Départ du directeur général du CSSS Rimouski-Neigette

23 octobre 2013

Le STT du CSSS Rimouski-Neigette craint les compressions

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du CSSS Rimouski-Neigette est très inquiet des implications de la décision du conseil d'administration d'avoir montré la porte au directeur général la semaine dernière. Le syndicat se dit convaincu que monsieur Beaulieu a été remercié de son poste parce qu'il n'avait pas atteint les objectifs de compressions draconiennes du gouvernement. Le syndicat FSSS-CSN entend demeurer vigilant afin que les compressions ne se fassent pas sur le dos des usagers et des travailleurs.

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du CSSS Rimouski-Neigette est très inquiet des implications de la décision du conseil d’administration d’avoir montré la porte au directeur général la semaine dernière. Le syndicat se dit convaincu que monsieur Beaulieu a été remercié de son poste parce qu’il n’avait pas atteint les objectifs de compressions draconiennes du gouvernement. Le syndicat affilié à la FSSS-CSN entend demeurer vigilant afin que les compressions ne se fassent pas sur le dos des usagers et des travailleurs.

Selon le président du syndicat, Daniel Charrette, « Monsieur Beaulieu a été tassé parce qu’il n’a pas atteint les compressions demandées par le MSSS. On s’inquiète maintenant de savoir qui prendra sa place et quel sera son mandat. » Le syndicat appréhende la venue d’une direction intérimaire nommée par le MSSS avec pour seul mandat l’actualisation des restrictions commandées par le gouvernement Marois, sans égard pour le personnel et la population. « Nous craignons que des compressions sévères soient imposées et qu’elles entraînent des diminutions importantes de services à la population, comme on le voit dans la région et partout au Québec », poursuit Daniel Charrette.

« Depuis plusieurs années, nos membres doivent continuellement faire plus avec moins. Les effectifs sont souvent en deçà du minimum requis pour assurer la quantité et la qualité des services à la population. Si de nouvelles coupes sont imposées, c’est forcément dans les services directs à la population qu’elles devront avoir lieu. Il va de soi que nous poursuivrons nos actions et que nous dénoncerons ces compressions drastiques », conclut Daniel Charrette.

À propos de la FSSS-CSN

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du CSSS Rimouski-Neigette représente le personnel paratechnique, de soutien et les employés de bureau, soit environ 900 travailleuses et travailleurs. La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) compte plus de 125 000 membres dans les secteurs privés et public. La FSSS représente la majorité des travailleuses et de travailleurs du secteur de la santé et des services sociaux. Le syndicat est aussi affilié au Conseil central du Bas-Saint-Laurent qui compte quelque 10 000 membres dans la région. Pour sa part, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs provenant de tous les secteurs d’activité.

← Précédent Les syndicats poursuivront la mobilisation et exigent la démission du président du Conseil d'administration 23 octobre 2013
Suivant → Trente syndicats des magasins d'alimentation FC–CSN manifestent avec les lock-outés et les grévistes de Loblaw 23 octobre 2013
Partager
Région
  • Bas-Saint-Laurent
Source
Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)
Pour information
Daniel Charrette
président du STT CSSS Rimouski Neigette VP régional FSSS 418 750-7239

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/le-syndicat-de-la-fsss-csn-craint-les-compressions/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.