Fermeture du Centre d’intégration scolaire

Le ministre Proulx doit intervenir

22 novembre 2017

Sans le soutien du ministère, le Centre d’intégration scolaire de Montréal risque de fermer.
Partager
Région
  • Montréal métropolitain
Source
Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN)

Alors que le gouvernement provincial nage dans les billets verts et annonce un réinvestissement en éducation, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) est prête à jeter à la rue 75 élèves âgés de 8 à 18 ans et pas n’importe lesquels. Des enfants poqués et rejetés par le système, mais qui ont la chance d’aller dans une vieille école louée à la CSDM par le Centre d’intégration scolaire de Montréal (CIS). De l’aveu même de la présidente de la CSDM, Catherine Harel Bourdon, leur expulsion est pratiquement incontournable tant les besoins pour les élèves ayant un profil plus « normal » sont grands. Est-ce vraiment ainsi qu’on doit traiter nos élèves les plus vulnérables ?

Pour la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN), le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx doit faire preuve de leadership et intervenir. « Le Centre d’intégration est un organisme sans but lucratif. Il s’occupe d’élèves à grands besoins qui lui sont confiés par les commissions scolaires. Sans le soutien du ministère, l’école risque de fermer, laissant ces enfants sans ressources » souligne Léandre Lapointe, vice-président et responsable du regroupement privé de la FNEEQ–CSN.

Les possibilités sont limitées et il est urgent d’agir. Ravagé par la moisissure et contaminé par l’amiante, le bâtiment a besoin de travaux de 10,8 millions de dollars et cela même si la CSDM renonce à son projet d’éviction. Et si le Centre d’intégration scolaire est relocalisé, il doit l’être dans le même secteur afin d’encourager la fréquentation des élèves. « Ce n’est ni socialement ni économiquement responsable d’abandonner ces élèves. Le ministre Proulx souhaite des projets innovateurs notamment le projet de Lab-école. Ne serait-il pas envisageable d’y associer ce centre ? » de questionner Léandre Lapointe.

← Précédent Une invitation à participer aux marathons d'écriture d'Amnistie internationale 22 novembre 2017
Suivant → Dix-septième édition de la Journée nationale des chargées et chargés de cours 22 novembre 2017

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/le-ministre-proulx-doit-intervenir/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.