La FSSS–CSN dépose des plaintes pour assurer la protection du personnel du réseau de santé

Des syndicats de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) déposent ces jours-ci des plaintes à la CNESST pour réclamer un rehaussement des mesures de protection des travailleuses et travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux en prévision d’une deuxième vague.

Plaintes déposées à la CNESST
Ces plaintes déposées à la CNESST demandent à l’organisme d’obliger les employeurs à appliquer le principe de précaution et d’émettre les avis de correction pour que les équipements de protection et que les mesures de prévention soient établis en fonction d’une possible transmission de la COVID-19 par aérosol, et ce, jusqu’au moment où il y aura consensus scientifique sur le mode de transmission. Les plaintes déposées par les syndicats de la FSSS–CSN avancent que les obligations des employeurs, en vertu de l’article 51 de la Loi sur la santé et sécurité du travail (LSST), vont beaucoup plus loin que de simplement suivre les recommandations de l’INSPQ. Pour la FSSS–CSN, il faut notamment favoriser le port d’un appareil de protection respiratoire (par exemple, un masque N-95) à l’ensemble du personnel du réseau.

« Le temps passe et il est très préoccupant de constater que ni la CNESST, ni la santé publique, ni le gouvernement n’annoncent de changements concrets pour assurer une meilleure protection du personnel face à une deuxième vague. Ça ne prend pas la tête à Papineau pour réaliser qu’on a échoué dans la première vague. De plus en plus d’études scientifiques pointent vers la possibilité d’une transmission aérienne du virus. Nous déposons des plaintes pour que la CNESST passe à l’action et joue son rôle pour assurer la sécurité des travailleuses et travailleurs du réseau », explique Jeff Begley, président de la FSSS–CSN.

L’OMS confirme le risque de transmission dans l’air
La semaine dernière, l’OMS a confirmé le risque de transmission du virus dans l’air, suite à l’appel lancé par plus de 200 chercheurs en provenance de plusieurs pays dans le monde. Les études sont de plus en plus nombreuses à démontrer que le virus se transmet non seulement par les grosses gouttelettes émises par la toux et les éternuements, mais aussi par de microscopiques gouttelettes qui sont libérées dans l’air lorsque nous respirons ou parlons. Ces microscopiques gouttelettes sont si légères qu’elles restent longtemps en suspension dans l’air, ce qui met à risque les personnes qui sont mal protégées.

« Les équipements de protection fournis actuellement au personnel du réseau ainsi que les procédures mises en place ne protègent pas le personnel contre le risque de la transmission dans l’air. Il faut corriger le tir maintenant, en prévision de la deuxième vague », indique Jeff Begley.

Des réponses insatisfaisantes des employeurs à l’interpellation des syndicats de la FSSS–CSN
Le dépôt de ces plaintes fait suite au lancement il y a quelques semaines d’une opération d’interpellation des employeurs pour faire la lumière sur les erreurs commises lors de la première vague et mettre en place les changements nécessaires pour assurer la protection du personnel face à une deuxième vague. Cette opération a été menée par les syndicats de la FSSS-CSN représentant le personnel le plus touché par la pandémie. Elle vise à éviter de revivre le drame de la première vague, où plus de 13 600 travailleuses et travailleurs du réseau ont été infectés par le virus. C’est face à des réponses insatisfaisantes des employeurs que les syndicats ont pris la décision de déposer ces plaintes.

Arrivée de milliers de PAB : travaillons à la mise en place des conditions gagnantes

Le président de la FSSS–CSN, Jeff Begley, invite le nouveau ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, à cesser de dicter les conditions de travail par arrêté ministériel et à travailler en partenariat pour trouver des solutions aux problèmes du réseau public en commençant par deux enjeux pressants. La FSSS–CSN souhaite convenir sans tarder des conditions gagnantes pour relever le défi d’accueillir adéquatement des milliers de préposé-es aux bénéficiaires dans le réseau public. L’autre chantier urgent pour la FSSS–CSN est de renforcer la santé et la sécurité dans tous les milieux de travail pour être mieux préparés à faire face à une seconde vague de la pandémie.

Une relève bienvenue
C’est encore une fois par arrêté ministériel que le gouvernement a choisi d’édicter les conditions de travail entourant l’arrivée massive de PAB stagiaires. L’arrêté ministériel ne répond pas à toutes les interrogations du personnel en place. Pour la FSSS–CSN, le montant forfaitaire de 5 $ par jour offert par le gouvernement aux personnes qui accompagneront les stagiaires est nettement insuffisant considérant l’ampleur que semble prendre le rôle des PAB accompagnateur de jour en jour.

Pour l’ensemble du personnel du réseau, l’arrivée imminente en renfort de milliers de préposé-es aux bénéficiaires pour consolider les services, particulièrement en CHSLD, est une excellente nouvelle. « Ce qui est dommage, c’est que le gouvernement a procédé sans aucune discussion avec nous, déplore Jeff Begley. Or, sur le terrain, on risque d’affronter toutes sortes d’écueils que nous aurions tous intérêt à éviter tant qu’on le peut. Par exemple, il ne faudrait pas que ça ait pour conséquence de surcharger davantage le personnel. »

Ces nouveaux stagiaires arriveront dans les établissements dès les prochains jours après quelques semaines seulement de formation accélérée. Par exemple, selon les informations recueillies par la FSSS–CSN, certains n’ont pas encore appris entièrement les principes pour le déplacement sécuritaire des bénéficiaires ni à poser des gestes inhérents au travail quotidien des PAB, comme donner un bain à une personne en perte d’autonomie. Ils et elles en auront donc beaucoup à apprendre une fois sur le plancher.

« Pour poursuivre leur apprentissage, ils seront jumelés en milieu de travail avec des PAB des établissements qui sont déjà surchargés. Ce serait un minimum que le MSSS reconnaisse adéquatement la contribution des PAB d’expérience qui seront appelés à former les nouveaux. Nos membres accueillent cette relève à bras ouverts et ils vont tout faire pour que ça fonctionne et que cela soit bénéfique pour tous. Pour ces personnes qui ont choisi de s’engager dans le réseau comme pour le personnel déjà en place et bien entendu pour les résidentes et les résidents. En ce sens, je crois que nous partageons les mêmes objectifs que le ministère. Il faut nous asseoir rapidement et régler les problèmes envisageables avant même qu’ils ne surgissent et cesser d’agir à coup d’arrêtés ministériels. La FSSS–CSN demande également que les établissements offrent dès maintenant des postes de qualité à temps complet au personnel en place et que le gouvernement offre un juste salaire à l’ensemble des PAB.

La FSSS–CSN demande également que les établissements offrent dès maintenant des postes de qualité à temps complet au personnel en place et que le gouvernement offre un juste salaire à l’ensemble des PAB.

Premier contact
Cette invitation de la FSSS–CSN fait suite à une conférence téléphonique tenue le 30 juin 2020, en présence de toutes les organisations syndicales du réseau, au cours de laquelle le ministre Dubé a dit souhaiter travailler en partenariat avec les représentants des salarié-es. 

Santé–sécurité
Par ailleurs, la FSSS–CSN réclame la création d’une table de travail d’urgence réunissant non seulement les syndicats et le ministère, mais également l’INSPQ, la Direction nationale de santé publique ainsi que la CNESST, et ce, afin que des mesures de prévention efficaces soient déployées sans délai, tant dans le réseau public que privé.

Le réseau était mal préparé à faire face à la première vague de la pandémie. Les employeurs n’ont pas su protéger la santé et assurer la sécurité de leur personnel, et des correctifs majeurs doivent être apportés, à commencer par le rehaussement du niveau de protection pour faire face efficacement à une possible transmission aérienne du virus.

« Il n’y a pas de consensus sur le mode de transmission de la COVID-19, explique Jeff Begley. On est en train de faire les mêmes erreurs que lors de la crise du SRAS de 2003. Pourtant, nous aurions dû en tirer des leçons. Tant que la question du mode de transmission ne sera pas tirée au clair, on se doit d’appliquer le principe de précaution en fournissant au personnel les équipements de protection nécessaires. On ne peut plus prendre de chance au sujet d’une question si importante. »

Autres mesures à mettre en place sans tarder : la stabilisation des équipes de travail. On ne peut plus tolérer des déplacements incessants de personnel quand on sait quelles en ont été les conséquences. Des personnes asymptomatiques ou pré symptomatiques peuvent transmettre le virus. Quand on déplace le personnel, on propage le virus. On doit conséquemment cesser de faire appel à des agences de personnel. La formation en prévention ainsi que le dépistage dans les milieux de travail doivent aussi être renforcés. Et le temps est compté.

« Plus de 13 500 travailleuses et travailleurs du réseau ont contracté la COVID-19 durant la première vague, certains au prix de leur vie. C’est inacceptable et le statu quo n’est pas une option. Si on doit assister à une seconde vague de la pandémie, nous devrons être entièrement préparés pour y faire face, en prenant toutes les précautions possibles, souligne Jeff Begley. On ne doit plus jamais revivre ce que nous avons vécu ce printemps. Ce fut un échec et pourtant nous avons formulé plusieurs propositions et demandes concrètes qui ont été ignorées. Les autorités de santé publique et en santé et sécurité au travail doivent agir rapidement, de concert avec nous, pour qu’on s’assure que les employeurs du réseau mettent en place des mesures réellement efficaces. Nous avons l’obligation de réussir. Nous savons tous que ce qui s’est passé dans les CHSLD ce printemps est inacceptable. J’espère ardemment que nous trouverons le moyen de mieux travailler ensemble, au bénéfice de nos membres, mais également de toute la population ».

Lancement d’une opération pour faire de la protection du personnel de la santé une priorité face à une deuxième vague

Des syndicats de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) des établissements les plus touchés par la crise de la COVID-19 lancent cette semaine une opération d’interpellation des employeurs pour faire la lumière sur les erreurs commises lors de la première vague et mettre en place les changements nécessaires pour assurer la protection du personnel face à une deuxième vague.

La FSSS-CSN étant la plus grande organisation syndicale en santé et services sociaux, elle représente des travailleuses et travailleurs touchés par la COVID-19 partout au Québec. « Nous apprenions récemment que c’est plus de 13 600 travailleurs du réseau qui ont été infectés par le coronavirus. Certains y ont même laissé leur vie. Cela montre bien que tout n’a pas été fait pour assurer la sécurité du personnel. De manière conjointe, c’est plus de 10 syndicats qui interpellent leur employeur pour mieux comprendre ce qui avait été prévu dans l’établissement pour faire face à une pandémie, ce qui a été mis en place durant la première vague et les changements qui sont prévus pour améliorer la situation face à une deuxième vague qui pourrait survenir dès l’automne. Il faut dès maintenant appliquer le principe de précaution et rehausser les mesures de protection », explique Jeff Begley, président de la FSSS-CSN.

Des demandes claires pour assurer la protection du personnel

Les syndicats de la FSSS-CSN demandent à leur employeur de mettre en place dès maintenant les moyens de contrôle, incluant l’utilisation d’équipements de protection individuelle, requis pour protéger adéquatement les travailleuses et travailleurs contre le mode de dispersion de la COVID-19 par voie aérienne. L’ensemble des procédures de prévention déployées dans l’établissement devront être révisées selon la FSSS-CSN. Les syndicats ont ainsi transmis un questionnaire et donnent à leur employeur jusqu’au 6 juillet pour leur transmettre les réponses.

« S’il y a une chose qui est sûre, c’est que les travailleuses et travailleurs ne veulent pas revivre l’échec de la première vague. Rentrer au travail avec la peur au ventre chaque jour parce qu’on n’est pas assez protégé, ça ne marche pas. Les employeurs doivent envoyer le signal qu’ils ont appris la leçon et qu’ils vont changer leur fusil d’épaule », de conclure Jeff Begley.

 

Services de garde en milieu familial : le ministère de la Famille ne négocie pas

Après deux rencontres de négociation infructueuses les 18 et 23 juin, les responsables de service de garde (RSG–CSN) n’ont d’autre choix que de dénoncer le manque de volonté du gouvernement à offrir un minimum d’espoir aux milliers de femmes qui portent le réseau à bout de bras. Ce constat oblige les RSG à remettre en cause la pertinence de poursuivre le processus de négociation, alors que le gouvernement persiste et signe avec des offres qui vont accentuer l’exode des RSG vers d’autres professions.

« Il est tout simplement impensable de continuer à se présenter de bonne foi à une table de négociation, à faire des contre-propositions, à démontrer une volonté d’avancer et à se heurter continuellement au même discours. C’est tout le temps la même approche, nos demandes monétaires sont systématiquement écartées et ne sont pas considérées. Les RSG ferment leurs milieux par centaines depuis le début de l’année et le ministère de la Famille semble déjà être en vacances au lieu de chercher activement des solutions à l’impasse actuelle. La pénurie de places, elle, ne prendra pas de vacances. Lorsque la crise sera bien installée et que les parents du Québec seront mal pris, il faudra se souvenir que ce gouvernement a manqué de vision », commente Karine Morisseau, porte-parole des RSG–CSN.

« Pour négocier, il faut une volonté d’avancer et de travailler ensemble. Les RSG–CSN ont cette volonté, mais il est maintenant clair que le gouvernement, le ministère de la Famille et le Conseil du trésor choisissent d’abandonner le réseau de services de garde en milieu familial. Je souhaite qu’on se souvienne collectivement que nous avons tiré la sonnette d’alarme. Le réseau est en train de s’effondrer. Lorsqu’il sera en ruine, nous n’aurons pas à chercher les responsables très loin. D’ici là, nous allons laisser un peu de temps à la nouvelle présidente du Conseil du trésor, peut-être fera-t-elle preuve de leadership en faisant descendre des directives plus positives à la table de négociation », ajoute Lucie Longchamps, vice-présidente du secteur privé de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN).

Les RSG–CSN annulent la grève prévue le 25 juin et se concentreront au cours des prochains jours sur l’élaboration de leur plan d’action de mobilisation en vue d’obtenir une entente respectueuse et digne du travail qu’elles exécutent au quotidien.

Deuxième journée de grève pour 3000 services de garde en milieu familial

Les responsables de service de garde (RSG) en milieu familial affiliées à la CSN tiendront une deuxième journée de grève le 25 juin, alors que la table de négociation du ministère de la Famille (MFA) persiste à imposer des conditions de travail bien en deçà des besoins nécessaires à la pérennité du réseau.

« Soyons claires : nous ne demandons pas de privilège, nous demandons la reconnaissance réelle de notre travail. C’est un principe de base, le MFA doit reconnaître que nous travaillons toutes plus de 55 h par semaine et établir notre rémunération et nos conditions en fonction de ce principe. S’il continue à ne pas reconnaître ce simple fait, c’est comme s’il disait aux milliers de femmes de la profession qu’elles doivent travailler au rabais », explique Karine Morisseau, porte-parole des RSG–CSN.

Les faits

  • L’entente collective des RSG–CSN est échue depuis le mois de mars 2019 et la négociation perdure depuis plus d’un an.
  • Devant l’ampleur de la pandémie, les RSG–CSN ont proposé au gouvernement de suspendre temporairement la négociation afin de permettre aux autorités de se concentrer sur les nombreux défis auxquels on fait face. Le gouvernement a refusé de procéder à cette suspension.
  • Le ministre Mathieu Lacombe affirme souhaiter que les syndicats restent à la table de négociation. Les RSG–CSN n’ont en aucun moment quitté la table et souhaitent progresser.
  • Les RSG–CSN ont déposé des contre-offres au MFA afin de favoriser l’avancement de la négociation : ces contre-offres ne semblent pas avoir été étudiées par le MFA, malgré les récentes séances de négociation.

« Il y a un vrai décalage entre le discours public et ce qui se passe en coulisse. Les RSG–CSN ont fait preuve de bonne foi et ont toujours collaboré avec le MFA dans un esprit d’ouverture, avec la volonté d’avancer. Nous sommes à la table de négociation, nos observations sont constructives et nous faisons des contre-offres afin de stimuler le dialogue. Mais pour qu’il y ait un vrai dialogue, les deux parties doivent y participer. En ce moment, le MFA ne participe pas à ce dialogue », commente Lucie Longchamps, vice-présidente du secteur privé de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN).

« En tant que groupe de femmes qui ne souhaitent que poursuivre leur travail dans des conditions respectables et assurer la survie du réseau, nous invitons le ministère à faire preuve de discernement dans ses commentaires publics. Affirmer que les parents et les enfants font les frais de notre négociation, c’est nous jeter le blâme pour une situation que nous sommes les premières à dénoncer. Nous continuons à offrir un service de qualité, nous nous adaptons à la réalité de la COVID-19 et assumons le surcroît de travail qu’elle entraîne, nous favorisons l’échange en proposant des contre-offres, bref, nous sommes dans un esprit de collaboration en tous points. Je crois que le MFA peut faire un bout de chemin aussi », conclut Karine Morisseau, porte-parole des RSG–CSN.

Les RSG–CSN seront en négociation le 23 juin toute la journée et espèrent que cette séance sera marquée par une volonté réelle d’avancer de la part du MFA.

Grève de 3000 services de garde en milieu familial

Les responsables de service de garde (RSG) en milieu familial affiliées à la CSN tiennent aujourd’hui une journée de grève à l’échelle nationale pour dénoncer un abandon du réseau par le gouvernement. Plus de 3000 services de garde fermeront donc pour la journée et organiseront différentes actions de mobilisation à travers la province. Au cœur du litige, une négociation qui ne va nulle part, un exode massif des RSG et une fermeture totale du gouvernement envers l’amélioration des conditions de travail des milliers femmes qui composent le réseau.

Une crise à venir

« Là, il commence à être minuit moins une et on se demande ce qu’attend le gouvernement pour lancer un signal de soutien et de valorisation de notre travail. Les faits ne mentent pas : depuis le début de l’année, ce sont des centaines de services de garde qui ont fermé. Le manque de vision du gouvernement est en train de générer une crise dans l’une des plus importantes infrastructures socioéconomiques du Québec », explique Karine Morisseau, porte-parole des RSG–CSN.

En négociation depuis plus d’un an, les RSG–CSN doivent maintenant composer avec des offres sous l’inflation projetée au cours des prochaines années. Une situation d’autant plus difficile que le contexte de la COVID-19 apporte de nouvelles exigences et des dépenses accrues que doivent assumer les RSG.

« Notre réseau accueille normalement plus de 90 000 enfants au quotidien, et cela constitue un service essentiel pour les parents partout au Québec. Est-ce que le gouvernement pellette par en avant et attend de se retrouver avec une pénurie massive, comme ça a été le cas pour les
préposé-es aux bénéficiaires en CHSLD ? C’est toujours la même histoire : le milieu tire la sonnette d’alarme et ça prend des années avant que les choses changent. Je crois qu’on peut faire mieux dès maintenant, pour nous, pour les enfants et pour les parents qui ont besoin de ce service », ajoute Karine Morisseau.

Le soutien du réseau doit devenir une priorité

« Le gouvernement parle de relancer le Québec sur toutes les tribunes, alors c’est évident que nous sommes étonnées que, du même coup, il laisse des miettes sur la table pour un réseau porté à bout de bras par des milliers de femmes. C’est un drôle de message, surtout que la pénurie de places s’accentue semaine après semaine. En refusant de soutenir adéquatement le réseau, le gouvernement va finir par placer les parents dans une situation intenable. Ils vont aller où, tous ces enfants ? Il faut mettre en place les conditions gagnantes pour préserver les milieux de garde familiaux. Nos RSG en font déjà assez, c’est au tour du gouvernement de faire preuve de vision », commente Lucie Longchamps, vice-présidente du secteur privé de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN).

Après la journée de mobilisation et de grève, les RSG – CSN seront en négociation en soirée. Selon l’avancement des pourparlers, d’autres journées de grève pourraient être déclenchées.

Les travailleuses et travailleurs du communautaire manifestent à Montréal

Près de trois mois après le décret de l’état urgence sanitaire, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs en intervention communautaire (STTIC–CSN) manifesteront aujourd’hui à 16 h devant les bureaux de la Direction régionale de la santé publique de Montréal (DRSP) afin d’exprimer leur mécontentement en ce qui a trait à l’état de leurs conditions de travail et l’octroi des primes de risque qu’on leur refuse toujours.

 « Aucune prime de risque ne nous a été accordée malgré la crainte de manquer de matériel de protection et les risques de contracter la Covid-19, s’est exclamée Geneviève Raymond, secrétaire générale du STTIC–CSN. « Nous sommes des professionnel-les passionnés et compétents dans notre métier, au front tous les jours, et pourtant, nous sommes continuellement ignorées par la DRSP, qui est le principal bailleur de fonds de nos organismes. Ce silence en dit long ! »

« C’est là un autre exemple du manque de reconnaissance général du travail précieux des employé-es du secteur communautaire. Pourtant, leur expertise est nécessaire et indispensable. Il est grand temps que la DRSP le reconnaisse, qu’elle les considère enfin et qu’elle réponde positivement à leurs revendications ! », de rajouter Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN).

Pour la Fédération de la santé et services sociaux (FSSS–CSN), non seulement il est inconcevable que l’accessibilité au matériel de protection soit aussi difficile, mais encore que la question des primes de risque ne soit pas réglée. « Partout au Québec, nous avons fait des gains pour les travailleuses et les travailleurs au front pendant cette crise sanitaire. Nous continuerons de nous battre à leurs côtés pour nous assurer que ceux et celles qui sont toujours sur le terrain à Montréal sont respectés », conclut Marlène Figueroa, vice-présidente régionale de la FSSS–CSN.

 En plus de laccessibilité égale au matériel de protection et des primes de risque de
15 % pour tous les intervenants et les intervenantes sur le terrain, le STTIC–CSN réclame le maintien du salaire pour les personnes atteintes de la COVID-19 ainsi que le maintien des salaires pour les employé-es occasionnels ayant é
té coupés.

Le gouvernement abandonne les services de garde en milieu familial

Le découragement est total chez les responsables de service de garde (RSG) en milieu familial, alors qu’un seul constat peut être tiré des dernières offres du ministère de la Famille : le réseau est tout simplement abandonné. C’est le sentiment que partagent les 3000 RSG affiliées à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), alors qu’elles annoncent la tenue d’une grève nationale, le 18 juin prochain.

Le réseau s’effondre progressivement

Depuis le début de l’année, des centaines de femmes ont décidé de cesser leurs activités et fermer. Pour la majorité d’entre elles, c’est le manque de reconnaissance de leur travail qui les a poussées à bout.

« Sur le terrain, on le constate, c’est le découragement total. Nous faisons près de 60 heures par semaine et toute proportion gardée, nous gagnons moins que le salaire minimum. Pour soutenir notre réseau, nous avons eu l’extravagante idée de demander une rémunération comparable à une éducatrice en CPE non formée et au premier échelon salarial ! On ne demande pas de privilège, on demande l’équité, car nous travaillons très fort quotidiennement pour offrir des milieux de qualité et pour répondre aux exigences du gouvernement. Le 18 juin, nous ferons donc la grève pour dénoncer l’attitude de fermeture totale du gouvernement. On se demande même s’il ne souhaite pas la disparition du réseau », explique Karine Morisseau, porte-parole des RSG de la CSN.

Une infrastructure socioéconomique menacée

Chaque matin, le réseau des services de garde en milieu familial accueille plus de 90 000 enfants et aide autant de parents qui peuvent compter sur une conciliation travail-famille qui répond à leurs besoins.

Pour Lucie Longchamps, vice-présidente de la FSSS–CSN, « il s’agit d’une des plus importantes infrastructures socioéconomiques que nous avons collectivement. C’est un réseau qui joue un rôle crucial dans l’accès au marché du travail pour les parents du Québec. C’est un réseau qui favorise le développement des tout-petits. C’est aussi un réseau soutenu par des femmes qui font face à un choix complètement indigne : cesser de travailler ou continuer à s’appauvrir en acceptant l’offre du ministère de la Famille », ajoute-t-elle.

Le Ministère propose ainsi une augmentation de la rémunération sous l’inflation. En d’autres termes, les RSG devront elles-mêmes combler l’écart entre la hausse du coût de la vie et la hausse minime de leur rémunération.

« Les exigences du Ministère ne cessent d’augmenter, les tâches s’ajoutent et nous répondons à l’appel. Par contre, il est grand temps que notre travail soit valorisé à hauteur de nos efforts. Pour cela, le Ministère doit bonifier notre rémunération », conclut Karine Morisseau.

Mieux préparer la 2e vague dans le réseau de la santé et des services sociaux

Inquiètes des graves lacunes qui perdurent en matière de santé et sécurité au travail, toutes les organisations syndicales du réseau de la santé et des services sociaux du Québec lancent à l’unisson un appel clair au gouvernement : il est impératif de corriger la situation en vue d’une deuxième vague de propagation de la COVID-19. Dans le meilleur scénario, il reste trois mois tout au plus pour les préparatifs. Ces lacunes, marquées avant la pandémie, expliquent en bonne partie le bilan sombre du Québec en fait de contaminations, de décès et d’arrêts de travail.

Les syndicats précisent que cet automne, le Québec devra absolument éviter un nouvel enchaînement de contaminations et d’arrêts de travail du côté du personnel, déjà gravement fragilisé par les répercussions de la première vague. Alors que le gouvernement garde certains chiffres confidentiels, des données obtenues sur le terrain laissent présager que des situations difficiles persistent dans certains établissements ou certaines régions.

Revendications
La première phase de la crise de la COVID-19 a été un échec. En plus d’avoir coûté la vie à six personnes salariées du réseau de la santé et des services sociaux, elle a mis en lumière les lacunes en prévention dans les milieux de travail, comme en témoigne le fait que 5000 travailleuses et travailleurs ont été infecté.e.s. C’est pourquoi les organisations syndicales présentent les demandes suivantes :

  1. Avoir des données fiables sur le nombre de membres du personnel infectés par établissement, par mission, par service, par centre d’activités et par titre d’emploi pour mieux planifier les ressources disponibles.
  2. Avoir l’heure juste sur l’état des stocks d’équipements de protection individuelle (ÉPI) pour assurer un approvisionnement adéquat et le plus haut niveau de protection pour le personnel du réseau.
  3. Avoir des moyens de faire de la prévention sur le terrain pour limiter le nombre d’infections.
  4. Appliquer d’urgence l’intégralité des quatre mécanismes de prévention prévus à la Loi sur la santé et la sécurité du travail, dans l’ensemble des établissements du réseau, à commencer par l’identification d’un représentant à la prévention. Cette mesure devra être suivie par l’instauration de programmes de prévention et de programmes de santé ainsi que la mise sur pied de comités de santé et sécurité.

Citations

« La prévention en santé et sécurité au travail est déficiente dans le réseau et la pandémie nous le montre comme jamais. Il faut renverser la vapeur et se donner les moyens de protéger le personnel en vue de la deuxième vague. Et pour ça, il faut que le gouvernement fasse ce qu’il faut pour identifier un représentant à la prévention dans chaque installation. Cette personne doit avoir les pouvoirs nécessaires pour faire fonctionner la prévention au plus vite », explique Jeff Begley, président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN).

« Dès le début de la pandémie, on a pu constater que les recommandations de l’INSPQ étaient guidées par le peu d’équipements de protection individuelle en stock. Le Québec a commencé cette crise mal préparé, mal équipé, avec un réseau de la santé déjà à bout de souffle. Le gouvernement Legault a refusé de nous informer correctement sur les inventaires d’ÉPI disponibles et plusieurs résidences et CHSLD ont souffert d’un approvisionnement insuffisant. Le personnel de la santé a été mis à risque par absence de prévention. On n’acceptera pas ça pour la deuxième vague! », a averti Linda Lapointe, vice-présidente, Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec–FIQ.

« Après bientôt trois mois de crise, c’est inacceptable qu’on ne parvienne toujours pas à obtenir un portrait clair de la situation. Pour préparer adéquatement le réseau à la deuxième vague, il nous faut une vue d’ensemble pour comprendre ce qui nous attend. Il est urgent d’avoir un rapport statistique clair et précis permettant d’établir combien de personnes salariées ont été infectées », souligne Andrée Poirier, présidente de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS).

« La toute première étape, urgente, doit être de nommer des représentants à la prévention dans chacun des milieux de travail, avec tous les pouvoirs prévus dans les règlements de la Loi sur la santé et la sécurité du travail. Ces personnes impartiales et autonomes auront tous les pouvoirs pour inspecter et prescrire des correctifs sans délai. C’est un moyen très rapide et extrêmement efficace pour nous sortir du chaos actuel », a déclaré Benoit Bouchard, président de la division québécoise du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Québec).

« Depuis le début de la crise, à travers les établissements, les comités et ressources en matière de santé et sécurité qui existaient déjà ont été réduits au minimum. Ça n’a aucun sens! Il faut maintenant faire machine arrière et multiplier les travaux de prévention. Ce sont des moyens extrêmement utiles en temps normal, alors en temps de pandémie, c’est une question de vie et de mort », selon Sylvie Nelson, présidente du SQEES-FTQ.

« La première vague de COVID-19 a mis en lumière un nombre considérable de lacunes dans les établissements de santé. La ministre elle-même a reconnu que les exigences croissantes de mobilité imposées depuis la création des mégas structures, le recours à la main-d’œuvre indépendante des agences de placement privées et les nombreux déplacements du personnel d’un établissement à l’autre ont agi comme vecteur de propagation de la COVID-19. En plus du matériel adéquat, la stabilité des équipes de soins doit être prioritaire, non seulement en termes de ratios, mais également en termes d’équipes dédiées permettant de développer et de consolider les expertises requises. Il faut que des actions soient mises de l’avant dès maintenant et rapidement » – Claire Montour, présidente de la Fédération de la santé du Québec (FSQ-CSQ).

« Nous sommes conscients qu’il y a une forte demande pour les ÉPI à travers le monde. Toutefois, nous avons l’impression que les directives sanitaires varient en fonction des stocks disponibles et nous doutons grandement de l’efficacité de certains ÉPI fournis au personnel. Il n’est donc pas étonnant de voir autant de travailleurs et travailleuses infectés ou décédés. Nous croyons même que le personnel immunodéprimé ou qui a une maladie chronique en réaffectation est plus en danger qu’il ne le pense », soutient Christian Naud, Responsable du dossier politique de la santé et sécurité au travail à la Fédération des professionnèles (FP-CSN).

La FSSS–CSN s’adresse à la Santé publique pour rehausser les mesures de protection

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) s’adresse à la Santé publique pour qu’elle annonce un rehaussement des mesures de protection du personnel du réseau alors que nous devons nous préparer à affronter la deuxième vague du coronavirus.

Appliquer le principe de précaution pour protéger le personnel
Cette semaine, la FSSS–CSN a transmis une lettre au Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) de la santé publique, au directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, et à la CNESST, comme le révèle ce matin un article de La Presse. L’objectif de cette démarche est de demander à la santé publique de revoir sa position sur la protection du personnel du réseau, alors que plus de 5000 travailleuses et travailleurs ont été infectés. Depuis le début de la pandémie, la FSSS–CSN réclame un rehaussement des mesures de protection, particulièrement dans les CHSLD, les soins à domicile et les résidences privées pour aîné-es, là où se trouve le plus grand nombre de cas de personnel et d’usagers infectés. Pour la FSSS–CSN, il faut notamment rendre disponible le masque N95 dans ces secteurs névralgiques.

Il n’y a actuellement pas de consensus scientifique sur le mode de transmission du virus. S’il est avéré que le virus se transmet par gouttelettes, plusieurs experts avancent que le virus se transmet aussi par aérosol. En l’absence de consensus, la FSSS–CSN demande à la santé publique d’appliquer le principe de précaution pour assurer la sécurité des travailleuses et travailleurs au front. Pour ce qui est de la CNESST, la FSSS–CSN demande que ses équipes d’inspection-prévention soient appelées sans tarder à appliquer le principe de précaution.

« Il faut se préparer dès maintenant pour la deuxième vague. La protection du personnel dans la première vague, on l’a complètement échappée. La santé publique doit appliquer le principe de précaution et augmenter la protection des travailleuses et travailleurs », lance Judith Huot, vice-présidente de la FSSS–CSN.

« Le premier ministre a beau déplorer chaque jour qu’il manque du monde sur le plancher, mais pour l’instant on ne fait pas tout pour les protéger. Les travailleuses et travailleurs sont au front depuis plus de deux mois et voient sans arrêt de leurs collègues tomber au combat. Il faut replacer au plus vite ! », explique Jacques Létourneau, président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Prime à ses salariés : le silence du Groupe Sélection est gênant

Le Conseil central de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine – CSN déplore le silence du Groupe Sélection quant à la demande de ses salariés de bonifier leur taux horaire en cette période de pandémie.

« Alors que le gouvernement du Québec a bonifié le salaire des personnes travaillant au sein des établissements publics et privés (hôpitaux, CHSLD et résidences pour personnes âgées), force est de constater que les grands joueurs de l’hébergement privé pour aînés au Québec, dont le Groupe Sélection, continuent de faire la sourde oreille aux revendications de leurs salariés. L’importance de cette forme de reconnaissance élémentaire, considérant la pandémie actuelle, semble leur échapper », soutient Serge St-Pierre, président du CCGIM CSN.

Rappelons que plusieurs propriétaires d’entreprises ont instauré une prime similaire à celle du gouvernement en plus de celle-ci. Des entreprises non assujetties aux bonifications gouvernementales ont également pris l’initiative de bonifier le travail de leurs employés en reconnaissance de leur travail au sein de celle-ci pour la durée de la pandémie. Or, le Groupe Sélection, propriétaire du Manoir St-Augustin à Gaspé, a été interpelé par le syndicat au début du mois d’avril et n’a toujours pas communiqué ses intentions. « C’est une étrange manière de procéder que d’ignorer une demande légitime de salariés qui mettent leur santé à risque pour un salaire de misère », renchérit Kent Denis, vice-président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (FSSS CSN).

Monsieur Patrick Dufresne, président du Syndicat des travailleuses et travailleurs du Manoir StAugustin souligne que si le gouvernement du Québec a fait un bout de chemin, notamment, en ce qui concerne les préposés aux bénéficiaires (PAB), le Groupe Sélection, comme employeur, doit également reconnaître tout le travail accompli par ses salariés en cette période difficile. « Nous demandons au Groupe Sélection de bonifier le taux horaire de l’ensemble de ses employés pour la durée de la pandémie. C’est la demande transmise au début du mois d’avril et pour laquelle nous attendons toujours une réponse », conclut monsieur Dufresne.

Rareté de main-d’œuvre en santé et services sociaux : un problème structurel qu’il faut régler

Pour la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSSCSN), l’annonce d’une prime temporaire à une partie du personnel du réseau révèle à quel point le sous-financement des services a mis à mal notre système public de la santé et des services sociaux. La FSSSCSN invite le gouvernement à concentrer les énergies à la recherche de solutions durables et permanentes.

« Cela fait des années que nous nous battons pour améliorer les salaires ainsi que les conditions de travail et de pratique dans le réseau, explique le président de la FSSS–CSN, Jeff Begley. C’est clair qu’avec des salaires beaucoup trop bas, les établissements ont de la misère à attirer et à retenir du personnel. Si l’actuelle pandémie révèle ces difficultés au grand jour, ce serait une grave erreur de penser qu’elles disparaîtront avec le coronavirus ; c’était le cas bien avant l’état d’urgence. Par ailleurs, il faudra aussi s’attaquer aux conditions de travail, tant en termes de charge de travail que de prévention en santé et sécurité du travail. Or, nous sommes aux tables de négociation actuellement. C’est le temps de trouver des solutions durables, mais on nous offre actuellement des miettes pour les salaires et très peu de perspectives quant à l’amélioration des conditions de travail de l’ensemble du personnel. »

Une prime imprécise
Ne disposant que des informations données par le premier ministre François Legault en point de presse aujourd’hui, la FSSS–CSN n’est pas en mesure à ce moment-ci d’analyser adéquatement toutes les implications de cette annonce. Il semble qu’elle ne visera qu’une partie des travailleuses et travailleurs à risque de contracter la COVID-19 dans le réseau public. De plus, une partie de la prime ne s’appliquera que pour la région métropolitaine.

En ce qui concerne les centres d’hébergement privés et les ressources intermédiaires et de type familial (RI-RTF), la FSSS–CSN fera les suivis avec les employeurs pour s’assurer que le personnel ait accès à cette prime. La FSSS–CSN déplore de plus que la prime laisse plusieurs secteurs dans l’oubli : le secteur préhospitalier, les services de garde éducatifs, les institutions religieuses et les organismes communautaires.

Personnel à temps plein
La FSSS–CSN travaille depuis longtemps à la recherche de solutions pour favoriser l’occupation de poste à temps plein dans le réseau public. Cependant, une partie de la solution se trouve dans les établissements qui refusent souvent de créer des postes intéressants à temps plein. Si elle partage l’objectif du gouvernement, la FSSS–CSN prévient qu’on risque ainsi de déplacer le problème vers d’autres services qui connaissent aussi des difficultés de main-d’œuvre où le personnel n’est pas visé par la prime.

Rehausser les mesures de protection
Pour parvenir à attirer et retenir le personnel durant la pandémie, il faut certainement des solutions du côté salarial, mais il faut aussi s’intéresser aux équipements de protection individuelle. Depuis des semaines, la FSSS–CSN demande au gouvernement de rehausser les mesures de protection dans les CHSLD, les soins à domicile et les résidences privées pour aîné-es.

« À voir la quantité de travailleuses et travailleurs infectés, c’est certain que les mesures de protection sont insuffisantes. Bien des gens viendraient donner un coup de main, mais veulent être protégés pour le faire. Non seulement l’accès aux équipements est à géométrie variable, mais le gouvernement refuse toujours de rehausser les mesures de protection. Il faut agir rapidement là-dessus ! », poursuitJeff Begley.

Pour des solutions durables
« Nous attendons depuis une dizaine de jours la réponse du gouvernement à une réponse fort simple : quelle est son évaluation actuelle de la valeur de l’emploi d’une préposée aux bénéficiaires ou d’une auxiliaire aux services de santé et sociaux, poursuit Jeff Begley. Nous avons joué cartes sur table : nous considérons que ces travailleuses devraient recevoir un salaire de 25,27 $ au sommet de leur échelle salariale. Qu’en pense le gouvernement ? Ces dossiers d’équité salariale traînent depuis 2010 et 2015. Si les gouvernements n’avaient pas balayé ce dossier sous le tapis ; s’ils avaient accepté de négocier des augmentations de salaire réalistes dans le passé plutôt que nous imposer des mesures d’austérité, on peut penser que nous serions en bien meilleure posture aujourd’hui pour faire face à la pandémie ».

Services de garde en milieu familial : une réouverture dès le 11 mai serait irresponsable

Les responsables de service de garde (RSG) en milieu familial de la CSN demandent au ministère de la Famille de reporter l’ouverture de tous les milieux familiaux au 19 mai afin de s’assurer que tout l’équipement de protection soit livré à temps et qu’il puisse apporter des réponses aux nombreuses inquiétudes exprimées par le réseau.

La santé et sécurité d’abord

Les RSG–CSN estiment que les conditions ne sont pas réunies pour assurer une réouverture sécuritaire des milieux familiaux. Au premier rang des préoccupations, la disponibilité du matériel de protection. « En tant que responsables de service de garde, nous avons la responsabilité d’assurer la sécurité de nos milieux, pour nous-mêmes, nos propres familles et aussi pour les familles qui nous confient leurs enfants. Les parents doivent pouvoir être rassurés sur cet aspect-là, mais à l’heure actuelle, c’est plutôt difficile, car il y a trop d’incertitudes et de questions sans réponse. On va être au front, les parents vont être au front, mais pour cela, nous aurons besoin que certaines conditions soient réunies. C’est pourquoi nous demandons de prolonger les services de garde d’urgence et de procéder à la réouverture de tous les milieux le 19 mai. Nous devons être certaines que le matériel de protection sera disponible partout au Québec et que les RSG auront eu des réponses à leurs questions », estime Karine Morisseau, porte-parole des RSG affiliées à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN).

Insécurité financière

Ce délai supplémentaire permettrait aussi au ministère de préciser un bon nombre de questions qui plongent l’ensemble du réseau dans la confusion. Par exemple, alors que les RSG devront respecter un ratio maximal de 50 % de fréquentation de leur service, leur rémunération sera-t-elle amputée en conséquence ? Si une RSG contracte la COVID-19 dans l’exercice de ses fonctions, sa subvention sera-t-elle maintenue ? Dans un milieu qui connaît un exode et des fermetures massives, l’insécurité financière vient de s’accroître avec ces questions qui demeurent sans réponses de la part du ministère de la Famille.

« Le réseau est déjà marqué par une pénurie de places et l’incertitude qui plane ne fait rien pour freiner cette tendance. À l’heure actuelle, on demande à une responsable de service de garde d’ouvrir sa maison, d’exposer sa famille, de se mettre à risque, et cela sans avoir la certitude qu’elle aura du matériel de protection à temps et sans savoir si son revenu sera maintenu. Nous sommes d’accord avec le gouvernement lorsqu’il affirme qu’il n’existe pas de guide de réouverture en temps de pandémie, et c’est précisément pour ça qu’on l’invite à revoir ses échéanciers. On doit faire les choses correctement et faire preuve de cohésion avec tous les partenaires, ce qui n’est pas le cas sur le terrain actuellement », ajoute Lucie Longchamps, vice-présidente responsable du secteur privé de la FSSS–CSN.

Une prime Covid-19

« La réouverture en temps de Covid-19 va avoir des impacts énormes sur les exigences en matière d’aménagement, d’organisation des lieux, de désinfection, bref, cela va ajouter une surcharge de travail considérable. Sachant cela, nous avons déposé une demande de prime Covid-19 pour laquelle nous attendons toujours une réponse. Il faut que le ministère de la Famille démontre qu’il soutient les RSG et qu’il comprend l’ampleur de ce qui leur est demandé », conclut Karine Morisseau.

Le personnel des institutions religieuses doit être reconnu

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), qui représente des centaines de travailleuses et travailleurs qui donnent des services aux communautés religieuses, demande que leurs efforts soient reconnus.

Les oubliées de la COVID-19
Ces travailleuses qui donnent des soins et services dans les institutions religieuses se sont vu refuser l’accès aux primes accordées par le gouvernement pour la période de la pandémie. Elles offrent pourtant des services essentiels à des religieuses dont la plupart sont très âgées et donc très à risque face au coronavirus. Ce secteur, comme l’ensemble des établissements de santé, était frappé par la pénurie de personnel bien avant le début de la pandémie. 

« Comme on les a oubliés et qu’elles n’ont pas accès à aucune prime du gouvernement, on remarque encore plus de problèmes de manque de personnel dans certaines institutions religieuses. Il faut tout faire pour éviter des éclosions dans ces milieux », explique Lucie Longchamps, vice-présidente de la FSSS–CSN.

Une prime pour les travailleuses et travailleurs des institutions religieuses
Les travailleuses et travailleurs des institutions religieuses sont au front depuis le début de la crise. Il y a des éclosions à certains endroits et des efforts supplémentaires doivent être faits pour freiner la pandémie. La FSSSCSN demande au gouvernement d’accorder une prime à ce personnel, tout en s’assurant qu’elles et ils aient accès aux équipements de protection individuelle en nombre suffisant. 

« Ce sont tous les anges gardiens qui doivent être reconnus ! Les travailleuses et travailleurs des institutions religieuses font tout ce qu’elles peuvent dans cette période difficile. Elles ont besoin d’une prime et que les moyens soient pris pour assurer leur protection », de conclure Lucie Longchamps.

Les anges gardiens oubliés d’Héma-Québec

Alors que des primes de 8 % ou de 4 % ont été accordées par le gouvernement à certains employé-es essentiels du secteur de la santé, plusieurs autres groupes ont été oubliés, dont le personnel d’Héma-Québec.

« Les travailleuses et les travailleurs d’Héma-Québec n’ont ménagé aucun effort pour répondre à l’appel du premier ministre Legault alors que les réserves de sang étaient très basses en début de crise. L’appel a été entendu. Les points de presse quotidiens du premier ministre continuent de faire appel aux dons de sang par un message au bas de l’écran. Il est temps de reconnaître que nous jouons un rôle essentiel et que la COVID-19 a forcé une réorganisation importante du travail tout en augmentant les risques pour le personnel », affirme Lucie Longchamps, vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN).

Pour le moment, il n’y a pas eu de refus du gouvernement concernant la prime pour les travailleuses et les travailleurs d’Héma-Québec et celui-ci est toujours en réflexion à ce sujet. « Malgré nos demandes, la question est toujours en suspens. Nous réclamons donc au ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi qu’au Conseil du trésor l’octroi d’un mandat clair afin que cesse cette injustice », demande Lucie Longchamps en constatant qu’aucune négociation n’a été possible sur les primes jusqu’à maintenant, alors que les médecins ont obtenu des forfaits négociés.

La FSSS–CSN rappelle qu’elle réclame depuis longtemps une augmentation de la rémunération des PAB et des ASSS

Encore une fois aujourd’hui, le premier ministre François Legault a répété que si les salaires des préposé-es aux bénéficiaires n’ont pas encore été augmentés, malgré un engagement électoral en ce sens, c’était en grande partie à cause d’un prétendu refus des syndicats d’en parler. Représentant plus de 30 000 préposé-es aux bénéficiaires, la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) tient à rappeler que s’il n’en tenait qu’aux syndicats de la CSN, il y a longtemps que ce serait réglé.

D’ailleurs, le 15 avril, le président de la FSSS–CSN, Jeff Begley, a adressé une lettre au premier ministre dans laquelle il explique comment les parties auraient pu arriver rapidement à un règlement dans ce dossier et qu’elles le pourraient encore si le gouvernement a vraiment la volonté d’y parvenir, et ce, au bénéfice de tous les préposé-es aux bénéficiaires (PAB) et de tous les auxiliaires aux services de santé et sociaux (ASSS).

« J’ai peine à croire ce que j’ai entendu ce midi, s’étonne Jeff Begley. Cela fait des années que nous sonnons l’alarme quant aux conditions intenables dans le réseau de la santé et des services sociaux. Pour ce qui est des préposé-es aux bénéficiaires ainsi que des auxiliaires aux services de santé et sociaux, nous avons déposé des plaintes en maintien de l’équité salariale pour les ASSS, pour l’exercice 2010, celui de 2015 pour les PAB, et nous attendons toujours un signal du gouvernement Legault afin de les régler dans les meilleurs délais. Quant à nous, ces travailleuses et ces travailleurs devraient déjà avoir un salaire d’environ 25 $ l’heure, au sommet de l’échelle. »

Une juste reconnaissance pour tous
Pour la FSSS–CSN, la pleine reconnaissance du travail des PAB et des ASSS ne doit pas être mise en opposition avec la nécessité d’offrir à toutes les travailleuses et tous les travailleurs au front une prime de reconnaissance à taux unique. Rappelons que la FSSS–CSN et les trois autres fédérations CSN du secteur public réclament une prime COVID-19 de 3 $ l’heure pour tout le personnel et de 4 $ pour celles et ceux qui donnent plus de disponibilité, et ce, pour toute la durée de la crise. Cette revendication s’inscrit dans le cadre d’une suspension des négociations du secteur public pour une période de 18 mois, assortie de conditions spéciales pour cette période, notamment la protection du pouvoir d’achat des salarié-es.

CHSLD : Ce que ça prend, c’est un rehaussement des mesures de protection

Alors que la pandémie frappe de plein fouet les CHSLD, le gouvernement tenait une conférence de presse où peu de nouvelles mesures ont été annoncées. Pour la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), l’urgence est de rehausser les mesures de protection du personnel.

Le gouvernement forcé de répondre à plusieurs demandes de la FSSS-CSN
Les pressions menées par la FSSS-CSN et ses syndicats forcent le gouvernement à répondre à plusieurs de ses demandes pour aider le personnel. C’est le cas de l’augmentation du personnel dans les CHSLD, de l’intensification du dépistage, de la fin du transfert d’usagers et de l’accès aux équipements de protection individuelle. Ces mesures, si elles sont appliquées immédiatement, permettront d’améliorer la situation et seront les bienvenus sur le terrain.

Une annonce qui a tardé
L’annonce gouvernementale confirme le fossé important entre le discours public du gouvernement et ce qui est fait sur le terrain par les employeurs du réseau. « Si la mise en place d’une équipe de spécialistes peut permettre de s’assurer que les directives gouvernementales se répercutent enfin sur le terrain, tant mieux. Il y a urgence d’agir dès maintenant ! », lance Jeff Begley, président de la FSSS-CSN.

« Pour que les beaux jours reviennent, il va falloir tout faire pour assurer la protection du personnel. Les problèmes sont connus dans les CHSLD et les solutions le sont aussi. Cela fait des jours qu’on demande de rehausser les mesures de protection. Encore ce matin, avant cette annonce, le personnel des CHSLD n’avait pas accès aux masques N95. Il faut donner accès immédiatement aux équipements appropriés ! », explique Jeff Begley, président de la FSSS-CSN.

Hier, l’INSPQ a mis en ligne un avis sur les mesures pour les CHSLD qui recommande des mesures nettement insuffisantes. Il est non seulement primordial que tous les membres du personnel portent des masques de procédure, mais il faut aussi que le personnel étant en présence d’une personne sous investigation ou d’un cas confirmé porte systématiquement des masques N95, ce qui les protège contre une contamination par voie aérienne.

5 solutions d’urgence pour rétablir la situation dans les CHSLD
Pour parvenir à améliorer davantage la situation dans les CHSLD, la FSSS-CSN propose cinq mesures à mettre en place de manière urgente :

  1. Rehausser immédiatement les mesures de protection dans les CHSLD, les soins à domicile et les centres d’hébergement privés au même niveau que dans les soins aigus. Nous savons que les décès liés à la COVID ont principalement lieu dans les CHSLD, à domicile et dans les résidences privées pour aîné-es, d’où l’urgence de rehausser les mesures de protection dans ces trois secteurs. À l’heure actuelle, non seulement il manque d’équipements de protection individuelle dans les CHSLD, mais les équipements disponibles ne sont pas à la hauteur de la gravité de la situation.
  2. Se mettre à l’écoute des travailleuses et travailleurs qui œuvrent dans les CHSLD, les soins à domicile et les résidences privées pour aîné-es. De plus, les représentants patronaux doivent être plus à l’écoute aux tables de discussion pour offrir de meilleures conditions pour aider ceux et celles qui sont au front.
  3. Appliquer des mesures pour protéger les populations vulnérables en protégeant le personnel. Par exemple, l’employeur doit fournir les uniformes et procéder à leur entretien. Il faut suspendre les frais de stationnement pour l’ensemble des personnes salariées et mettre en place des alternatives de transport sécuritaire vers les milieux de travail.
  4. Transmettre les données des travailleuses et travailleurs de la santé infectées, ventilés par mission et titre d’emploi.
  5. Revoir les primes offertes au personnel. Les primes de 4 % et 8 % sont non seulement insuffisantes, mais elles sont aussi inéquitables et génèrent bien des préoccupations chez les anges gardiens. La CSN continue de demander une prime d’au moins 3 $ l’heure pour l’ensemble du personnel du réseau et 4 $ pour ceux et celles qui offrent une plus grande disponibilité.

Il faut appuyer les travailleuses et travailleurs en situation de crise sanitaire

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs en intervention communautaire (STTICCSN) demande que 10 mesures immédiates s’appliquent pour appuyer le travail du personnel des organismes communautaires dans la crise de la COVID-19.

Pendant que la pandémie prend de l’ampleur, plusieurs travailleuses et travailleurs des organismes représentés par le STTICCSN œuvrent actuellement au front et prennent des risques en jouant un rôle prépondérant dans la crise sanitaire auprès des personnes les plus vulnérables. Ils et elles les accompagnent, écoutent, rassurent et répondent à leurs besoins de base. Dans la situation de crise actuelle, elles et ils font tout ce qui est possible pour offrir le soin que méritent ces personnes, mais sont laissés à eux-mêmes.

10 mesures pour assurer une prestation de service durant la crise
Le STTICCSN demande aux directions des organismes, à la direction régionale de la santé publique de Montréal et au gouvernement Legault de mettre en place dès maintenant des mesures visant à assurer la sécurité physique et psychologique des travailleuses et travailleurs tout en les protégeant d’une éventuelle précarité financière en cas d’infection.

Pour supporter les équipes, le STTICCSN a 10 demandes :

  1. Assurer un approvisionnement continu en équipement de protection individuelle et de la formation pour son utilisation.
  2. Support clinique et psychosocial aux équipes.
  3. Consultations des employé-es dans la mise en place des mesures préventives.
  4. Maintien du traitement en cas d’infection au COVID-19.
  5. Bonification de la banque de journées personnelles pour prévenir le burnout.
  6. Maintien des salaires pour les employé-e-s permanent-e-s et les occasionnel-le-s en cas de réduction ou de fermeture des services.
  7. Ajustement des salaires des pair-es aidant-es.
  8. Bonification de 15 % du salaire pour les risques encourus.
  9. Maintien des conventions collectives.
  10. Application de ces mesures aux ressources non représentées par le STTICCSN.

Le STTICCSN a transmis ces demandes aux directions des sept organismes communautaires où elle représente le personnel ainsi qu’à la Direction régionale de santé publique (DRSP) le lundi 30 mars. À ce jour, plusieurs organismes, comprenant la DRSP, n’ont toujours pas donné de réponse.

« Cette crise sanitaire réaffirme deux choses. Premièrement, que les travailleuses et travailleurs du communautaire sont essentiels pour le bien-être de milliers de personnes vulnérables. Deuxièmement, qu’encore une fois, ces travailleuses et travailleurs ne sont pas reconnus à juste titre pour leur travail. Nous sommes déterminés à nous faire entendre pour que plus jamais nous ne soyons délaissés par nos employeurs, la DRSP et le gouvernement », explique Yannick Gingras, président du STTICCSN.

Des primes insultantes pour le secteur préhospitalier de la CSN

Les paramédics, répondantes et répondants médicaux d’urgence (RMU), et le personnel de soutien de la CSN réagissent avec vigueur à l’arrêté ministériel concernant le secteur préhospitalier et dénoncent les primes qu’ils jugent non seulement insuffisantes, mais insultantes.

« À nos yeux, il ne fait aucun sens que les primes accordées à notre secteur soient de 4 % tandis que le reste des corps de métiers qui sont en première ligne ont des primes de l’ordre de 8 % », s’est s’exclamé Jean Gagnon, paramédic et responsable du secteur préhospitalier de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN). « Face à l’ampleur de la crise sanitaire dans laquelle nous nous trouvons, la reconnaissance de celles et de ceux qui sont confrontés quotidiennement à la pandémie est une nécessité. Une offre aussi basse, c’est un manque de respect envers notre travail et un affront considérant les risques qu’on prend au quotidien! » ajoute le représentant syndical.

Pour Lucie Longchamps, vice-présidente des secteurs privés de la FSSS–CSN, il est inconcevable que les primes accordées dans le secteur soient inférieures à celles de la première  ligne, quand on sait que l’élément sur lequel le gouvernement s’est basé pour les fixer est la fréquence des contacts. « Lorsqu’on voit que les paramédics portent directement secours et assistance à des personnes porteuses de la COVID-19, on ne comprend pas que le ministère choisit de leur donner des primes inférieures à celles qu’il a accordées au reste du réseau. Les conditions dans lesquelles les paramédics travaillent actuellement ont un impact sur leur santé et sur celle de leur famille, au même titre que les travailleuses et les travailleurs dans les établissements. »

Les syndicats du secteur préhospitalier dénoncent également le fait que les répartiteurs et répondants médicaux d’urgence ne soient pas considérés dans l’octroi des primes accordées aux travailleuses et aux travailleurs de la santé et des services sociaux alors qu’ils fournissent des services essentiels et nécessaires en ces temps de pandémie.

Le gouvernement tarde à agir pour assurer la protection du personnel

Au courant de la semaine, la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSSCSN) a ciblé 5 problèmes prioritaires à régler d’urgence pour assurer la protection du personnel. Le gouvernement Legault tarde toujours à envoyer des directives claires pour la santé et sécurité du personnel. La FSSSCSN continue de demander la mise en place de mesures immédiates pour appuyer le personnel, tant dans le public que dans le privé.

Les 5 problèmes identifiés par la FSSS-CSN :

  1. Le manque d’équipements de protection individuelle
  2. La protection du personnel dans les milieux de soins de longue durée (CHSLD et CHP)
  3. Le non-respect des règles d’isolement à domicile
  4. La perte de traitement du personnel en isolement
  5. Le dépistage du personnel

En plus de compromettre la santé et la sécurité du personnel, ces manquements entrainent des risques accrus pour la santé publique. « Chaque jour, des dizaines de travailleuses et travailleurs du réseau entrent en contact avec nous. Elles sont au front et elles sont inquiètes. On intervient sans cesse pour régler les préoccupations, mais force est de constater que le gouvernement ne fait pas tout le nécessaire pour assurer la protection du personnel. On remarque une distance importante entre le discours public du premier ministre et la réalité sur le terrain. Il faut agir vite pour éviter une éclosion de l’intérieur du réseau ! », lance Jeff Begley, président de la FSSSCSN.

Il faut peser sur le gaz pour avoir plus d’équipements !
Plusieurs travailleuses et travailleurs du réseau s’inquiètent du manque d’équipement de protection individuelle. Pour la FSSSCSN, les gouvernements doivent rapidement prendre les moyens d’augmenter la quantité des équipements de protection individuelle. Plus la transmission communautaire s’accentuera, plus il sera important de s’assurer d’avoir les équipements pour veiller à la protection du personnel et de la population.

Pour répondre aux préoccupations du personnel, la FSSSCSN propose :

  • Que le gouvernement transmette au personnel un échéancier du déploiement des équipements par secteur.

Stabiliser les équipes pour freiner la pandémie dans les CHSLD et les CHP
Dans les derniers jours, plusieurs éclosions sont apparues dans des CHSLD et des centres d’hébergement privés (CHP). La FSSSCSN a remarqué certaines lacunes qui mettent à risque le personnel et les résident-es : mesures de protection insuffisantes (équipements et procédures), lenteur des communications, personnel déplacé dans plusieurs centres et sur plusieurs étages et difficulté à obtenir les équipements rapidement.

Pour régler ces problèmes, la FSSSCSN propose :

  • De stabiliser les équipes par CHSLD et CHP.
  • Former des équipes de volontaires dédiées aux zones de contamination.
  • Rehausser les mesures de protection applicables aux milieux d’hébergement de longue durée aux prises avec des cas de COVID au même niveau que pour les milieux de soins aigus.

« Les milieux de soins de longue durée prennent en charge des cas COVID de plus en plus lourds. Dans certains cas, on doit dédier des unités entières à ces cas. Il faut appliquer à ces milieux les mêmes mesures de protection qu’en centre hospitalier, où seraient normalement les cas COVID », souligne Judith Huot, vice-présidente de la FSSSCSN.

Une directive insensée : ramener du monde sur le plancher avant la fin des périodes d’isolement
« Si vous revenez de l’étranger et que vous sortez de votre isolement avant la fin des 14 jours, vous pouvez vous retrouver avec une amende salée. Mais si vous travaillez dans le réseau de la santé auprès des personnes les plus vulnérables et les plus susceptibles de décéder si elles sont infectées, votre employeur peut décider de vous ramener au travail. C’est une aberration totale », lance Jeff Begley, président de la FSSSCSN.

  • Le personnel du réseau en isolement doit l’être pour toute la durée d’isolement recommandée par l’INSPQ

Maintenir le traitement pour le personnel en isolement
Certains employeurs mettent des travailleuses et travailleurs en isolement, selon les directives de l’INSPQ, sans les rémunérer. Le docteur Horacio Arruda a pourtant rappelé cette semaine que le personnel en isolement doit être rémunéré. Il faut maintenant que le gouvernement fasse le travail pour faire comprendre le message aux employeurs récalcitrants.

  • Le personnel en isolement doit être rémunéré.

Tester le personnel en contact avec des cas de COVID-19
Sur la question des tests, le gouvernement indique que la priorité est pour les patient-es et le personnel. Le gouvernement indique qu’il maintient sa décision que les tests sont seulement pour le personnel présentant un symptôme. Cela pose problème puisqu’une travailleuse ayant été en contact avec une personne infectée peut l’être elle-même et être asymptomatique. C’est pourquoi il faut tester davantage le personnel du réseau.

Pour régler ce problème, la FSSSCSN propose :

  • Que l’on teste en priorité le personnel en contact avec des cas de COVID-19, qu’ils soient symptomatiques ou non.