Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Pour vraiment protéger tout le monde

Le 6 avril 2022 marquait l’entrée en vigueur du régime intérimaire des mécanismes de prévention et de participation de la nouvelle loi 27. La Confédération des syndicats nationaux (CSN) a saisi cette occasion pour lancer sa nouvelle campagne nationale en santé et sécurité du travail, qui a pour but d’enraciner cet enjeu crucial dans tous les milieux de travail – sans exception – et de le placer dans les priorités de notre action syndicale.

Sous le thème « Pour vraiment protéger tout le monde », notre nouvelle campagne vise à déterminer et à dénoncer les nombreux contrecoups que devront encaisser les syndiqué-es et les non-syndiqué-es, suivant l’adoption de la nouvelle loi 27. La CSN s’assura que les organisations patronales siégeant à la Commission des normes, de l’équité et de la santé et sécurité du travail (CNESST) ne soient pas tentées d’imposer des reculs aux travailleuses et aux travailleurs couverts par les mécanismes de prévention des groupes prioritaires. Plus que jamais, nous devrons revendiquer que les mêmes protections soient appliquées de façon intégrale à toutes et à tous, et ce, peu importe le secteur d’activité dans lequel s’effectue le travail.

Cette campagne s’étalera sur cinq ans et vise une bonification des lois en SST du fait que nous pouvons encore revendiquer des modifications à la loi 27 durant cette période cruciale. Cette nouvelle section de notre site web rassemblera donc tous les événements liés à la SST que la CSN organise et soutient. Malgré les reculs imposés, il est important de souligner que la loi comporte de nouvelles obligations pour tous les employeurs dont les détails sont précisés ci-dessous.

  LES OUTILS À TÉLÉCHARGER

Télécharger les outils numériques de la campagne SST

Image couverture Facebook

À PROPOS DU 8 MARS

Après plusieurs grèves et mobilisations pour dénoncer les bas salaires, révéler les mauvaises conditions de travail, faire cesser le travail des enfants et obtenir le droit de vote pour les femmes, des travailleuses de l’industrie du textile manifestent le 8 mars 1908 à New York. Leurs actions inspirent d’autres femmes du monde entier qui se mobilisent également autour des mêmes revendications. En 1910, la deuxième conférence internationale des femmes socialistes recommande la création de la Journée internationale des femmes. Ce n’est qu’en 1914 qu’elle sera célébrée dans plusieurs pays d’Europe. En 1975, les Nations Unies reconnaissent la Journée internationale de la femme, mais ce n’est qu’en 2016 que le nom est remplacé par « Journée internationale des femmes ».

Depuis 2019 au Québec, nous utilisons le vocable « Journée internationale des droits des femmes » pour désigner la journée du 8 mars afin de lui donner une perspective militante et féministe. À cette occasion, tout le mouvement se concerte afin d’organiser des activités mettant en lumière les luttes, les espoirs et les revendications des femmes. La CSN s’implique et soutient l’organisation de nombreuses activités.

Le 8 mars, nous devons réaffirmer l’importance des luttes pour les droits des femmes, saluer les combats menés en faveur de leur reconnaissance sociale et politique et poursuivre les batailles pour que leurs droits cessent d’être bafoués partout sur la planète. C’est un événement qui rappelle qu’encore aujourd’hui, les droits des femmes ne sont pas respectés, que l’égalité entre les sexes n’est pas atteinte et qu’il faut continuer à lutter pour que cela change, enfin.