Pour contrer l'austérité du gouvernement Couillard

Au calendrier : journée de perturbation économique !

19 février 2015

L'assemblée générale spéciale du Conseil central du Montréal métropolitain-CSN (CCMM-CSN) s'est dotée d'un imposant plan de mobilisation pour contrer les mesures d'austérité du gouvernement de Philippe Couillard.
Partager
Région
  • Montréal métropolitain
Source
Conseil central du Montréal Métropolitain (CCMM–CSN)
Pour information
Emmanuelle Proulx
Conseillère syndicale
CCMM-CSN 514 598-2012
emmanuelle.proulx@csn.qc.ca www.ccmm-csn.qc.ca Facebook : Conseil.Central.Montreal.Metropolitain.CSN

L’assemblée générale spéciale du Conseil central du Montréal métropolitain-CSN (CCMM-CSN) s’est dotée d’un imposant plan de mobilisation pour contrer les mesures d’austérité du gouvernement de Philippe Couillard. Lors de cette instance qui s’est tenue hier soir au Centre St-Pierre et qui portait sur l’utilisation d’actions de perturbation économique et des moyens de résistance pour combattre l’austérité, les délégué-es ont voté en faveur d’une journée de perturbation économique à se tenir au plus tard le 1er mai 2015.

Désobéissance civile

D’entrée de jeu, invité à faire une présentation sur le thème de la désobéissance civile, Benoît Lacoursière, professeur de science politique et président du Syndicat des professeures et professeurs du collège de Maisonneuve, a résumé les grands moments de l’histoire des mouvements sociaux des dernières décennies au Québec, incluant, entre autres, sa dimension syndicale. Il a fait état de différentes actions de désobéissance, par exemple celle organisée le 16 février 2012, où quelque 500 personnes avaient bloqué pacifiquement tous les accès de la Tour de la Bourse pendant quelques heures à Montréal. Pour monsieur Lacoursière, le choix de l’austérité est un choix idéologique. « Je ne pense pas qu’on puisse convaincre le gouvernement de reculer sur ces mesures d’austérité, il faudra plutôt le contraindre ! », a déclaré monsieur Lacoursière, qui estime que tôt ou tard, il faudra désobéir. « La désobéissance est contagieuse et suscite un effet d’entraînement », a conclu le professeur de science politique.

D’ici le 1er mai 2015

Au terme d’une discussion dynamique, riche et inventive, les délégué-es ont convenu « de participer, en collaboration avec les acteurs de la société civile qui s’y engagent, à l’organisation d’une journée de perturbation économique qui se déroulera un jour de semaine, et ce, au plus tard le 1er mai 2015 ». Pour les membres des syndicats affiliés au CCMM-CSN, cette journée de perturbation pourra se déployer de diverses manières. Dans certains milieux, on souhaitera faire une journée de grève en bonne et due forme, tandis qu’ailleurs, on optera pour d’autres types d’actions, selon les possibilités. « L’objectif est de faire reculer le gouvernement dans son entreprise de démolition », a insisté la présidente du CCMM-CSN, Dominique Daigneault.

Plusieurs idées imaginatives ont aussi été suggérées. On souhaite ainsi continuer à viser des symboles économiques comme cela s’est fait ces dernières semaines lorsque des militantes et des militants de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, par exemple, ont perturbé la conférence que donnait le premier ministre Philippe Couillard, le 3 février, à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. On a aussi salué l’expérience audacieuse menée le 9 février. Pour la première fois partout au Québec, des bureaux de circonscription de plusieurs députés – 16 au total – avaient reçu, au même moment, la visite impromptue de syndiqué-es de la CSN qui dénonçaient l’adoption par bâillon du projet de loi 10 réformant le réseau de la santé et des services sociaux. Pour plusieurs, il apparaît incontournable de maintenir la pression auprès du gouvernement en restant visibles afin de rallier l’opinion publique. On a proposé de mobiliser la population dans les quartiers comme cela s’est fait avec les manifestations de casseroles, au printemps 2012. D’autres encore espèrent que les institutions financières, dont les profits explosent, soient dénoncées publiquement.

« En plus de multiplier les compressions, de transformer de fond en comble le rôle de l’État en vue de faciliter le chemin aux élites financières, le gouvernement démontre un mépris sans nom envers les besoins de la population. Il y a urgence d’agir pour l’avenir du Québec!, a conclu la présidente du CCMM-CSN.

À propos du CCMM-CSN

Organisme régional affilié à la CSN, le Conseil central du Montréal métropolitain-CSN regroupe plus de 100 000 membres des secteurs public et privé, répartis au sein de près de 400 syndicats à Montréal, à Laval et dans le Grand Nord du Québec.

← Précédent Nora Loreto 18 février 2015
Suivant → L'indépendance pour le cégep Champlain - St. Lawrence 19 février 2015

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/au-calendrier-journee-de-perturbation-economique/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.