Des victoires avant même la bataille

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Prendre notre pouvoir, maintenant

Prendre notre pouvoir, maintenant

Le mot de la présidente Ce numéro arrive tout juste après la clôture du 67e Congrès de…
Que le plus beau café du monde devienne le plus démocratique

Que le plus beau café du monde devienne le plus démocratique

Le personnel du Crew Collective & Café, situé dans le Vieux-Montréal, a pris l’industrie par surprise…
Plus de conflits, mais une solidarité à toute épreuve

Plus de conflits, mais une solidarité à toute épreuve

Mis sur pause pendant la pandémie, les conflits de travail ont explosé au cours du dernier…
Ça va bon train

Ça va bon train

La transition juste doit être au cœur de la transformation économique afin d’accompagner le personnel des…
Pour une transition sans électrochoc

Pour une transition sans électrochoc

Pour ce retour du balado de la CSN, l’équipe du Point syndical vous propose un entretien…
Transport scolaire - « Le couteau entre les dents » 

Transport scolaire - « Le couteau entre les dents » 

Les revendications des conductrices et des conducteurs de véhicules scolaires affiliés à la CSN sont enfin…

Point de Mire

Mario Lacourcière, président du Syndicat des travailleuses et travailleurs de la municipalité de Déléage. // Photo : Jonathan Samson

Des victoires avant même la bataille

Nous vivons une situation que les travailleuses et les travailleurs n’avaient pas connue depuis longtemps. Avec la pénurie de main-d’œuvre, il est de plus en plus courant que des syndicats obtiennent des gains très intéressants avant même l’échéance de la convention, parce que l’employeur souhaite conserver son personnel et continuer à embaucher. Une bonne utilisation du rapport de force !

Képa est une entreprise qui approvisionne les communautés autochtones et Hydro-Québec dans le Grand Nord. Les routes de livraison font 1 500 kilomètres aller-retour et l’asphalte s’arrête à Radisson. « Sur cette route, sans téléphone satellite, t’es mort », illustre Alan Étienne, président du syndicat. Bref, on parle ici de personnel qui n’a pas froid aux yeux, surtout en hiver !

Val-d’Or étant la porte d’entrée pour l’Abitibi-Témiscamingue et le nord, plusieurs entrepôts de grandes entreprises s’y trouvent et le personnel de Képa, attiré par le chant de sirènes, pouvait être tenté d’y magasiner un emploi. « Ça grenouillait dans le secteur des entrepôts, ça n’avait pas de sens », explique Laurent Martineau, conseiller du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Képa transport–CSN de Val-d’Or. La convention se termine en décembre 2023, mais en septembre 2022, l’employeur a consenti une hausse de 2 $ à 2,50 $ l’heure qui s’applique à environ 80 % de l’équipe. Ainsi, certains chauffeurs font jusqu’à 100 000 $ par année.

15 % en un an
Déléage est une petite municipalité située près de Maniwaki, dans le nord de l’Outaouais. « Il y avait un énorme roulement de personnel à la ville et de grands problèmes de rétention », indique le président du Syndicat des travailleuses et travailleurs de la municipalité de Déléage, Mario Lacourcière. « Le boss a mis 10 % sur la table. Je n’ai jamais vu ça de ma vie », raconte-t-il. Les augmentations ont même atteint 15 % en 2022. Impressionnant !

Et en Gaspésie
D’autres municipalités de Gaspésie ne sont pas en reste, puisque la question de l’inflation est centrale de même que le départ constant d’employé-es qui se laissent séduire par de meilleurs salaires ailleurs.

À New Richmond, l’employeur s’est mis à embaucher de nouveaux salarié-es à des échelons supérieurs au premier parce qu’il rencontrait des difficultés de recrutement. Afin de régler la situation, le syndicat a proposé d’abolir les deux premiers échelons et d’en ajouter deux nouveaux au bout de l’échelle salariale. Pour les employé-es qui se trouvaient à l’échelon supérieur, cela correspond à des augmentations de 7 % sur deux ans, en plus des augmentations annuelles. « On n’a plus le choix, il faut attirer du monde », explique Éric Laviolette, président du syndicat.

Pour sa part, le syndicat des travailleuses et des travailleurs de la ville de Percé a interpelé l’employeur au comité des relations de travail concernant le problème de l’heure en matière d’embauche et de rétention : l’inflation. Le directeur général en a discuté au conseil municipal.

Par ailleurs, alors que les négociations étaient en cours à Grande-Rivière, l’employeur a proposé une lettre d’entente qui allait octroyer une augmentation de 2,5 % à partir de juillet 2022 en attendant la conclusion d’une nouvelle convention collective. Une avance, en quelque sorte.

Enfin, à Bonaventure, l’employeur a aussi été interpelé par le syndicat au sujet de l’inflation. Il a bonifié l’augmentation salariale de 2022 à 3,5 % plutôt qu’à 2,25 % comme elle était initialement prévue.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket