Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Solidarité avec les lock-outés

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Un programme à protéger et à améliorer

Un programme à protéger et à améliorer

Des syndicats, des groupes militant pour les droits des femmes, des travailleuses et des travailleurs ainsi…
Que vient-on de signer au juste ?

Que vient-on de signer au juste ?

Faut-il en comprendre que l’on a négocié un peu à l’aveugle, pendant plus de trois ans ?…
Un tremplin pour les syndicalistes en devenir

Un tremplin pour les syndicalistes en devenir

Tout d’abord, il me paraît pertinent de préciser que la formation mise en place il y…
Un espace de parole et de débats ouverts

Un espace de parole et de débats ouverts

Que des hommes et des femmes ne comprennent pas le besoin de se réunir entre femmes…
Le retour au travail à la suite d’un problème de santé psychologique

Le retour au travail à la suite d’un problème de santé psychologique

Que font la plupart des organisations devant ce fléau ? Elles ont une approche centrée sur la…

Intoxication néolibérale

L’économie toxique – Spéculation, paradis fiscaux, lobby, obsolescence programmée… Réseau pour un discours alternatif sur l’économie, M…

Librairie Martin à Joliette

Photo :Reynald Leblanc
Photo :Reynald Leblanc

Solidarité avec les lock-outés

La veille de Noël, à quelques minutes de la fin de la journée de travail, les 18 employé-es de la Librairie Martin ont été jetés sur le trottoir. Ces derniers, dont une grande majorité de femmes, s’attendaient pourtant à passer la période des Fêtes et à reprendre les pourparlers au début janvier, comme convenu à la table de négociation.

En raison de la situation financière invoquée par le patron, d’importantes concessions sont exigées des employé-es de cette librairie de Joliette, fondée en 1925. On ne leur demande rien de moins que de reculer au niveau des normes du travail, notamment sur les avantages sociaux : l’assurance collective, les dix journées de congé de maladie, les trois journées personnelles et une sixième semaine de vacances pour les plus anciens.

Les syndiqué-es, qui adorent leur travail, sont prêts à faire un bout de chemin, mais certainement pas d’aller aussi loin, d’autant que leur employeur refuse d’ouvrir ses livres. Lors de leur présentation devant la conciliatrice du ministère du Travail, les experts-comptables de MCE Conseils, dont les services ont été retenus par le syndicat, ont soutenu ne pas être en mesure de recommander aux employé-es de consentir aux concessions exigées par l’employeur. L.-S. H

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket