Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Nouveau contrat de travail pour les employées syndiquées du service radiologique de Joliette

Du même SUJET

Boulangerie Bridor: le Bureau confédéral vient appuyer les lock-outé-es

Boulangerie Bridor: le Bureau confédéral vient appuyer les lock-outé-es

« Vous méritez une convention collective digne de la job que vous faites », leur a d’abord dit…
Il est temps que la négociation débloque à la CDPDJ

Il est temps que la négociation débloque à la CDPDJ

Sans convention depuis plus d’un an, les employé-es de la CDPDJ demandent au Conseil du trésor…
Projet de loi 35 : une occasion unique pour les artistes, plaident leurs associations en commission parlementaire aujourd’hui

Projet de loi 35 : une occasion unique pour les artistes, plaident leurs associations en commission parlementaire aujourd’hui

D’entrée de jeu, les associations plaideront en faveur de la nécessité, pour les parlementaires, de saisir…
Ignorés par Québec, les avocates et avocats de l’aide juridique déclenchent la grève

Ignorés par Québec, les avocates et avocats de l’aide juridique déclenchent la grève

Après avoir tenu des lignes de piquetage devant les différents bureaux de l’aide juridique, les grévistes…
Un congrès fort engagé au Conseil central du Cœur du Québec–CSN

Un congrès fort engagé au Conseil central du Cœur du Québec–CSN

Le 10e Congrès du Conseil central du Cœur du Québec s’est conclu, ce midi, à l’hôtel Victorin…
Les avocats et avocates de l’aide juridique en grève mardi prochain

Les avocats et avocates de l’aide juridique en grève mardi prochain

Sans nouvelles du Conseil du trésor depuis l’obtention de leurs mandats de grève, les syndicats des…

Clinique La Cité

Nouveau contrat de travail pour les employées syndiquées du service radiologique de Joliette

Réunies en assemblée générale le 16 décembre dernier, les employées syndiquées du service radiologique de Joliette ont adopté à l’unanimité les termes de leur nouvelle convention collective.

Le processus de renouvellement du contrat de travail échu depuis le 31 décembre 2017 aura connu un revirement important en septembre lorsque l’assemblée générale du syndicat a mandaté ce dernier pour déclencher des moyens de pression au moment jugé opportun. À ce moment, devant l’impasse de la négociation, l’assemblée générale avait aussi mandaté le syndicat pour demander l’intervention d’un conciliateur du ministère du Travail.

Bien que la clinique radiologique traite et produit des radiographies, des mammographies, des ostéodensitométries et des échographies en collaboration, notamment avec le CISSS de Lanaudière, il n’en demeure pas moins que cette clinique en est une privée, en dehors du réseau de la santé et des services sociaux du Québec. Ainsi, les employées syndiquées de cette clinique ne sont pas assujetties à la juridiction des services publics et, par conséquent, elles ne peuvent être assujetties à la convention collective des employées du réseau de la santé.

Il n’y a eu aucun changement dans la stratégie de négociation de l’employeur depuis la dernière ronde de négociation en 2015. Le stratagème était le même, soumettre au syndicat de nombreuses demandes de reculs économiques des conditions de travail sous le couvert de prétendues difficultés financières. Cette fois, il aura fallu une rencontre de négociation avec l’aide d’un conciliateur du ministère du Travail pour permettre aux parties de s’entendre sur les paramètres d’une entente de principe sans un recul significatif des conditions de travail. Une fois de plus, le subterfuge de l’employeur n’aura pas convaincu les travailleuses et le ministère du Travail. Les difficultés financières non fondées et les menaces à peine voilées de vente de cette lucrative entreprise n’auront trouvé aucun écho.

« En 2015 nous avions mené la lutte pour implanter des concepts importants qui permettaient de réduire, au fil du temps, l’écart de plusieurs de nos conditions de travail avec le secteur public. Il était hors de question pour nous d’envisager des reculs qui auraient eu pour conséquence de minimiser l’impact des négociations passées, tout en nous éloignant de l’atteinte d’une certaine parité avec le public » déclare madame Stéphanie Moreau, présidente du syndicat.

Le nouveau contrat de travail, d’une durée de 5 ans, viendra à échéance le 31 décembre 2022. Il prévoit notamment l’ajout d’un congé sans traitement pour une durée de 28 jours et moins, une bonification de la prime de quart de soir de 4 % à 5 % du salaire horaire au-delà de 16 h 30 pour les salariées qui sont contraintes de faire plus d’une journée normale de travail, une augmentation de la durée totale de la préretraite de trois à cinq ans maximum, une majoration de la contribution de l’employeur au REER collectif de 1 % à 1,25 % des salaires annuels en 2021 et 1,5 % en 2022, une rétroactivité des salaires de 1,25 % à compter du 1er avril 2018 et des augmentations générales des salaires pour les années subséquentes de 1,5 %, 1,5 %, 2 % et 2 %, assurant ainsi une augmentation totale des salaires de 8,25 % pour la durée de la convention collective.

Depuis que les négociations ont commencé en avril 2018, près d’une dizaine de rencontres de négociation, dont une en compagnie d’un conciliateur du ministère du Travail, auront été nécessaires pour que les parties en arrivent à une entente.

« Nous sommes satisfaites du résultat de cette négociation et le résultat du vote en témoigne », déclare madame Stéphanie Moreau, présidente du syndicat.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket