L’urgence criante d’agir

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Le rôle des syndicats plus important que jamais !

Le rôle des syndicats plus important que jamais !

C’est ce matin que la présidente de la CSN, Caroline Senneville, faisait connaître aux médias quelques…
COP15 : il faudra tenir compte des personnes qui vivent des ressources naturelles

COP15 : il faudra tenir compte des personnes qui vivent des ressources naturelles

La CSN accueille favorablement l’accord historique intervenu à la COP15 de Montréal cette semaine pour la…
Pour une fonderie propre à Rouyn-Noranda

Pour une fonderie propre à Rouyn-Noranda

Après son récent appel au calme, le syndicat de la Fonderie Horne a invité la population…
En action pour une transition juste et écologique

En action pour une transition juste et écologique

Des mobilisations climatiques s’organisent à travers le monde ce vendredi 23 septembre et plusieurs de nos fédérations, conseils…
Le syndicat de la Fonderie Horne lance un appel au calme

Le syndicat de la Fonderie Horne lance un appel au calme

Après des mois à se focaliser sur le débat public à Rouyn-Noranda concernant l’arsenic et la…
La FIM-CSN demande à Glencore de sortir de son mutisme

La FIM-CSN demande à Glencore de sortir de son mutisme

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) estime que Glencore doit tout faire pour protéger la santé…

Environnement

Photo : Mathieu Murphy-Perron
Photo : Mathieu Murphy-Perron

L’urgence criante d’agir

Lors du 65e Congrès de la CSN, en juin 2017, les congressistes ont adopté une proposition visant à se doter d’une charte de l’environnement. Celle-ci a pour objectif de guider la CSN dans ses prises de position en matière d’environnement.

La charte de l’environnement de la CSN se décline en quatre grandes thématiques : la protection des écosystèmes, l’aménagement durable du territoire, la transition énergétique et la volonté de vivre dans une société démocratique et juste. Il s’agit d’une déclaration fondamentale illustrant les changements nécessaires que la société doit mettre en application afin d’atténuer les ravages du chaos climatique.

Minuit moins une
Au Québec, le gouvernement a adopté des cibles de réduction des gaz à effet de serre (GES) de 37,5 % pour 2030, par rapport au niveau de 1990. Or, non seulement Québec et Ottawa n’ont pas démontré de véritable volonté politique pour mettre en œuvre un plan d’action structuré afin d’atteindre ces cibles, mais le gouvernement de François Legault a même abandonné les objectifs préliminaires pour 2020. Ainsi, rien ne porte à croire que le Québec pourra contribuer aux efforts prévoyant de limiter l’augmentation de la température moyenne globale mondiale à 2 °C.

Pourtant, l’atteinte de cet objectif nous permettrait d’éviter le pire. Si la tendance se maintient, il est fort probable que l’augmentation de la température moyenne globale soit significativement supérieure à ce qui est visé. Bref, une catastrophe sans précédent.

Le message porté par cette charte est clair : les catastrophes climatiques, qui entraînent à leur suite des tragédies humaines, commandent que la société agisse en mettant en place un plan d’action pour contrer les changements climatiques. Il s’avère primordial d’adopter une approche structurée afin que l’ensemble des actions soit coordonné vers cet objectif.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket