La grève reprend chez Urgences-santé

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Envoi de l’avis de grève touchant aux Autobus Yves Séguin

Envoi de l’avis de grève touchant aux Autobus Yves Séguin

Le Syndicat du transport scolaire Autobus Yves Séguin & Fils–CSN a envoyé un avis de grève…
Le syndicat des travailleuses et travailleurs du transport urbain se dote d’un mandat de grève. 

Le syndicat des travailleuses et travailleurs du transport urbain se dote d’un mandat de grève. 

Réunis en assemblée générale le 5 février dernier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Envoi du second avis de grève chez B.R. et Tremblay & Paradis

Envoi du second avis de grève chez B.R. et Tremblay & Paradis

À la suite de la rencontre de négociation du 4 février avec leur employeur et la conciliatrice,…
Le Syndicat des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud refuse l’hypothèse de règlement

Le Syndicat des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud refuse l’hypothèse de règlement

Les membres du Syndicat des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud (CSN) ont rejeté l’hypothèse de règlement…
Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des autobus R.M.–CSN et le Syndicat d’Autobus Terremont Ltée–CSN ont…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Réunis en assemblée générale ce 3 février en début d’après-midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus…

Personnel de bureau et RMU

DMorissette_19694

La grève reprend chez Urgences-santé

Les répondantes et les répondants médicaux d’urgence (RMU) ainsi que le personnel administratif d’Urgences-santé sont de retour en grève, avec de nouvelles dispositions, entérinées par le Tribunal administratif du travail. Ainsi le personnel de bureau et les RMU exerceront une demi-journée de grève toutes les deux semaines. Ils élargiront également la grève de tâches en vigueur depuis le 17 juin. Avant de contraindre les RMU à effectuer des heures supplémentaires obligatoires, Urgences-santé devra tenter de combler ses besoins avec le personnel-cadre ayant la formation nécessaire, et ce, pour un maximum de huit heures par semaine par cadre.

Le 24 janvier, ils ont profité de la première demi-journée de grève du personnel administratif pour rendre visite au Conseil du trésor, à Montréal. La convention collective est échue depuis le 31 mars 2020. Le Syndicat des employé-es d’Urgences-santé (SEUS–CSN) a décidé d’augmenter la pression suivant les dernières rencontres de négociation, en décembre dernier, au cours desquelles le comité syndical de négociation a dû constater que le Conseil du trésor maintenait sa position initiale, et ce, malgré des pistes de compromis mises en avant par la partie syndicale.

« Urgences-santé n’est plus capable d’attirer la relève, explique la présidente du SEUS–CSN, Annick Bélanger. Et les plus expérimenté-es songent de plus en plus à réorienter leur carrière, comme l’ont fait d’ex-collègues. C’est ce qui fait qu’il manque constamment de personnel. Nos conditions de travail et nos salaires ne soutiennent plus du tout la concurrence avec les emplois comparables. Au lieu de profiter de la négociation pour corriger la situation, Urgences-santé multiplie les recours aux heures supplémentaires volontaires ou obligatoires pour éviter les bris de service et s’en sert désormais comme d’une méthode de gestion des effectifs, et ce, depuis des années. À force d’étirer l’élastique, il va finir par se rompre. Ce serait catastrophique, parce que chaque jour, nous contribuons concrètement à sauver des vies et à assurer le fonctionnement optimal de toute la chaîne des soins préhospitaliers ».

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) représente également le personnel des centres de communication santé de Québec et de Sherbrooke, également en négociation. Pour son président, Réjean Leclerc, il est inacceptable que le gouvernement laisse ces négociations s’enliser depuis près de trois ans alors qu’il s’agit d’un travail fondamental et indispensable. « Nous ne comprenons pas pourquoi le gouvernement a su trouver un terrain d’entente avec la quasi-totalité des organisations qui étaient en négociation, mais pas avec les RMU et le personnel de bureau d’Urgences-santé. Ils ne demandent rien de plus que la juste reconnaissance de leur travail. On va se retrouver avec tout un problème comme société si on laisse la situation empirer et qu’on n’est plus capable de combler ces emplois névralgiques ».

La présidente du Conseil central du Montréal métropolitain–CSN, Dominique Daigneault, salue pour sa part la détermination des travailleuses et des travailleurs d’Urgences-santé. « Devant la ligne dure tenue par le gouvernement et toutes les restrictions à l’exercice de leur droit de grève, certains se seraient découragés. Mais le SEUS–CSN décide au contraire de redoubler d’ardeur. Il faut bien comprendre que leur bataille ne concerne pas qu’eux seuls. Accepter l’offre du gouvernement, bien en deçà du coût de la vie et de ce qui est offert aux emplois comparables, en deçà aussi de ce qui a été négocié ailleurs dans le secteur préhospitalier, ça voudrait dire accepter qu’Urgences-santé devienne un emploi de passage, temporaire, en attendant mieux. Nous sommes extrêmement fiers de ces femmes et de ces hommes et nous serons à leur côté tant et aussi longtemps qu’il le faudra ».

À propos
Les RMU sont notamment les personnes qui prodiguent les premiers soins par téléphone dans des moments cruciaux, par exemple en donnant les instructions pour amorcer des manœuvres de réanimation, en cas d’étouffement ou encore pour préparer un accouchement, en attendant l’arrivée de l’ambulance ou des premiers répondants. Maillon tout aussi essentiel au sein d’Urgences-santé, les employé-es de bureau assurent pour leur part tout le soutien administratif. Ils voient, entre autres, à combler les effectifs des paramédics, des employé-es de soutien et des RMU. Ils œuvrent à l’informatique, à l’entretien général, aux compte-clients et à la facturation, ainsi qu’aux services des salaires et des ressources humaines.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

ACTUALITÉS