Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Un virage nécessaire

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Voir loin, viser juste

Voir loin, viser juste

Le bilan de la première moitié du mandat des libéraux de Philippe Couillard a donné le…
Redynamiser la vie syndicale

Redynamiser la vie syndicale

La CSN traverse les moments les plus difficiles depuis la période où, en 1972, elle a…
Privilégier l'offre de services aux membres

Privilégier l'offre de services aux membres

Si la confection de la proposition budgétaire d’une organisation comme la CSN est toujours un exercice…
Un plan d’action qui vise juste

Un plan d’action qui vise juste

Voir loin, viser juste, c’est le fondement du plan d’action présenté aux délégué-es du 65e Congrès de…
À la recherche de solutions

À la recherche de solutions

Plus que jamais, la participation à la vie syndicale préoccupe les syndicats de la CSN. Tout…
Départ à la retraite d’une ardente militante syndicale

Départ à la retraite d’une ardente militante syndicale

Au cours de notre dernier congrès, Francine Lévesque, première vice-présidente de la CSN, a annoncé son…

La démocratie syndicale

rleblanc-2016-195-108

Un virage nécessaire

« Parce que si le syndicalisme n’est pas mort, il n’est pas en très bonne santé, et cela en partie par sa propre faute ».

Christian Nadeau, professeur titulaire au département de philosophie de l’Université de Montréal, n’est pas tendre envers le mouvement syndical. Dans son exposé, il prévient les congressistes. Si un virage complet n’est pas enclenché, le syndicalisme va se replier et finir par disparaître. Se confiner à la défense des intérêts de ses membres, c’est limiter son rôle à une police d’assurance qu’on jette lorsqu’elle devient inutile.

Pour s’élever au-delà des intérêts corporatistes, Christian Nadeau propose un renouvellement de la démocratie syndicale. Une démocratie est tout sauf un simple mécanisme représentatif. Les syndicats doivent favoriser une vie démocratique de meilleure qualité et développer une culture de délibération sur des enjeux majeurs, sociaux et politiques. Les lieux de discussion doivent se diversifier, informels, sans finalité précise. Une démocratie délibérative fonctionnerait de pair avec la démocratie représentative actuelle, celle de nos assemblées générales, formelles, sans grande délibération. Il n’est pas question ici de remettre en question la pertinence d’une direction politique qui réfléchit et prend des décisions. Elle est nécessaire. Mais nos membres ne veulent pas qu’on leur parle. Ils veulent être entendus. Plus grand est le sentiment d’égalité, moins il y a de méfiance et meilleure est la vie syndicale.

« Le syndicalisme est une lutte collective. Pour agir ensemble, il faut penser ensemble. Et penser ensemble implique de parler entre nous ».

En réformant sa propre démocratie, le syndicalisme pourra contribuer à sa pertinence et à sa propre survie. Il doit sortir de son rôle juridique pour revenir au militantisme politique et travailler d’égal à égal avec les autres groupes politisés de la société civile afin de changer aussi la démocratie de la société québécoise.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket