Sondage en santé et services sociaux : qu’est-ce que ça va prendre pour que le gouvernement nous entende ?

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

Négociation en santé et services sociaux

396711152_733388828825410_7600536998648162983_n

Sondage en santé et services sociaux : qu’est-ce que ça va prendre pour que le gouvernement nous entende ?

À quelques jours d’une nouvelle séquence de grève, la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) dévoile les résultats d’un vaste sondage sur les conditions de travail du personnel du réseau. Surcharge de travail, postes vacants et salaire insuffisant sont les maux qui frappent les travailleuses et les travailleurs. Près d’un an après le début de la négociation, le gouvernement tarde toujours à prendre le taureau par les cornes.

La parole aux travailleuses et aux travailleurs

  • Le sondage électronique mené du 30 octobre 2023 au 10 novembre 2023 a permis de rejoindre 20 900 travailleuses et travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux.
  • Le salaire insuffisant (selon 78 % des personnes interrogées), le manque de reconnaissance du gouvernement (30 %), les mauvaises conditions de travail (30 %) et les problèmes de gestion (30 %) sont les aspects qui rendent le quotidien au travail le plus difficile, selon les travailleuses et les travailleurs.
  • Pour 84 % des répondantes et des répondants, la charge de travail s’est alourdie dans les trois dernières années.
  • Les postes vacants sont un problème récurrent qui ne fait qu’accentuer la surcharge de travail. Par ailleurs, 72 % des personnes sondées indiquent qu’il y a des postes vacants dans leur département.
  • S’ajoute le fait que 70 % des répondantes et des répondants mentionnent qu’au cours des six derniers mois, des collègues n’ont pas été remplacés d’une à trois fois par semaine.
  • Finalement, 55 % des personnes sondées mentionnent songer à quitter le réseau.

« Si le gouvernement avait besoin d’un signal de plus que le temps presse, le voici ! Les travailleuses et les travailleurs le disent sans ambiguïté : leur charge de travail augmente sans arrêt. Pour devenir un employeur de choix, il va falloir en faire plus. Quand on lui dit aux tables de négociation, il ne nous entend pas. Maintenant que ce sont les travailleuses et les travailleurs qui leur disent, souhaitons qu’il entende raison. Investir dans nos services publics et celles et ceux qui les donnent, c’est un choix politique. Le gouvernement doit revoir ses priorités. Ce qui urge, c’est d’aider celles et ceux qui donnent des services dans le réseau, pas de donner des fonds publics aux richissimes propriétaires d’une équipe de hockey », explique Réjean Leclerc, président de la FSSS-CSN.

La négociation doit nous sortir du statu quo

Le sondage de la FSSS-CSN visait aussi à avoir le pouls des travailleuses et des travailleurs sur la négociation sectorielle en cours.

  • Seulement 11 % des personnes interrogées considèrent que la solution proposée par le gouvernement pour attirer et retenir le personnel dans les régions éloignées est la bonne.
    • Le gouvernement offre un montant forfaitaire au personnel acceptant d’aller travailler temporairement dans ces régions. Pour les répondantes et les répondants, la solution passe davantage par une augmentation des salaires et par des primes de disparité régionale.
  • Les personnes répondantes identifient des solutions qui permettraient d’améliorer leurs conditions de travail :
    • Bonifier et améliorer les règles et la rémunération pour les heures effectuées en temps supplémentaire et en disponibilité (selon 44 % des personnes sondées)
    • Introduire des ratios qui tiennent compte des besoins des usagères et des usagers dans certains services ou titres d’emploi (38 %)
    • Bonifier et améliorer les mesures de conciliation famille-travail-études (36 %)

« Les travailleuses et les travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux s’attendent à ce que la négociation mène à des améliorations de leurs conditions de travail. Elles et ils ont besoin d’espoir pour continuer de desservir la population. Les mesurettes et les reculs du gouvernement ne font pas le travail. Le gouvernement dit qu’il veut parler d’organisation. Qu’il vienne le faire aux tables de négociation et ça presse ! », conclut Nadia Joly, représentante des professionnelles en soins de la FSSS-CSN.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023