Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Quel avenir pour le quotidien ?

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…
Villa d'Alma - En route vers la grève!

Villa d'Alma - En route vers la grève!

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Centres d’hébergement privés de la région Saguenay–Lac-Saint-Jean…
Solidarité avec nos membres dans les magasins de la SAQ

Solidarité avec nos membres dans les magasins de la SAQ

Avec la période des Fêtes qui approche, plusieurs d’entre nous s’apprêtent à faire le plein de…

Coupes au journal Le Soleil

Quel avenir pour le quotidien ?

La Fédération nationale des communications (FNC-CSN) et les syndicats qui représentent les employé-es du journal Le Soleil de Québec sont très inquiets quant à l’avenir du quotidien. Depuis la dernière crise économique, les mauvaises nouvelles s’accumulent pour le journal appartenant au groupe GESCA (propriété de Power Corporation), au point où la FNC-CSN et les syndicats concernés mettent en doute la volonté des propriétaires d’assurer l’avenir du plus grand quotidien de la capitale.

Coupes perpétuelles

Cette fois, ce sont quelque 35 employés – l’équivalent de 16,5 postes permanents syndiqués et près de 20 surnuméraires – qui perdront leur poste, en plus de deux cadres. La quasi-totalité des coupes sont faites dans la salle de rédaction, le cœur du journal. Tous les collaborateurs régionaux, sentinelles essentielles dans l’est du Québec, sont également remerciés, de même que les pigistes. Les employé-es de bureau avaient déjà subi la majeure partie des coupes du printemps, alors que douze membres quittaient en retraite anticipée.

Pour Pierre Roger, président de la FNC-CSN, il est primordial que des actions soient entreprises afin de garantir la pérennité du journal Le Soleil. « Bien sûr, nous déplorons les pertes d’emplois parmi nos membres et nous sommes conscients que les revenus publicitaires du journal ont beaucoup diminué. Cependant, nous ne pouvons tolérer cette ronde de coupes perpétuelles sans qu’un plan de redressement sérieux soit proposé. Le journal Le Soleilest un incontournable dans la capitale nationale et nos membres veulent participer à assurer sa pérennité. Pour le moment, nous n’avons reçu aucun signal de la part de la direction qui nous permet d’espérer une migration sur tablette, au même titre que La Presse+. C’est la même incertitude pour tous les journaux régionaux du groupe GESCA », explique-t-il.

L’information touchée

Le président du Syndicat de la rédaction du Soleil, Jean-François Néron, s’inquiète quant à lui des impacts qu’auront ces pertes d’emplois sur le contenu du journal et l’information dans la capitale. « Les travailleurs de l’information du journal Le Soleil sont de fiers professionnels qui veulent assurer la qualité du contenu qu’ils offrent à leurs nombreux lecteurs. Cependant, il est impossible d’offrir la même diversité et variété de contenu à long terme alors qu’on ampute environ le tiers de la salle de rédaction. C’est toute une communauté qui souffrira de ces coupes et la démocratie qui s’en trouve affaiblie. Pour maintenir l’intérêt de nos lecteurs, et par le fait même de nos annonceurs, Le Soleil doit miser sur son rôle en tant que référence de l’information et de l’actualité à Québec et ses régions avoisinantes », note-t-il.

Impact sur les salarié-es

Finalement, Stéphane-Billy Gousse, président du Syndicat des employé-e-s de bureau du Soleil, soutient que les coupes répétitives ont des conséquences sur les employé-es qui restent. « Depuis au moins cinq ans, nos membres subissent d’importantes réorganisations du travail occasionnées par les départs. La charge de travail des gens qui restent devient de plus en plus lourde. On ne peut pas négliger l’impact que cela a sur les gens qui se dévouent quotidiennement pour le journal. On aimerait bien avoir une garantie que nos sacrifices assurent la continuité à long terme du journal Le Soleil sous forme papier ou autre», précise-t-il.

À propos

La Fédération nationale des communications est une fédération syndicale affiliée à la Confédération des syndicats nationaux. Elle regroupe près de 6000 membres, dont plus de 1500 journalistes.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket