Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les syndiqué-es de Bridor en lock-out depuis bientôt un mois

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…
Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

À quand une vraie reconnaissance pour toutes celles qui participent au développement de nos enfants en…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Boucherville

2022-05-18_Bridor_CSN

Les syndiqué-es de Bridor en lock-out depuis bientôt un mois

Les 316 travailleuses et travailleurs de Bridor souligneront, le mercredi 25 mai prochain, leur premier mois en lock-out.

Le 25 avril dernier, forts d’un vote de 98 %, les syndiqué-es affiliés à la Fédération du commerce (FC–CSN) avaient adopté une banque de jours de grève, totalisant 72 heures, pour convaincre l’employeur de négocier sérieusement le renouvellement de leur convention collective échue depuis le 31 décembre 2020. Moins d’une heure après le début de la grève, la partie patronale a répliqué en imposant un lock-out. Le lendemain, le syndicat a voté la grève générale illimitée dans une proportion de 99 %. Depuis lors, les 316 travailleuses et travailleurs de la boulangerie industrielle de Boucherville se retrouvent sur le pavé.

Des écarts énormes
Au plan pécuniaire, des écarts énormes séparent les parties. Le syndicat demande, entre autres, un rehaussement des salaires afin d’être plus attractif, tandis que du côté de l’employeur, les offres sont loin d’être satisfaisantes. De plus, la pénurie de personnel qualifié amène les employé-es à faire des heures supplémentaires. Cette surcharge de travail fait craindre pour leur santé et leur sécurité.

Le syndicat souhaite une vraie solution
« À ce stade-ci, les offres de l’employeur ne sont pas sérieuses, affirme la secrétaire générale de la Fédération du commerce (FC–CSN), Nancy Mathieu. Bridor manque de personnel depuis longtemps. C’est un problème que le syndicat souhaite régler. »

Après 24 séances de négociations
Depuis le 21 avril 2021, les parties se sont rencontrées à 24 reprises. Depuis le 22 septembre dernier, 16 rencontres ont eu lieu en présence d’un conciliateur. Les participantes et participants au 10e Congrès du Conseil central de la Montérégie–CSN tiendront ce mercredi 18 mai 2022, un rassemblement de solidarité en appui aux travailleuses et aux travailleurs de Bridor devant l’usine de l’entreprise de Boucherville.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket