Biscuiterie Dominic de Joliette

Nouveau contrat de travail pour les syndiqués CSN

14 mars 2017

En plus de ne prévoir aucun recul des acquis syndicaux, la nouvelle entente, d’une durée de 5 ans, prévoit notamment une amélioration souhaitée pour optimiser les heures de travail pour les salarié-es plus anciens travaillant sur le quart de jour
Partager
Région
  • Lanaudière
Source
Conseil central de Lanaudière (CCL–CSN)
Pour information
Martin Bourgeois
Conseiller syndical SAMVR-CSN Lanaudière 450 759-0762
(sans frais 1 888 759-0762) Patricia Rivest Vice-Présidente Conseil central de Lanaudière-CSN 450 759-0763

Réunis en assemblée générale le 11 mars dernier, les syndiqué-es de la Biscuiterie Dominic inc. de Joliette ont adopté les termes de leur nouvelle convention collective dans une proportion de 88 %.

Il aura fallu près d’une quinzaine de rencontres de négociation pour que les parties arrivent à s’entendre sur les termes du nouveau contrat de travail. La convention collective antérieure avait pris fin en mai 2016.

En plus de ne prévoir aucun recul des acquis syndicaux, la nouvelle entente, d’une durée de 5 ans, prévoit notamment une amélioration souhaitée pour optimiser les heures de travail pour les salarié-es plus anciens travaillant sur le quart de jour. Un irritant qui a généré pour les syndiqué-es beaucoup d’insatisfactions au fil des ans, car les besoins de productions généraient des heures de travail aux salarié-es du quart de nuit. « Nous œuvrons dans le secteur alimentaire et les exigences en la matière imposent une certaine flexibilité de la main d’œuvre, notamment en regard de l’aménagement des heures de travail sur les différents quarts. L’amélioration des dispositions de la convention collective à cet égard, sans impacter la production, vient assurer un meilleur respect des règles d’ancienneté, tout en réduisant significativement les frustrations de nos membres engendrées par les limites des anciennes règles de la convention collective », précise monsieur Michel Rousse, président du syndicat.

D’autres améliorations à incidence normative ont permis de mieux cerner les dispositions liées à l’administration de la formation en continu des salariés afin de permettre un meilleur suivi et une amélioration de la qualité de la formation offerte. L’ajout d’autres modalités liées à la santé et la sécurité au travail permettent de contrer encore plus efficacement le travail de nature répétitive et ainsi limiter davantage les risques d’accidents ou de maladies professionnelles.

Au chapitre des gains monétaires, la nouvelle convention collective qui prendra fin le 14 mai 2021 prévoit pour chacune des cinq années de sa durée, des augmentations générales des salaires totales de l’ordre de 12,25 % avec pleine rétroactivité (3 % – 2 % – 2 % – 2,25 % – 3 %). Une sixième semaine de vacances annuelles est ajoutée lorsque les salarié-es atteignent 22 ans d’ancienneté, les primes de quart de soir et de nuit sont majorées en moyenne de 6 %, le congé férié de la date d’anniversaire de naissance de chaque salarié devient un congé mobile payé par l’employeur et pris au moment déterminé par le salarié concerné. À cela s’ajoutent deux congés supplémentaires pour maladie à compter du 1er janvier 2019 pour les salariés ayant atteint 15 ans et plus d’ancienneté.

« Cette entente est très satisfaisante, car en plus d’assurer à nos membres la consolidation de leurs emplois, elle permet à ceux-ci de s’enrichir au cours des 5 prochaines années. De plus, nos conditions de travail demeurent à un niveau supérieur lorsqu’on les compare aux autres usines de l’entreprise. Non seulement l’investissement dans nos conditions de travail permet à l’entreprise de demeurer compétitive, mais il contribue surtout à améliorer la rétention des employé-es actuels et à en attirer des nouveaux. Avec la signature de notre nouveau contrat, l’essentiel des conditions sont maintenant réunies pour augmenter le nombre d’employé-es et qui sait, peut-être accroître la production avec la venue de nouveaux produits, souhaitons-le ! »,  souligne Monsieur Rousse.

La Biscuiterie Dominic inc., autrefois la Biscuiterie Harnois, emploie plus d’une quarantaine d’employé-es à son usine de Joliette. Les propriétaires actuels de l’entreprise sont aussi actionnaires de la compagnie La petite Bretonne, bien connue dans le milieu.

Le Syndicat des employés de la Biscuiterie Harnois de Joliette (CSN) représente plus d’une quarantaine de membres. Il est affilié à la Fédération du commerce de la CSN (FC) et au Conseil central de Lanaudière-CSN.

 

 

 

← Précédent Les libéraux doivent bonifier le régime de retraite (RRQ), réclament la CSN, la CSQ et la FTQ 14 mars 2017
Suivant → La CSN et la FTQ lancent un appel à Gaétan Barrette 15 mars 2017

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/nouveau-contrat-de-travail-pour-les-syndiques-csn/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.