Fusions des établissements de la santé

Au CISSS Abitibi-Témiscamingue, un discours déconnecté de la réalité

22 janvier 2018

Des gens qualifiés démissionnent et, dans un dernier geste désespéré, dénoncent la réalité de leur travail, en espérant que ça renverse la vapeur pour leurs collègues.
Partager
Région
  • Abitibi-Témiscamingue–Nord-du-Québec
Source
Conseil central de l'Abitibi-Témiscamingue–Nord-du-Québec (CCATNQ–CSN), Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)
Pour information
Patrice Larivière
819 442-3639
. Annick Trottier
1 855 207-0338
Donald Rheault
819 444-7357

Annick Trottier, vice-présidente régionale FSSS, Patrice Larivière, président du syndicat CSN-SRPPSAM du CISSS A-T (syndicat régional du personnel paratechnique, auxiliaire et de métiers) et Donald Rheault, président par intérim du Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue – Nord-du-Québec, souhaitent réagir au point de presse du CISSS A-T tenu hier pour rassurer la population sur la qualité des services. Depuis le début des fusions, nous relatons des faits à la partie patronale concernant les dommages collatéraux d’une réorganisation faite hâtivement. Lors de ce même point de presse, le CISSS A-T mentionne que les services ne sont pas adaptés aux besoins changeants dans la région et que les soins doivent se faire de plus en plus à la maison, qu’on hospitalise trop. Pendant la période des fêtes, nous avons été interpellés par nos membres de la région d’Amos du département de la chirurgie qui, à la suite de la réorganisation, ont vu leur étage passer de 36 à 24 lits. Malgré la promesse d’ajouter du personnel de soins en cas d’augmentation du nombre de lits, l’employeur n’a ajouté aucune aide lorsque 28 lits étaient occupés.

Le CISSS A-T se contente de justifier la situation critique par la pénurie de main-d’œuvre liée au faible taux de chômage dans la région. Mais quand une mère monoparentale se fait menacer de recevoir une lettre disciplinaire pour insubordination après avoir refusé un temps supplémentaire obligatoire parce qu’elle doit aller chercher son enfant à la garderie le soir et que l’employeur réplique qu’elle doit se prévoir un plan B, on ne peut que se demander comment le CISSS peut vouloir favoriser la rétention du personnel.

Les solutions de l’employeur comprennent la création d’un salon de rehaussement de la disponibilité, afin d’aider les travailleurs à augmenter leur disponibilité. Encore une fois, l’employeur est loin de sa base : les travailleurs de la santé sont épuisés de devoir travailler à effectifs réduits jour après jour. L’employeur veut aussi augmenter la proportion de postes à temps plein de 20 %, mais présentement, avec les coupures, la surcharge de travail augmente et nos travailleurs ne veulent plus de temps plein, car le travail est devenu trop dur. Nous avons tenté d’intervenir à plusieurs reprises depuis le début des fusions, mais l’employeur semble devoir exécuter les directives ministérielles pour réaliser des économies. Le syndicat a été informé que dans un CHSLD de la MRC de la Vallée-de-l’Or, les gestionnaires veulent mettre deux bénéficiaires par chambre en les séparant par un simple rideau dans deux à trois chambres, et ce, sans ajouter de personnel. Une préposée aux bénéficiaires passerait donc de onze bénéficiaires à quatorze ou quinze bénéficiaires! Comment cette décision assure-t-elle la qualité des soins et une charge de travail adéquate au personnel?

Le CISSS A-T nous demande d’arrêter de dénoncer la situation et a laissé entendre que nos sorties pourraient décourager la population de se présenter dans les différents établissements pour obtenir des soins. La qualité et la sécurité des services sont assurées par des travailleurs qui ont à cœur leur profession et c’est pour ça que la population n’en voit peut-être pas encore les effets. Des gens qualifiés démissionnent et, dans un dernier geste désespéré, dénoncent la réalité de leur travail, en espérant que ça renverse la vapeur pour leurs collègues.

Les représentants du syndicat, de la FSSS régionale et du conseil central, affiliés à la CSN, voudraient lancer un message clair à M. Desjardins : « Si le partenariat avec ses 6 000 travailleurs est primordial, nous aimerions connaître l’interprétation qu’il fait de ce mot, car nous n’avons même pas pu poser nos questions devant les médias à la fin du point de presse. Pour nous, un vrai partenariat doit se faire dans la transparence et le respect de chacun, avec le souci d’être parties prenantes des solutions. La présentation d’un plan d’action en quatre axes, sur lequel nous n’avons pas eu un mot à dire, envoie le signal contraire. Tenter de discréditer les organisations syndicales pendant la négociation de nos conditions de travail sera vain : les citoyens de l’Abitibi-Témiscamingue ne sont pas dupes et sont à même de constater que les 6 000 travailleurs de la santé de la région s’unissent pour dénoncer un climat de travail plus difficile que jamais. D’ailleurs, la loi prévoit l’obligation pour l’employeur de maintenir un milieu sain et sécuritaire pour nos travailleurs.»

← Précédent Des ententes de principe pour tous les paramédics 20 janvier 2018
Suivant → Le recteur refuse l’invitation du SPUQO 22 janvier 2018

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/au-cisss-abitibi-temiscamingue-un-discours-deconnecte-de-la-realite/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.