CPE : à la recherche d’un mandat de grève à exercer dès septembre

À compter d’aujourd’hui, le plus important regroupement du personnel des CPE au Québec, celui de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), va à la rencontre de ses 11 000 membres pour obtenir un mandat de dix jours de grève, à exercer dès septembre, dans toutes les régions du Québec. La convention collective étant échue depuis le printemps 2020, les négociations tournent au ralenti alors que les problèmes s’aggravent, au détriment de la qualité des services dispensés aux enfants.

« Épuisées, on semble assister à une opération de relations publiques. D’un côté, le ministre de la Famille dit vouloir multiplier les places, admet publiquement que nous sommes sous-payées et victimes d’une pénurie de main-d’œuvre sans précédent. En réalité, les mandats patronaux et l’argent sont absents à la table de négociation. Il y a urgence que le ministre Mathieu Lacombe mandate son équipe de négociateurs, pour que ce dossier se règle rapidement », explique sans détour Stéphanie Vachon, représentante du secteur des CPE à la FSSS–CSN.

La grève doit demeurer un dernier recours, afin de limiter les impacts sur les parents, durant une époque aussi anxiogène. « Les parents, qui nous écrivent par milliers, sont reconnaissants de notre dévouement et appuient nos revendications légitimes. On souhaite attirer des recrues formées pour assurer un service de haute qualité, pour le bien des familles québécoises. Essayez de recruter en avouant du même souffle que la technique d’éducation à l’enfance est la moins payante de toutes les techniques », ironise Lucie Longchamps, vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN).

Un diachylon qui va dévaloriser la profession

À la demande de la FSSS–CSN, les plus récentes données colligées par l’Association des enseignantes et enseignants de techniques d’éducation à l’enfance révèlent que le programme de formation n’attire plus et que le nombre de diplômées a radicalement chuté depuis 2016.

En guise de réponse, le gouvernement assouplit les règles. Il crée une catégorie de remplaçantes temporairement qualifiées (RTQ) qui n’ont pas complété leur formation, ce qui maintient indéfiniment le ratio d’éducatrices formées à 1 sur 3.

« Ce sont des solutions à courte vue. Quel message transmet-on aux personnes qui ont étudié trois ans à la technique ? Nous rentrons dans une spirale de dévalorisation qui va faire plus de mal que de bien », analyse Lucie Longchamps.   

Nos principales revendications

  • Une augmentation salariale équitable. Une technicienne en service de garde scolaire, par exemple, gagne 29,05 $ l’heure au maximum de l’échelle contre 25,15 $ pour une éducatrice en CPE alors qu’elles ont la même formation collégiale.
  • Des moyens pour donner de meilleurs services aux enfants, dont ceux à besoins particuliers, ainsi que le respect en tout temps des ratios pour la sécurité des tout-petits.
  • Du temps pour la planification du dossier de l’enfant et pour la gestion de la cuisine.

Alors que le Québec est cité en référence au pays, avec les milliards à venir du fédéral, le gouvernement doit tout faire pour maintenir un système de grande qualité pour les enfants.

« Nous ne réclamons pas la Lune au gouvernement. Nous voulons seulement assurer la pérennité du réseau des CPE par un juste retour du balancier après avoir fait les frais des coupes budgétaires durant trop d’années », conclut Stéphanie Vachon.

La FSSS–CSN bloque le Port de Montréal

Des centaines de travailleuses et de travailleurs membres de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) bloquent actuellement un accès ferroviaire et routier du Port de Montréal. Sans convention collective depuis le 31 mars 2020, ces travailleuses et travailleurs se butent à l’intransigeance du gouvernement qui refuse de négocier les solutions identifiées comme prioritaires par les salarié-es. Les syndicats FSSS–CSN tiendront deux journées de grève les 21 et 22 juin 2021, si nécessaire.

« Pour ce gouvernement, les services publics ne sont pas importants. Il ne prend pas la juste mesure de la situation de crise actuelle du réseau et de l’épuisement du personnel ,  explique le président de la FSSS–CSN, Jeff Begley. Chaque fois qu’il s’agit de subventionner des multinationales ou de construire de nouveaux ponts ou tunnel, il trouve des milliards de dollars. Mais quand on demande d’améliorer l’accès au réseau de la santé et des services sociaux, en donnant un coup de barre dans les conditions de travail des personnes qui se dévouent au quotidien à offrir des services à la population, d’agir sur la santé et la sécurité du travail, d’éliminer les surcharges de travail ou de favoriser la conciliation famille-travail-études, il ferme la porte. Ce n’est pas comme ça qu’on en arrivera à une entente. Ce n’est pas comme ça qu’on pourra améliorer les choses pour le personnel, mais aussi pour toute la population qui compte sur nos soins et services ».

Par cette mobilisation de grande ampleur, la FSSS–CSN souhaite susciter une prise de conscience quant à l’importance économique des services publics. Si bloquer temporairement les opérations du Port de Montréal peut sembler nuisible à l’économie québécoise, ce n’est rien à côté des conséquences de l’affaiblissement des services publics.

« Dans la plupart des régions du Québec, le réseau de la santé et des services sociaux est le plus important employeur. Malheureusement, le secteur public n’est plus du tout aujourd’hui un employeur de choix pour faire carrière, notamment à cause des difficiles conditions de travail et des salaires beaucoup trop faibles, tant par rapport aux responsabilités qui incombent aux travailleuses et aux travailleurs qu’en comparaison avec ce qui est versé ailleurs dans la société pour un emploi comparable, poursuit Jeff Begley. L’incapacité des établissements à remplir adéquatement et à retenir leurs besoins en main-d’œuvre a un impact sur la quantité et la qualité des soins et des services à la population. En ce sens, le manque de main-d’œuvre chez les préposé-es aux bénéficiaires n’est que la pointe de l’iceberg. La situation est devenue critique pour une multitude de titres d’emploi et cela ira de pis en pis. Il faut des solutions de fond, de long terme et structurelles pour revaloriser tous les emplois du secteur public. Il y a urgence d’agir, d’autant plus que réinvestir dans le secteur public est le meilleur moyen de relancer l’économie québécoise au sortir de la crise. »

Semaine d’action

Demain, les travailleuses et les travailleurs prendront la route vers Québec, en convoi autoroutier. Les 10 et 11 juin, ils prendront part à une vigile devant l’Assemblée nationale, aux côtés de salarié-es des réseaux de l’éducation et des organismes gouvernementaux, au moment où se terminent les travaux parlementaires.

À propos de la FSSS-CSN 

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) compte plus de 120 000 membres dans les secteurs public et privé, et ce, dans toutes les catégories de personnel. La FSSS-CSN est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux et dans les services de garde. La FSSS-CSN agit en faveur d’une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.

Les syndicats de la FSSS–CSN en grève les 21 et 22 juin

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) annonce deux premières journées de grève les 21 et 22 juin, et ce, dans plusieurs établissements au Québec. Les syndicats FSSS–CSN représentent 110 000 travailleuses et travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux, et ce, dans toutes les catégories d’emploi.

« Après la crise qu’on vient de traverser, alors que les besoins étaient déjà énormes, nous pensions bien que nous pourrions conclure une entente satisfaisante sans avoir recours à la grève, déplore le président de la FSSS–CSN, Jeff Begley. Mais le gouvernement ne veut rien changer à notre quotidien. Il veut maintenir le statu quo des conditions de travail de la plupart du personnel, alors qu’on sait qu’elles sont intenables. Pire encore, il propose encore à ce moment-ci des reculs aux conditions de travail. Nous ne parviendrons jamais à retenir et à attirer le personnel et on n’améliorera pas ce réseau sans s’attaquer, dès maintenant, à l’augmentation des arrêts de travail pour cause d’accident ou de maladie ou au manque de personnel. Il y a urgence d’agir! »

La FSSS–CSN réclame notamment des mesures d’attraction et de rétention du personnel. « Des problèmes de pénuries de main-d’œuvre, il y en a dans toutes les catégories de personnel, pas seulement pour un ou deux titres d’emploi, poursuit-il. Un coup de barre est nécessaire pour être plus attractif et réparer les conditions de travail du personnel du réseau de la santé et des services sociaux. »

La grève n’est pas inéluctable. Les négociations se poursuivent aux tables de négociation et les négociateurs du gouvernement connaissent très bien les solutions que propose la FSSS–CSN. « Avec un peu de bonne volonté politique, on peut y arriver dans un court laps de temps, précise Jeff Begley. De notre côté, nous sommes disponibles jours, soirs et nuits pour y arriver. Conclure une entente satisfaisante est notre priorité absolue. »

Les salarié-es de l’État, déterminés

Ce premier débrayage en santé et services sociaux, à la CSN, s’inscrit dans un mouvement de grève touchant l’ensemble des réseaux publics, notamment celui de l’éducation, où plusieurs grèves se sont tenues dans les dernières semaines.

« En ayant recours à la grève, les travailleuses et les travailleurs des services publics expriment leur détermination à en arriver à un règlement satisfaisant, à la hauteur des besoins criants des réseaux, tant sur les conditions de travail que de rémunération. Nos revendications, notamment celle qui vise à améliorer davantage les salaires de celles et ceux qui gagnent le moins, sont justes. Elles permettront d’améliorer l’attraction et la rétention du personnel et c’est comme ça que nous réussirons à relever les services publics, au bénéfice de toute la population du Québec », affirme Caroline Senneville, vice-présidente de la CSN.

Les services essentiels seront assurés durant la grève. Rappelons que la CSN a notamment obtenu auprès du Tribunal administratif du travail l’obligation, pour le personnel-cadre, de contribuer au maintien des services essentiels, ce qui constitue un changement majeur.

À propos de la FSSS-CSN 

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) compte plus de 120 000 membres dans les secteurs public et privé, et ce, dans toutes les catégories de personnel. La FSSS-CSN est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux et dans les services de garde. La FSSS-CSN agit en faveur d’une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.

 

 

Entente de principe à la résidence Le Savignon

Le 21 mai dernier, une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des travailleuses et travailleurs des centres d’hébergement du Grand Montréal (CSN) – Section Résidence Savignon et le Groupe Maurice, propriétaire de la résidence Le Savignon. Les membres du syndicat l’ont récemment adoptée à l’unanimité lors d’un vote tenu secret en assemblée générale.

« Le syndicat a obtenu des augmentations salariales moyennes de l’ordre de 13 % sur trois ans — 8 % la première année, 2,5 % la deuxième et 2,5 % la dernière —, avec une rétroactivité pouvant atteindre 4000 $ pour certains salarié-es, selon les heures travaillées, de préciser Guy Trichard, président du STTCHGM. À ces gains appréciables, à la signature s’ajouteront deux congés de maladie payés, puis un troisième l’an prochain, pour un total de six congés payés en 2022. Après deux ans d’une négociation fastidieuse, teintée des aléas de la pandémie, les membres étaient satisfaits du contenu de l’entente et l’ont démontré par le résultat du vote ».

« Durant la pandémie, nous avons réussi à obtenir une bonification des conditions de travail dans les CHP par le biais de primes versées par le gouvernement. La FSSS croit toujours que cette bonification devrait être permanente et intégrée aux échelles salariales régulières, et ce, afin de favoriser la rétention de la main-d’œuvre dans le secteur. Dans le but de maintenir les salaires obtenus, l’entente de la résidence Savignon prévoit un mécanisme de renégociation des salaires à la hausse lorsque le gouvernement du Québec cessera de payer les primes en lien avec la pandémie. Maintenant, il faudrait qu’un mécanisme similaire soit étendu à tous les CHP », de conclure Lucie Longchamps, vice-présidente de la FSSS–CSN, responsable des secteurs privés.

Le secteur des CHP regroupe environ 3000 membres. Il est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) qui compte plus de 110 000 membres dans les secteurs public et privé, et ce, dans toutes les catégories de personnel. La FSSS–CSN est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux et dans le secteur des services de garde. La FSSS–CSN agit en faveur d’une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.

Entente de principe pour les RI-RTF affiliées à la FSSS–CSN

Une entente de principe est intervenue le vendredi 28 mai dernier entre la Fédération de la Santé et des services sociaux–CSN et le ministère de la Santé et des Services sociaux dans le cadre du renouvellement des ententes collectives s’appliquant aux Ressources intermédiaires et de type familial (RI-RTF).

« Après plus d’une année de négociations difficiles, je suis heureuse d’annoncer que cette entente contient de substantielles améliorations des conditions de travail et d’exercice pour nos ressources, de déclarer Renée Desnoyers, représentante du secteur des RI-RTF de la FSSS–CSN. L’entente sera entièrement présentée dans les prochains jours lors d’un conseil sectoriel des RI-RTF pour ensuite être dévoilée dans ses moindres détails dans le cadre des assemblées générales qui voteront sur son contenu ».

« Nous sommes fières d’avoir obtenu cette entente dans un contexte de négociation complexe où la pandémie ne nous a pas facilité la tâche. Nous sommes d’avis que les avancées que nous avons acquises lors de cette négociation procurent d’importants outils qui faciliteront le travail quotidien des ressources. En ce sens, nous avons bien hâte de la présenter prochainement aux membres », de conclure Lucie Longchamps, vice-présidente de la FSSS–CSN, responsable des secteurs privés.

Les paramédics du Québec votent massivement en faveur de la grève

Alors qu’il ne reste que quelques votes à tenir, le secteur préhospitalier de la Fédération de la santé et des services sociaux–CSN annonce que la grande majorité des syndicats affiliés ont massivement voté en faveur de la grève à déclencher au moment jugé opportun.

« Alors que tout le secteur préhospitalier s’est tenu au front tout au long de la pandémie qui semble vouloir se calmer, les paramédics et le personnel de soutien sont toujours sans nouvelles de leurs demandes à incidences salariales et d’intérêts communs. Notre tournée d’assemblées générales nationale tire à sa fin et les mandats très forts obtenus en faveur de la grève reflètent l’humeur de nos membres. Les résultats des votes nous démontrent sans aucun doute que les paramédics de la CSN sont prêts et déterminés à défendre les revendications de leurs négociations actuelles sur la place publique », de préciser Jean Gagnon, responsable politique du secteur Préhospitalier de la FSSS–CSN.

« Les hauts pourcentages obtenus lors des votes nous indiquent que ces travailleuses et ces travailleurs essentiels sont mobilisés et veulent des résultats à la hauteur de leurs attentes. Pour nous, il y a manifestement un rattrapage à faire dans leurs conditions de travail et la FSSS soutient leurs revendications et leurs actions visant à atteindre leurs objectifs », de conclure Lucie Longchamps, vice-présidente de la FSSS–CSN, responsable des secteurs privés.

Le secteur préhospitalier regroupe plus de 4000 membres. Il est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) qui compte plus de 110 000 membres dans les secteurs public et privé, et ce, dans toutes les catégories de personnel. La FSSS–CSN est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux et dans le secteur des services de garde. La FSSS–CSN agit en faveur d’une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.

Le gouvernement Legault a-t-il déjà renoncé aux recommandations du rapport Laurent?

Quelques semaines après avoir assuré que les recommandations du rapport Laurent seraient mises en application, le gouvernement Legault continue d’agir en contradiction avec les principales recommandations de ce rapport. Avec ce qui s’est passé cette semaine, c’est à se demander pourquoi on a investi autant de temps, d’énergie et d’argent sur cette commission.

Le gouvernement interdit l’affichage de postes d’intervenantes!
Tout récemment, on apprenait que le ministère de la Santé et des Services sociaux interdit aux établissements de pourvoir les postes vacants ou d’ouvrir des postes pour plusieurs services de première ligne, on y énumère notamment, les services suivants : « jeunes en difficulté ; dépendances/itinérance ; déficience intellectuelle, trouble du spectre de l’autisme et déficience physique ; programme de soutien aux organismes communautaires ; services sociaux généraux ainsi que services mère-enfant ».

Il nous apparait pour le moins paradoxal que d’un côté, on affirme vouloir agir en prévention, en amont des problèmes vécus par les familles, afin d’éviter qu’on se tourne vers les « services d’urgence » des Centres Jeunesse et de l’autre côté, on empêche la création et l’affichage de postes dans les services de prévention ou en réadaptation. Comment instaurer « une société bienveillante envers les enfants et les jeunes » comme le souhaite le rapport Laurent, sans agir et réinvestir massivement à tous les niveaux; que ce soit dans les services de prévention, les services sociaux et les services en santé mentale de première ligne et en réadaptation ?

Le gouvernement agit ainsi pour empêcher les intervenantes et les intervenants des centres jeunesse de changer de poste. Il tente de freiner l’exode massif des intervenantes. Il est vrai que les conditions de travail actuelles, les surcharges de travail, l’augmentation des charges de cas, la complexité croissante des dossiers, les listes d’attente qui s’allongent et la pression vécue dans les services à la protection de la jeunesse font en sorte que plusieurs songent à quitter ce contexte insoutenable et d’aller travailler ailleurs. C’est parfois la seule façon de survivre et d’éviter les départs en maladie. La solution devrait logiquement passer par l’amélioration des conditions de travail et de pratique en centres jeunesse.

Finalement, revenons sur ce qui se passe à la table de négociation. En présence du Secrétariat du Conseil du Trésor, nous y négocions les revendications sectorielles de la catégorie des techniciens et professionnels en santé et services sociaux qui sont au cœur de tous les services à la jeunesse.

À cette table, le gouvernement propose des pistes de solutions mur à mur, sans égard aux réalités vécues dans les milieux inuits et autochtones. Pourtant, un chapitre complet du rapport de la commission Laurent est consacré à cette réalité. À la FSSS–CSN, nous partageons la plupart des constats et des recommandations du rapport Laurent à cet égard. La FSSS–CSN est fière de représenter le personnel œuvrant en santé et services sociaux, notamment dans le Grand Nord. Elle se bat pour instaurer des conditions de travail adaptées aux communautés autochtones et inuit. Un élément majeur ressorti dans ce rapport concerne justement les différences importantes entre le travail d’intervention dans le « sud » et dans le « nord » du territoire. Pour répondre aux enjeux spécifiques des communautés autochtones et inuit, il faut absolument développer des solutions qui tiennent compte de leurs spécificités.

Or le gouvernement ferme jusqu’à maintenant la porte et nous sommes forcés de constater que les solutions qu’il propose sont insuffisantes, même pour les centres jeunesse. Il est également regrettable de voir que le dossier des centres jeunesse est abordé en vase clos, comme si les difficultés et le sous-financement des autres secteurs n’avaient aucun impact sur la situation déplorable vécue en protection de la jeunesse.

***

Il nous apparait évident que le gouvernement devrait dès maintenant réinvestir massivement et démontrer un réel engagement pour offrir des conditions attrayantes pour les intervenant.es et des mesures permettant de retenir celles et ceux qui sont déjà en place. Malheureusement, actuellement, ce qu’il met sur la table ne répond en rien aux besoins des techniciennes et techniciens et professionnel-les en santé et services sociaux. On peut même qualifier ces offres de méprisantes, tandis que la négociation des conventions collectives traîne depuis plus d’un an et demi. Ce qu’il nous propose principalement, ce sont des reculs : le gouvernement choisit de forcer les intervenantes à travailler plus d’heures. Il souhaite ouvrir 500 postes dans les centres jeunesse, mais qui ira pourvoir ces postes dans les conditions actuelles ?

Nous, les intervenantes et intervenants, sommes témoins au quotidien du désastre où nous ont menées la réforme Barrette avec ses les politiques d’austérité et les compressions dans les services sociaux. Les services sociaux sont dans l’angle mort du réseau depuis si longtemps qu’aujourd’hui, le statu quo est intenable.

Pour le véritable bien de tous les jeunes du Québec, il faut que le gouvernement revoie son approche. Déterminées, nous ne baisserons pas les bras. Il y a urgence d’agir, maintenant.

Les salarié-es exaspérés adoptent le port du t-shirt syndical et promettent d’autres actions

Cela fait plus de deux ans que les cinq Syndicats unis d’Héma-Québec, affiliés à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), sont sans convention collective. « Les salarié-es s’impatientent de plus en plus devant le manque de respect d’Héma-Québec à leur endroit. C’est pourquoi à compter du mercredi 19 mai, nos membres porteront leur t-shirt de négociation, à l’effigie des cinq Syndicats unis. Nous le porterons aussi lors des jours de négociations locales », annonce Simon Poulin, président du Syndicat des techniciens(nes) de laboratoire d’Héma-Québec et porte-parole des Syndicats unis.

Depuis le 1er avril 2019, date depuis laquelle les salarié-es d’Héma-Québec syndiqué-es CSN n’ont plus de convention collective, Héma-Québec trouve tous les subterfuges possibles pour retarder le processus de négociation. « Cela a pris plus d’un an à ce que les représentants patronaux acceptent de s’asseoir avec nous, après une réprimande du Tribunal administratif du travail. Mais depuis, le processus stagne et les blocages ne viennent pas de notre côté », déplore M. Poulin.

Pour les cinq syndicats, il n’est pas normal que leur employeur agisse de la sorte. « Si les services d’Héma-Québec sont reconnus, c’est entre autres grâce à la qualité de notre travail, qui nous est cher. Nous avons droit à de meilleures conditions de travail et nous sommes déterminés à les obtenir. Justement parce que notre travail nous est cher ! Mais cela ne semble pas être une préoccupation pour Héma-Québec », continue le porte-parole.

Le port du t-shirt n’est que le début de cette accélération de moyens de pression. « Dans les prochaines semaines, nos cinq syndicats qui représentent autour de 70 % du personnel syndiqué d’Héma-Québec à la grandeur du Québec tiendront d’autres actions de mobilisation et de visibilité. Nous méritons une convention collective à la hauteur de la qualité de notre travail et nous refusons de passer quatre ans à la négocier », conclut M. Poulin.

Négo bloquée : Les syndicats prêts pour la grève dès le début juin

Depuis quelques jours, la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) représentant 110 000 salarié-es du réseau public, de toutes les catégories de personnel, détient le mandat d’exercer la grève, et ce jusqu’à une durée illimitée, si nécessaire. Face à une négociation bloquée depuis plus d’un an, la FSSS–CSN mène aujourd’hui des coups d’éclat partout au Québec et annonce entreprendre les préparatifs pour une grève qui sera déclenchée au début du mois de juin, si cela s’avère nécessaire

« J’ai entendu M. Legault dire que sa patience avait des limites. Disons que les travailleuses et des travailleurs du réseau public, après l’année qu’on a vécue, nous sommes encore plus impatients que lui d’améliorer nos conditions de travail. Depuis plus d’un an, on présente nos solutions en négociation aux représentants du gouvernement, on propose des alternatives, mais il les ignore », déplore le président de la FSSS–CSN, Jeff Begley.

« En plus de ne pas négocier sérieusement, le gouvernement rajoute l’insulte à l’injure en balançant des faussetés en conférence de presse, poursuit-il. Il ne nous offre pas des augmentations de 8 % sur 3 ans, mais bien de 5 %. Il n’offre pas un redressement salarial de 23 % aux préposé-es aux bénéficiaires (PAB) et aux auxiliaires aux services de santé et sociaux (ASSS), mais plutôt des primes pour certains PAB, et ce, uniquement en CHSLD. De plus, le gouvernement veut que nous renoncions au maintien de l’équité salariale pour ces catégories d’emploi et aux sommes importantes qui leur sont dues depuis plusieurs années. On est très loin du coup de barre nécessaire dans ce réseau ». Rappelons que la CSN revendique des augmentations de salaire en montant fixe ayant un impact plus marqué pour celles et ceux qui gagnent le moins dans les services publics. La CSN demande une augmentation de 2 $ l’heure, pour 2020 et de 0,75 $ l’heure pour 2021 et 2022.

Pour la FSSS–CSN, la balle est clairement dans le camp du gouvernement. « Après 68 rencontres de négociation sur les conditions de travail propre au réseau de la santé et des services sociaux, les négociateurs du gouvernement connaissent bien les attentes des travailleuses et des travailleurs. On pourrait faire beaucoup de progrès rapidement à la table de négociation, si le gouvernement le voulait vraiment explique la vice-présidente de la FSSS–CSN, Josée Marcotte. Nous avons proposé des pistes concrètes, notamment pour renforcer la santé et la sécurité au travail, favoriser la conciliation famille-travail-études, diminuer les heures supplémentaires, éliminer les surcharges de travail. Ce sont des priorités pour nos membres. Il va falloir que toutes et tous trouvent leur compte dans une entente. ».

Vers la grève en santé et services sociaux
Les syndicats de la FSSS–CSN se préparent à exercer la grève dès le début du mois de juin. Ils pourront exercer un rapport de force inédit dans le secteur de la santé et des services sociaux en vertu d’une récente décision du Tribunal administratif du travail ayant notamment pour effet de mettre le personnel cadre à contribution dans le maintien des services essentiels, en remplaçant des grévistes dans les divers services et unités de soins.

« Ce n’est pas de gaieté de cœur que nous en sommes rendus là, mais nous sommes maintenant prêts à recourir à ce moyen ultime si cela s’avère nécessaire. Le gouvernement a encore l’opportunité de s’activer aux tables de négociation afin de conclure une entente et éviter la grève. L’heure n’est plus aux mercis en conférence de presse, mais à une véritable reconnaissance en se donnant la peine de régler des problèmes qui minent notre quotidien et convenir de solutions qui auront un impact positif pour les services à la population ».

Les conventions collectives du secteur public sont échues depuis le 31 mars 2020.

Le personnel syndiqué des CPE de la FSSS–CSN accentue la pression

Aux prises avec un problème aggravé de pénurie de main-d’œuvre, les travailleuses et les travailleurs des centres de la petite enfance, représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), se dotent de mandats forts partout au Québec, pour accentuer les moyens de pression sur le gouvernement Legault.

«Ce gouvernement promet de créer de nouvelles places, mais sait très bien que cet objectif est inatteignable dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre qualifiée en CPE, exacerbée depuis un an par la pandémie. Une seule solution permettra de retenir ou d’attirer des ressources : de meilleures conditions de travail», explique logiquement Stéphanie Vachon, représentante du secteur des CPE à la FSSS–CSN.

Or, au détriment des familles québécoises, les demandes patronales qui viennent d’être déposées à la table de négociation nationale s’inscrivent en parfaite contradiction avec la volonté de mettre un terme à la pénurie. «Les demandes formulées visent à presser le citron davantage et ainsi détériorer les conditions de travail de celles et ceux qui éduquent nos tout-petits. Cette stratégie contreproductive risquerait de décourager d’éventuelles recrues et de pousser vers la sortie les personnes épuisées et sous-payées qui tiennent le réseau à bout de bras », ajoute Stéphanie Vachon.

Ainsi, au cours des prochaines semaines, les parents seront informés de l’escalade des moyens de pression et seront appelés à appuyer les travailleuses et les travailleurs des centres de la petite enfance dans leurs démarches pour bonifier et assurer la pérennité du réseau des CPE.

Des demandes légitimes pour stopper la pénurie

Les travailleuses et les travailleurs des centres de la petite enfance demandent, entre autres, une augmentation salariale équitable comparativement à une formation du même niveau dans le réseau de l’éducation. Aussi, elles souhaitent plus de moyens pour donner de meilleurs services aux enfants, dont du temps pour mieux planifier, pour remplir le dossier de l’enfant et pour soutenir les enfants à besoins particuliers. Il faut également faire respecter le ratio éducatrices/enfants en tout temps.

«Avec le transfert prochain de 6 milliards de dollars du gouvernement fédéral, le gouvernement Legault a plus que jamais les moyens de mieux répondre aux besoins des familles québécoises qui nécessitent plus de places en CPE et de meilleurs services grâce au personnel qualifié», conclut Lucie Longchamps, vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN).

La CSN espère que le gouvernement ira plus loin

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) salue la création du programme de formation de courte durée pour les éducatrices en CPE annoncée ce matin par les ministres Lacombe et Boulet. Les organisations soulignent par contre qu’il s’agit d’un geste encore bien insuffisant pour remédier aux graves problématiques vécues dans le réseau des services de garde éducatifs à l’enfance.

« Lorsqu’un programme comme celui-là est mis en place, c’est que les acteurs d’un milieu reconnaissent qu’il faut agir pour remédier à la pénurie de main d’œuvre. La CSN espère que cette annonce n’est que le premier pas et que d’autres interventions suivront pour permettre au réseau de créer les 51 000 places actuellement manquantes », indique Katia Lelièvre, vice-présidente de la CSN.

Pour la FSSS–CSN, il faut aussi agir sur les conditions de travail et salariales. « Si on veut attirer et retenir vers la profession, il faut offrir de meilleures conditions. Si on ne le fait pas, on risque de voir les personnes qui suivront cette formation quitter quand elles constateront sur le terrain les exigences de la profession et les conditions offertes en contrepartie », ajoute Lucie Longchamps, vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN).

Bien que les organisations syndicales conviennent de la gravité des problèmes de recrutement et de rétention de la main-d’œuvre dans le secteur des services de garde éducatifs à l’enfance, elles s’inquiètent d’une potentielle remise en question, à long terme, de la formation de base exigée pour les travailleuses et les travailleurs des services de garde éducatifs à l’enfance. La CSN réitère l’importance du diplôme d’études collégiales comme formation qualifiante pour les éducatrices dans les services de garde éducatifs à l’enfance. Ces mesures doivent donc être temporaires.

« Après des années de négligence et de sous-financement des services de garde éducatifs à l’enfance, on se voit aujourd’hui contraint d’apporter des solutions dans l’urgence. Les mesures temporaires annoncées aujourd’hui ne pourront jamais se substituer aux véritables solutions aux problèmes de rareté de main-d’œuvre : des augmentations de salaire tangibles et une amélioration concrète des conditions d’exercice de la profession », de conclure les deux porte-paroles.

Rappelons que le gouvernement Legault a annoncé la semaine dernière qu’il n’investirait pas dans le réseau les six milliards de dollars que le Québec recevra dans la foulée de la création du programme fédéral de services de garde éducatifs à l’enfance, ce que la CSN et la FSSS–CSN ont dénoncé.

La FSSS–CSN demande au gouvernement Legault d’investir l’argent du fédéral pour sauver le réseau

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) invite le ministre de la Famille Mathieu Lacombe ainsi que son gouvernement, à revenir sur leur réaction impulsive concernant l’annonce du gouvernement fédéral sur les services de garde éducatifs à l’enfance. Pour la FSSS–CSN, qui représente 11 000 travailleuses en CPE et 3000 responsables de services de garde en milieu familial (RSG), ne pas investir les sommes octroyées par le fédéral pour sauver ce réseau est une grave erreur.

Comme annoncé lors du dépôt de son budget, le gouvernement fédéral va octroyer six milliards de dollars en cinq ans au Québec à titre de compensation puisque la province dispose déjà d’un programme universel de services de garde éducatif à l’enfance. La FSSS–CSN dénonce depuis de nombreuses années les graves problèmes vécus dans le réseau. Au-delà des 51 000 places manquantes, les conditions de travail offertes ne permettent plus de recruter ou même de retenir les femmes qui y travaillent, ce qui engendre une grave pénurie de personnel et l’exode des RSG.

« Nous connaissons l’état de notre réseau des services de garde éducatifs, sans parler de l’état des milliers de femmes qui le tiennent à bout de bras. Cela aurait été une bonne occasion de rétablir les millions de coupes des dix dernières années qui continuent de mettre notre réseau en péril. Ce n’est pas parce que nous avons au Québec un modèle envié partout dans le monde qu’il fallait injecter ces argents ailleurs, bien au contraire, nous aurions dû poursuivre et continuer d’être le fer de lance de ce si beau modèle » indique Lucie Longchamps, vice-présidente responsable des secteurs privés à la FSSS–CSN.

La fédération demande donc au gouvernement Legault d’agir dès maintenant en utilisant ces sommes pour améliorer les conditions des travailleuses des CPE et des responsables de service de garde en milieu familial et ainsi assurer la pérennité du réseau et le succès de la création de nouvelles places.

« Le gouvernement doit passer par-dessus son différend avec le fédéral concernant le partage des compétences et mettre le bien-être des enfants, des familles et des personnes qui œuvrent dans le réseau en tête de liste de ses priorités. Il faut profiter de la négociation pour le renouvellement de la convention des CPE pour briser le cercle vicieux qui affecte le réseau », ajoute Mme Longchamps. « On demande par exemple au gouvernement d’enfin régler les travaux sur l’emploi comparateur des RSG pour qu’elles soient finalement rémunérées en fonction de la valeur réelle de leur travail. L’ajout de ces sommes est l’occasion rêvée pour le faire ». 

 

La CNESST doit faire respecter la Loi sur la santé et la sécurité du travail

En réaction à une lettre adressée à la CNESST qui l’enjoint à revenir en arrière sur le port d’une protection de type N95 en zone tiède, la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) et la FIQP | Secteur privé croient que la CNESST doit respecter le jugement émis par le juge Bouvier le 23 mars dernier.

Ce jugement exige que la CNESST applique le principe de précaution en s’assurant que le personnel de la santé ait accès à un appareil de protection respiratoire en zones chaudes et tièdes et lors d’une intervention auprès d’un cas suspecté ou confirmé de COVID-19, afin d’être adéquatement protégé contre le risque de transmission aérienne du virus.

Lors des audiences ayant mené à cette décision, le tribunal a entendu les prétentions des parties et a analysé la preuve scientifique présentée notamment par la FIQ, la FIQP, ainsi que par la CSN. Le juge Bouvier a tranché que dans un contexte d’incertitude scientifique et conformément à la loi, c’est le principe de précaution qui devrait s’appliquer. Le lendemain, la CNESST confirmait qu’elle appliquerait les conclusions de la décision dans les milieux de travail du secteur de la santé.

« Le juge Bouvier a déjà entendu les arguments mis de l’avant par les experts qui signent cette lettre. Il a néanmoins tranché en faveur d’une meilleure protection pour le personnel de la santé, en application du principe de précaution et de la loi. Il n’y a aucune raison de remettre ce jugement en question, puisqu’il repose sur de solides assises scientifiques, mais aussi légales » préviennent les trois organisations syndicales.

« Les règles de la santé et sécurité du travail sont prépondérantes sur celles de la santé publique. Le jugement est clair : la LSST est une loi d’ordre public et aucun employeur ne peut s’y soustraire. En présence d’un virus potentiellement mortel, ils doivent tendre vers les plus hauts standards en matière de protection des travailleuses de la santé. Nous sommes confiants que malgré la pression, la CNESST ne reviendra pas sur sa décision. Après plus d’un an à se battre pour une protection adéquate, le débat doit être enfin clos. »

Les trois organisations demeurent convaincues que la CNESST saura rester concentrée sur sa mission première en santé et sécurité au travail, à savoir appliquer la loi, protéger les travailleuses et les travailleurs et respecter le principe de précaution.

Les cliniques privées profitent de la pandémie pour s’enrichir

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSSCSN) réagit à un article paru hier dans Le Devoir dans lequel on apprend que les cliniques privées qui opèrent pour le réseau public ont profité de la pandémie pour se négocier une plus importante marge de profit. On y apprenait également que le nombre de chirurgies réalisées par ce type de clinique a augmenté. Pour la FSSS-CSN, il faut impérativement réintégrer ces services dans le réseau et se doter d’une vision d’avenir pour revaloriser les services publics.

Pour la FSSSCSN, il faut d’abord s’attaquer au problème d’attraction et de rétention du personnel pour permettre au réseau public de remplir sa mission adéquatement. « Ce n’est pas en déplaçant nos ressources vers le privé que l’on améliore la situation. En utilisant le privé pour pallier le problème bien réel qui existe dans le réseau public, on provoque une perte d’expertise et on perd le contrôle sur la façon dont les services sont donnés », explique Jeff Begley, Président de la FSSSCSN.

La FSSSCSN a dénoncé le recours à ces contrats avec des entreprises comme Rockland MD depuis le début et demande au gouvernement de régler le problème à la source. « Au CHU Sainte-Justine par exemple, les infrastructures pour opérer existent. Pourquoi se payer collectivement la construction d’un centre hospitalier moderne et ensuite ne pas investir dans le personnel pour le faire fonctionner », se questionne Félix-Olivier Bonneville, président Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires du CHU Sainte-Justine–CSN.

La FSSS–CSN rejette les dernières offres du gouvernement

Réunis hier soir en conseil fédéral, les délégué-es de tous les syndicats FSSS–CSN du réseau public de la santé et des services sociaux ont rejeté, sans ambiguïté, les dernières offres du gouvernement, déposées le 31 mars dernier. Pour la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) ces offres ne répondent pas aux besoins des plus de 100 000 travailleuses et travailleurs qu’elle représente, dans toutes les catégories de personnel. Plus d’un an suivant l’échéance des conventions collectives, les syndicats FSSS–CSN entament dans les prochains jours des consultations, en assemblée générale pour obtenir le mandat de déclencher la grève au moment opportun, si cela s’avère nécessaire.

« Le gouvernement ne semble pas saisir l’ampleur des problèmes auxquels nous faisons face dans ce réseau, explique la vice-présidente de la FSSS–CSN, Josée Marcotte. Après des années de bouleversements et d’austérité, notre réseau était fort mal en point lorsque la crise de la COVID-19 a éclaté. Un grand coup de barre est d’autant plus nécessaire pour améliorer les salaires et les conditions de travail ainsi que les soins et services que nous offrons à toute la population québécoise ».

« Il y a urgence d’agir. Or, le gouvernement nous propose, des reculs, enchaîne le président de la FSSS–CSN, Jeff Begley. Il n’y a pas de solutions concrètes applicables dès maintenant dans ce qu’il nous offre. Même sur les sujets que le gouvernement identifie comme ses priorités, pensons à la rémunération des préposé-es aux bénéficiaires, à la stabilisation des équipes dans les soins infirmiers ou les centres jeunesse, ses propositions ne sont pas en phase avec les engagements qu’il a pris publiquement. Pour des dizaines de milliers de travailleuses et de travailleurs qui jouent un rôle essentiel dans ce réseau, bien qu’ils soient plus éloignés des projecteurs, le gouvernement n’offre absolument rien. Le mépris, ça suffit ».

Offres rejetées
Hier soir, les délégué-es ont analysé en détail l’ensemble des propositions du gouvernement. Ils ont été choqués de constater la fermeture du gouvernement à toute amélioration des conditions de travail et de pratique. Dans les faits, le gouvernement n’a que des « mercis » à offrir à ses « anges gardiens ».

Pourtant, la FSSS–CSN a présenté, au fil des 59 rencontres de négociation sectorielle, plus d’une centaine de solutions concrètes notamment pour renforcer la santé et la sécurité du travail, favoriser la conciliation famille-travail-études, éliminer les surcharges de travail ou encore attirer davantage la relève et retenir l’expertise dans le secteur public. Dans son dépôt, le gouvernement ignore complètement ces enjeux majeurs pour le personnel. Au contraire, il veut forcer de nombreux salarié-es d’augmenter leurs heures normales de travail par semaine dans le but d’économiser des sommes en versement des heures supplémentaires.

Quant aux préposé-es aux bénéficiaires (PAB), le gouvernement ne leur offre pas 26 $ l’heure comme il le prétend. En fait, le gouvernement offre aux PAB ainsi qu’aux auxiliaires aux services de santé et sociaux (ASSS) un taux de salaire unique de 23, 87 $ l’heure au moment de la signature de l’entente de principe, privant les salariées de milliers de dollars en rétroactivité. Seuls les PAB qui travaillent en CHSLD auraient droit à une prime supplémentaire, avec des conditions, qui ne compte pas au calcul de la rente de retraite. Le plus choquant, c’est que le gouvernement met tout ça conditionnel au règlement des plaintes en maintien de l’équité salariale déposées en 2010 et 2015 non seulement de ces titres d’emploi, mais de l’ensemble des autres emplois de cette même catégorie de personnel. Bref, le gouvernement veut négocier le droit à l’équité salariale et il voudrait que les femmes du secteur public financent elles-mêmes en bonne partie la correction de la discrimination salariale à leur égard!

Vote de grève
Les syndicats FSSS–CSN s’engagent dans une tournée auprès des membres pour voter un mandat de grève d’une banque de journées illimitées, par scrutin secret.

« Ce n’est pas de gaieté de cœur qu’on s’engage là-dedans, rappelle Josée Marcotte. Mais, nous n’avons plus d’autre choix. Depuis un an et demi, nous tentons de faire comprendre au gouvernement que les travailleuses et les travailleurs n’en peuvent plus. Avec la pandémie, nous avons pris conscience, plus que jamais, qu’il y a urgence d’agir pour relever le réseau. En tenant la ligne dure, en refusant de négocier véritablement des solutions tout en affirmant en point de presse que ses offres sont « excellentes », le gouvernement est en train de créer de toute pièce un conflit alors que, dans les circonstances de crise que nous connaissons, les travailleuses et les travailleurs se seraient attendus à davantage de reconnaissance ».

Les professionnelles en soins infirmiers de la CSQ, de la CSN et de la FTQ refusent les conditions proposées par le gouvernement

Les infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes affilié à la CSN, à la CSQ et à la FTQ dénoncent la fermeture du gouvernement à négocier véritablement pour trouver des solutions aux problèmes vécus au quotidien par les salarié-es. À chaque occasion, le gouvernement de la CAQ privilégie systématiquement l’approche unilatérale. Par ailleurs, il veut imposer des reculs aux conditions de travail, alors qu’il y a urgence de les améliorer si on veut être capable de garder le personnel déjà à l’emploi et d’en attirer d’autres.

Les organisations syndicales appellent à un changement de cap et demandent au gouvernement de négocier de bonne foi et d’octroyer sans tarder les mandats nécessaires à ses négociateurs. Ce n’est pas en forçant le personnel à travailler plus, sans agir sur leur charge de travail et leurs conditions d’exercice, que l’on va être capable de les retenir ou de les attirer. La conciliation travail-famille, ce n’est pas juste un beau principe, cela prend des mesures concrètes. Il faut cesser de gérer les ressources humaines à la petite semaine et avoir une vision à plus long terme. Il est plus qu’urgent d’octroyer des conditions de travail justes et équitables qui sont dignes de l’engagement indéfectible dont nos membres font preuve depuis de nombreuses années, en dépit des coupes constantes dans le réseau de la santé et des services sociaux.

« Rien n’est réglé en santé et services sociaux, et ce, plus d’un an après l’échéance de nos conventions collectives, souligne la vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), Josée Marcotte. Le gouvernement fait fausse route s’il pense pouvoir imposer à nos membres des reculs à leurs conditions de travail. Des milliers de professionnel-les en soins infirmiers et cardiorespiratoires demandent plus de respect et cela passe par une véritable négociation pour s’attaquer aux réels problèmes de fonds ».

« En négociation, les représentantes et les représentants patronaux n’ont aucun mandat pour discuter des questions qui nous tiennent à cœur, poursuit la présidente du Syndicat québécois des employées et employés de service (SQEES-FTQ), Sylvie Nelson. Qu’il s’agisse d’établir de meilleurs ratios de personnel dans les services, d’éliminer les heures supplémentaires obligatoires (TSO) ou de mettre en place des solutions pour attirer et retenir le personnel, nous nous heurtons à des vis-à-vis qui ne veulent rien introduire dans les conventions. Tout au plus, ils proposent de repousser dans le temps, encore une fois, la recherche de solutions. Nous appelons à un changement de cap, à une véritable négociation! C’est en travaillant tous ensemble que nous saurons renforcer ce réseau, non seulement pour répondre à la crise, mais pour l’avenir ».

« Le gouvernement Legault ne cesse de faire appel à notre collaboration, comme organisations syndicales, quand il en a besoin. Pour traverser la crise… Pour encourager la vaccination… Pour assurer la plus grande disponibilité possible de la main-d’œuvre… Mais c’est une collaboration à sens unique qu’il cherche, seulement quand elle fait son affaire, déplore le président du Conseil provincial des affaires sociales (CPAS-SCFP-FTQ), Frédéric Brisson. C’est très frustrant parce que sur le terrain, tous les jours, nos membres se demandent constamment pourquoi le gouvernement n’a pas plus de reconnaissance pour leur contribution immense à la société; ce n’est pas de mercis en conférence de presse qu’ils ont besoin, ni des reculs ou des conditions inéquitables selon les statuts d’emploi, mais de respect et de justice. Ça suffit l’abus du gouvernement sur les conditions de vie et de travail inacceptables pour des milliers de femmes ».

« L’arrêté ministériel 007 étant toujours en vigueur, la menace plane sur nos vacances encore cet été, enchaîne la présidente de la Fédération de la santé (FSQ-CSQ), Claire Montour. Si on n’est pas capable de combler les besoins en main-d’œuvre, ce n’est pas juste à cause de la pandémie. C’est bien à cause des salaires non concurrentiels et des conditions de travail difficiles que les salarié-es désertent le réseau. C’est par la négociation qu’on trouvera des solutions. Au lieu d’en discuter avec nous, le gouvernement impose des conditions par arrêtés ministériels et il choisit de mettre en place un comité de travail sur les effectifs en soins infirmiers, auquel il convie différents acteurs, à l’exception notable des organisations syndicales. Encore une fois, on aura beau explorer toutes les pistes de solutions, cela ne peut pas se faire sans l’apport des infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes. C’est maintenant que ça doit se passer. Nous sommes en négociation maintenant, c’est maintenant qu’il faut négocier ».

Catastrophe annoncée : la FSSS publie les résultats d’un sondage sur le moral des travailleurs et des travailleuses de la santé et des services sociaux

La Fédération de la santé et des services sociaux affiliée à la CSN (FSSS-CSN) dévoile aujourd’hui les résultats d’un sondage mené auprès de ses membres un an après le début de la pandémie. Selon ce sondage, 71% des répondants souffrent d’une détresse psychologique élevée. Ce résultat est près de quatre fois plus élevé que ceux mesurés dans l’Enquête québécoise sur les conditions d’emploi et de santé et de sécurité du travail (EQCOTESST), pour le secteur de la santé et des services sociaux (18,1%). 

Les résultats du sondage révèlent également que 27% des personnes répondent aux critères d’une détresse psychologique élevée très importante, faisant en sorte qu’il est probable que ces répondants développent une maladie mentale grave. L’indice de détresse psychologique est un indicateur précoce d’atteinte à la santé psychologique qui évalue deux des plus fréquents troubles de santé psychologique, soit l’anxiété et la dépression. 

Les effets de la pandémie
Dans une grande enquête menée par la FSSS en 2018, le même outil méthodologique nous indiquait alors que 53.73% de nos membres avaient un niveau de détresse psychologique élevée. « La différence entre les résultats des deux enquêtes nous préoccupe énormément, cela démontre une détérioration marquée de la santé psychologique de nos membres dans la dernière année », souligne Jeff Begley, président de la FSSS-CSN.  

54% des répondants ont par ailleurs répondu aller moins bien qu’avant la pandémie. 

« Il faut donner un coup de barre, c’est urgent. La santé du personnel des réseaux de la santé et des services sociaux et des services de garde éducatifs à l’enfance est en péril, tout comme la santé des réseaux eux-mêmes. Au final, c’est la population qui en paiera le prix si on laisse perdurer cette situation très préoccupante » rappelle Jeff Begley.

2300 personnes issues des différents secteurs que représente la FSSS ont répondu au sondage, mené en ligne du 10 au 17 mars 2021. 

Opération visibilité « Je me souviens » des Syndicats unis d’Héma-Québec

Le 31 mars marquera la deuxième année sans convention collective des cinq Syndicats unis d’Héma-Québec, affiliés à Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–­CSN). « La négociation de notre dernière convention collective a duré quatre ans. Nos membres ne veulent pas jouer dans le même film. C’est pourquoi nous avons choisi de souligner cet anniversaire en déployant l’opération visibilité “2 ans sans convention. Je me souviens.” avec des autocollants et des affiches sur les lieux de travail jusqu’au 31 mars », déclare Simon Poulin, président du Syndicat des techniciens(nes) de laboratoire d’Héma-Québec et porte-parole des syndicats unis.

Les Syndicats unis d’Héma-Québec déplorent que la partie patronale ait mis autant de temps à s’asseoir à la table de négociation. « Ce n’est qu’après un rappel à l’ordre du Tribunal administratif du travail en octobre dernier que les représentants d’Héma-Québec ont accepté de s’asseoir avec nous, après plus d’un an sans convention collective. Maintenant que ces complications sont derrière nous et qu’un dialogue est amorcé, les négociations doivent s’accélérer », continue M. Poulin.

Mandats de grève obtenus
Voulant être prêts à toute éventualité, les membres des Syndicats unis d’Héma-Québec ont voté massivement en faveur de mandats de grève dans les derniers mois.

« On parle de votes autour de 94 % en moyenne! Comme nos syndicats représentent autour de 70 % du personnel syndiqué à la grandeur du Québec, ces votes sont un message très clair pour l’employeur. Nous méritons une convention collective à la hauteur de la qualité de notre travail et nous méritons aussi de ne pas attendre quatre ans avant l’entrée en vigueur de celle-ci », conclut M. Poulin.

Les Syndicats unis d’Héma-Québec regroupent le Syndicat des travailleuses et travailleurs de Héma-Québec (Montréal-CSN), le Syndicat des techniciens(nes) de laboratoire de Héma-Québec (CSN), le Syndicat des assistants (es) techniques de laboratoire de Héma-Québec (CSN), le Syndicat des travailleuses et travailleurs de Héma-Québec (QUÉBEC-CSN) et le Syndicat des infirmières et infirmières auxiliaires de Héma-Québec (QUÉBEC-CSN).

Il y a urgence d’agir pour la santé et la sécurité de tout le personnel du réseau de la santé et des services sociaux

En négociation pour le renouvellement de leur convention collective, les travailleuses et les travailleurs de la santé et des services sociaux ont installé une pente de neige devant l’entrée des bureaux montréalais de la Coalition avenir Québec (CAQ). L’inaction du gouvernement en ce qui a trait à la santé et à la sécurité au travail dans le réseau de la santé et des services sociaux constitue une pente glissante, tant pour l’intégrité physique et mentale des salarié-es que pour l’accessibilité de la population à des services de qualité.

Bien que la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) ait présenté ses revendications il y a près de 18 mois, en octobre 2019, le comité de négociation représentant les intérêts de plus de 100 000 travailleuses et travailleurs du réseau attend toujours un signal des employeurs indiquant qu’ils souhaitent s’attaquer aux problèmes les plus criants et mettre en place des solutions dès maintenant.

En négociation, la FSSS–CSN veut renforcer les dispositions des conventions collectives portant sur la prévention. La violence en milieu de travail, le harcèlement psychologique, la formation en intervention sécuritaire dans les cas d’urgence, les équipements de protection et le rôle des syndicats dans les programmes de prévention sont au nombre des voies de solutions prônées par la FSSS–CSN. Jusqu’à maintenant, les représentants patronaux n’ont démontré aucune ouverture à régler ces problèmes.

Pourtant, même avant la pandémie, au cours de laquelle plus de 30 000 salarié-es ont été infectés, la situation était alarmante. En effet, 18 % des accidents de travail et des lésions professionnelles au Québec proviennent du réseau de la santé et des services sociaux. En deux ans, le nombre d’actes de violence à l’encontre du personnel a augmenté de 82 %, les chutes de 45 % et les troubles musculo-squelettiques de 36 %. Un sondage réalisé par la FSSS–CSN, en novembre 2020, montrait que 75 % des travailleuses et des travailleurs étaient inquiets pour leur santé psychologique ou celle de leurs collègues. Pour la FSSS–CSN, en continuant d’ignorer ces enjeux, le gouvernement engage tout le réseau sur une pente glissante.

« Il faut faire plus de prévention. Il faut mieux protéger celles et ceux qui prennent soin des bénéficiaires, explique le président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), Jeff Begley. Les chiffres donnent le vertige. En tant que plus grand employeur au Québec, on attend du gouvernement qu’il donne l’exemple, qu’il ne fasse aucun compromis quant à la santé et à la sécurité des travailleuses et des travailleurs. Nous avons proposé une dizaine de pistes de solutions pour améliorer ce bilan désolant. Jusqu’ici, il semble bien que nous soyons les seuls à vouloir régler la situation actuelle. Continuer de travailler dans le réseau de la santé et des services sociaux à s’en rendre malade n’est certainement pas la solution. Le gouvernement doit agir maintenant! »

« Protéger la santé et la sécurité des travailleuses et des travailleurs, ça a toujours été au cœur de notre mission comme organisation syndicale, enchaîne la présidente du Conseil central du Montréal métropolitain, Dominique Daigneault. On ne peut pas accepter que le gouvernement reste les bras croisés. La situation s’est tellement aggravée que c’est devenu aujourd’hui une des causes principales des difficultés de main-d’œuvre des établissements. Il y a l’équivalent de plus de 13 000 postes à temps complet en assurance-salaire dans le réseau au Québec. Ça doit changer maintenant! »

Accueil Bonneau : une décision antisyndicale qui nuit aux personnes itinérantes

Les travailleuses et les travailleurs de l’Accueil Bonneau ont manifesté aujourd’hui pour dénoncer la décision de la direction de l’Accueil Bonneau qui a aboli unilatéralement tous les postes des intervenantes et intervenants qui travaillaient en première ligne à la nouvelle halte-chaleur dans le Vieux-Port de Montréal. Le Syndicat des travailleuses et des travailleurs de l’Accueil Bonneau (CSN) estime qu’il s’agit d’une mauvaise décision, dont les motifs ne sont pas aussi clairs que le prétend l’organisation.

Cette décision de janvier dernier a en effet permis de décimer l’exécutif syndical à la veille du début des négociations pour un nouveau contrat de travail. De plus, le syndicat estime qu’il n’est pas du tout « innovant », comme le prétend la direction, de remplacer les intervenantes et intervenants de première ligne expérimentés et formés, par des agents de sécurité sous prétexte que la priorité est maintenant au logement (housing first).

« Tant qu’il y aura des itinérants dans la rue, il faudra les accompagner de façon humaine et les besoins demeureront importants, même pour ceux et celles qui auront la chance d’obtenir un logement », soutient Chloé Bourbiaux, porte-parole du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de l’Accueil Bonneau (CSN). « La tendance que l’on constate sur certains sites d’accueil de personnes itinérante d’embaucher des gardiens de sécurité pour faire le travail de première ligne n’est vraiment pas un pas dans la bonne direction. L’accueil devrait être plutôt axé sur l’humain et non pas concentré sur les seuls besoins de sécurité », affirme Katia Lelièvre, vice-présidente de la CSN.

Tendance au délaissement de la première ligne
La tendance actuelle à favoriser le logement d’abord (housing first), présente partout en Amérique du Nord et de plus en plus à Montréal, fait en sorte qu’elle canalise, dans certains ca, les subventions ou les dons du privé vers ces initiatives. « La course aux subventions associées à des projets et le désir de voir baisser les statistiques du nombre d’itinérants ne doit pas faire oublier qu’il y a encore des personnes dans la rue à Montréal, en plein hiver, en pleine pandémie et que leurs besoins comportent plusieurs dimensions », affirme Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN).

 Cette tendance touche également les autres grands refuges de Montréal qu’ils soient permanents ou temporaires. « Il est important de conserver une première ligne forte pour accompagner les itinérantes et les itinérants. Il faut des lits pour un accueil inconditionnel qui ne repose pas sur l’enrôlement dans un programme de travail ou de logement », ajoute Jeff Begley, président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN). Ce dernier ajoute que la tendance au remplacement de la première ligne d’accueil des itinérants par des agents de sécurité n’est pas une politique innovante, bien au contraire.