Commission de la révision permanente des programmes

11 juin 2014

Un cercle fermé à la solde des seules politiques d'austérité libérales, dénonce la CSN

Réagissant à l'annonce de la composition et du mandat de la Commission de la révision permanente des programmes par le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, la CSN a dénoncé le caractère fermé et élitiste de cette commission et a dit craindre qu'elle ne vise qu'à répondre aux politiques d'austérité édictées par le dernier budget Leitão en altérant le caractère social de l'État, qui fait du Québec une société distincte en Amérique du Nord.

Réagissant à l’annonce de la composition et du mandat de la Commission de la révision permanente des programmes par le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, la CSN a dénoncé le caractère fermé et élitiste de cette commission et a dit craindre qu’elle ne vise qu’à répondre aux politiques d’austérité édictées par le dernier budget Leitão en altérant le caractère social de l’État, qui fait du Québec une société distincte en Amérique du Nord.

« Bien que la CSN ne soit pas en défaveur d’examiner les programmes, notre inquiétude à l’égard de cette commission est double, a mentionné son président, Jacques Létourneau. Nous estimons que les organisations syndicales qui représentent les travailleuses et les travailleurs des services publics doivent être associées de très près à ses travaux. La CSN regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs, dont 170 000 dans la santé, les services sociaux, l’éducation et plusieurs organismes gouvernementaux. Dans ce débat, il ne faut pas écarter les organisations syndicales. Il est inadmissible que le gouvernement Couillard n’ait pas reconnu cet apport pour analyser les programmes, préférant confier cette tâche à des porte-étendards des objectifs de son gouvernement. »

La CSN estime aussi que la finalité du mandat de la Commission de la révision permanente des programmes est inscrite dans le dernier budget et est confirmée dans la recherche avouée par le ministre Coiteux de récupérer un montant de plus de 3,2 milliards de dollars dans les services publics. « Au fond, a poursuivi Jacques Létourneau, le gouvernement, qui avait pourtant lancé un appel à la réconciliation dès le lendemain des élections, ne cherche qu’à réduire le rôle de l’État québécois en l’empêchant d’assumer l’ensemble de ses missions. Ce rôle ne tient pas qu’à quelques programmes qui pourraient être jugés « prioritaires » au détriment d’autres tout aussi essentiels. Nous dénonçons les procédés des libéraux pour sabrer les choix collectifs, décidés depuis des décennies. »

Le président de la CSN dénonce aussi le discours trompeur du gouvernement et le choix de ses mots pour décrire exactement le contraire de ce qu’il veut dire, en citant le mot « rigueur » pour « austérité » et « gains » pour « compressions ». « Le gouvernement Couillard fait définitivement dans la novlangue, lancée par George Orwell dans 1984 », a déploré le président de la CSN.

← Précédent La CSN est outrée de l'acharnement du gouvernement 11 juin 2014
Suivant → Une attaque frontale contre les travailleurs 12 juin 2014
Partager
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Louis-Serge Houle Directeur du Service des communications de la CSN
514 792-0795
twitter.com/LSHoule

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/un-cercle-ferme-a-la-solde-des-seules-politiques-dausterite-liberales-denonce-la-csn/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.