ajoute la présidente du syndicat.

Rappelons que les CPE membres de l’APNCPE se sont retirés du processus de négociation nationale en quittant la table nationale, à l’hiver 2016. Le 6 novembre dernier, une entente nationale est intervenue avec le gouvernement et plusieurs associations patronales, ce qui a permis de clore la négociation de clauses d’ordre pécuniaire et non pécuniaire. Outre ces travailleuses en CPE, pas moins de 1600 autres collègues des CPE de l’Estrie et de Montréal et Laval font face aux mêmes obstacles dressés par l’APNCPE.

Liste des CPE en grève dans le Cœur du Québec :

CPE Saute-Mouton, CPE Le Papillon enchanté, CPE coopératif Les P’tites Abeilles, CPE Fleur de soleil, CPE La Tourelle de l’Énergie, CPE Gripette, CPE Margo la Lune, CPE Le Manège des Tout-Petits, CPE La Maisonnée, Centre coopératif de la petite enfance La Maison des Amis – région 17, CPE La Clé des Champs, CPE L’arbre enchanté, CPE Jean-Noël Lapin.

À propos des CPE et de la CSN

Le Syndicat régional des travailleuses et des travailleurs en CPE du Cœur-du-Québec – CSN compte 25 centres de la petite enfance regroupant plus de 800 travailleuses. Il est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) ainsi qu’au Conseil central du Cœur du Québec. La CSN regroupe pour sa part quelque 300 000 syndiqué-es provenant de tous les secteurs d’activités tant publics que privés.

← Précédent Nouvelle campagne de financement pour le Camp Vol-d’été Leucan – CSN 7 mai 2018
Suivant → Les travailleuses poursuivent les négociations 8 mai 2018

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/nouvelle-greve-des-350-travailleuses-csn-les-8-et-9-mai/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.